Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire - Vikas Swarup | Page d'accueil | Perette jeune conductrice »

18/09/2007

Le dieu du carnage - Yasmina Reza

340a6acd042633d012807c4cd98738b5.jpgUn appartement confortable. Michel et Véronique Houillié reçoivent Annette et Alain Reille.

Dans une vulgaire bagarre d’écoliers, le fils des Reille a attaqué celui des Houillié et lui a cassé deux dents. Leurs parents se rencontrent pour régler le litige à l’amiable, entre adultes civilisés.

Le point de départ de cette pièce est tout à fait banal. Cette histoire peut arriver à tout le monde et c’est bien là un des premiers talents  de Yasmina Reza. Des circonstances au départ purement anodines provoquent une répercussion immédiate sur le lecteur, l’emmenant dans une propre introspection quant à sa façon de réagir et d’appréhender pareille situation.

La rencontre qui se veut courtoise dégénère. Les deux couples bobos s’autoproclament conciliants et ouverts, mais très vite les masques vont tomber, de réflexions anodines en remarques perfides et assassines.

Alain Reille, l’avocat suffisant, reste pendu au téléphone et étale sans état d’âme ses petits arrangements avec l’éthique.

Véronique Houillié qui se veut pacificatrice-moralisatrice ne tarde pas à afficher mépris hautain et arrogance intellectuelle.

Annette Reille s’effondre sous le joug dominant de son mari et laisse éclater sa mélancolie et son amertume.

Michel Houillié,  incapable de singer plus longtemps l’être conciliant que sa femme lui avait demandé de paraître,  devient caractériel et intolérant.

Les personnages révèlent leur nature profonde (se la révèlent à eux même ?). La courtoisie de façade se disloque sous les mensonges et les non-dits, les frustrations explosent et la nature de chacun reprend violemment le dessus. La dispute des enfants n’est plus que le point de départ oublié d’une polémique houleuse sur la morale et l’éthique, sur la façon dont chacun des protagonistes (de nous ?) gère son propre rapport à la civilité et à la bienséance, son rapport à l’autre, à la famille.

L’apéritif banal se transforme en un huis-clos tendu, où la violence des propos, la tension oppressante de ces couples dont l’apparente harmonie se désagrège lentement nous embarquent dans un beau moment de théâtre.

La pièce de Yasmina n’a pas encore été montée à Paris.  Il va donc falloir attendre pour s’en régaler (Yasmina si vous me lisez, je suis partante !).

En attendant, une pièce à lire avec jubilation.

15:30 Publié dans *Au théâtre ce soir* | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

Commentaires

Je ne connais rien de Yasmina Reza. Excepté sa pipolisation.
Si tu dis que c'est bien...
C'est que ça doit l'être.
;)

Écrit par : bon_sens | 19/09/2007

Répondre à ce commentaire

C'est une excellente dramaturge. Il faut juste faire l'impasse sur son dernier opus à mon avis.

Écrit par : amanda | 19/09/2007

Répondre à ce commentaire

Mince, je croyais que tu allais nous parler de Nicolas....
Oh je suis déçu ;-)

Écrit par : Spencer | 20/09/2007

Répondre à ce commentaire

un avocat peu soucieux de l'éthique...
le dieu du carnage...
nicolas...
je n'avais pas fait le parallèle!

Écrit par : amanda | 21/09/2007

Répondre à ce commentaire

jamais lu cette auteure,il va falloir que je m'y mette ! mais je en commencerai pas par celui dont tout le monde parle dans les médias !

Écrit par : cathulu | 22/09/2007

Répondre à ce commentaire

Tu as raison, elle est trés douée pour le théâtre. ART, ou Conversations après un enterrement étaient de pièces excellentes.
Son "roman" ne m'inspire pas non plus et je n'en vois pas l'intêret. Mais bon, chacun fait ce qu'il veut...

Écrit par : amanda | 22/09/2007

Répondre à ce commentaire

Pour info, ma pièce se joue actuellement au théâtre Antoine à Paris, avec Isabelle Huppert notamment qui joue Véronique.

Je 'nai pas été extrèmement emballé par la mise en scène, mais il est vrai que le texte est pas mal.

Et comme Isabelle Huppert est mon JR, ça vaut forcèment le coup d'oeil ;-)

Écrit par : Yohan | 20/02/2008

Répondre à ce commentaire

@yohan : bienvenue d'abord ! j'ai lu des articles sur la pièce effectivement. Yasmina Reza assure la mise en scène, et elle serait trop collée au texte. c'est je crois le risque quand un auteur met lui même ses pièce en scène. Il se calque sur ce qu'il a écrit. Or, je pense qu'un metteur en scène doit pouvoir prendre de la distance par rapport au texte. Le respecter, bien sûr, le mettre en exergue, mais lui apporter un oeil différent

Écrit par : amanda | 20/02/2008

Répondre à ce commentaire

Cette pièce (lue seulement, pas vue au théâtre) m'a bien plu... mais pas autant que "Art", que je trouve géniale !

Écrit par : Brize | 09/06/2008

Répondre à ce commentaire

@brize : bienvenue d'une part. J'ai l'intégrale des pièces YR à la maison, mais je ne les ai pas encore toutes lues, notamment Art !

Écrit par : amanda | 10/06/2008

Répondre à ce commentaire

Tu as réussi une critique plus complète que la mienne ! Si tu le permets, je te mets en lien !

Écrit par : Turquoise | 25/08/2008

Répondre à ce commentaire

@turquoise : bienvenue ! oui je permets, bien sur, et je vais aller voit ton billet. A bientot :)

Écrit par : amanda | 25/08/2008

Répondre à ce commentaire