Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pluie d'amour... | Page d'accueil | EXISTE EN CIEL – CHRISTINE SPADACCINI »

15/01/2008

A QUOI REVENT LES LOUPS – YASMINA KHADRA

c3e470181cc7b671c41435b6a724f339.jpgNafa Walid est jeune, beau et rêve de faire du cinéma. Mais une belle gueule ne suffit pas à décrocher la lune et les étoiles, quand on est né dans la casbah d’Alger, qu’on est pauvre et sans relations. Nafa accepte donc de devenir chauffeur de maître dans une famille de riches notables algérois. Il faut bien manger, il faut bien gagner sa vie quand on est issu d’une famille honnête et croyante.

 

Ca, de l’argent, il va en gagner, Nafa ! Mais il découvre aussi un monde corrompu, pourri, vicié, rongé. Ses économies augmentent au fur et à mesure que sa dignité s’émiette. Fierté ? Courage ? Amour propre ? Nafa met tout cela de coté et s’efforce d’oublier ses principes (« Il est des ensorcellements qu’aucun exorciste ne saurait conjurer, quand on a frémi sous leur envoûtement, on ne peut plus s’en passer… Maintenant que j’avais une vue sur le paradis des autres, je m’évertuais à en croquer les périphéries, me contenant d’une miette par ci, d’une éclaboussure par là, persuadé que l’odeur de la fortune, quand bien même elle me passerait sous le nez, valait tous les folklores des bas-quartiers. »), Nafa est prêt à tout pour s’en sortir.

 

Seulement voilà : Nafa est prêt à tout, sauf à supporter un meurtre, une boucherie, la mort inutile d’une gamine, overdosée stupidement par le fils de la famille.

 

Nafa quitte son travail et erre à travers la casbah. Là commence sa lente et inéluctable descente aux enfers. Nafa est une proie facile pour les islamistes qui attirent facilement les exclus, les paumés, les abîmés de la vie.

 

De prêche en discours, de circonstances anodines en événements plus cruels, Nafa Walid intègre petit à petit les forces du GIA. Lui, l’honnête jeune homme qui rêvait des feux de la rampe va découvrir d’autres feux, les feux éructant de haine, les feux de la violence et de la barbarie, les feux cruels et aveugles dans les yeux des imans, des émirs, des guerriers rebelles face au gouvernement algérois (« Pour la première fois de sa vie, il se découvrait, prenait enfin conscience de son envergure, de son importance, de son utilité en tant que personne, en tant qu’être. Il existait enfin. Il comptait. »).

 

Yasmina Khadra écrit ici une livre éminemment politique. Il dénonce l’islamisme intégriste, l’embrigadement à coups de discours pleins d’empathie, de condescendance, de sympathie, l’enrôlement et la formation des futurs guerriers. Le style est simple, efficace, direct, mais il vous arrache les tripes. C’est presque fascinant, ce long voyage de Nafa vers l’absolutisme, vers le fanatisme le plus cruel, le plus aveugle.

 

Les loups ne rêvent plus. Ils survivent. Quitte à s’entretuer. L’âme et la conscience ont laissé la place à la bestialité. Hommes, femmes, tous guerriers voués à la cause, tous renient leurs propres familles comme une écharde vérolée que l’on arrache d’un seul coup.

 

Un roman qui ne laisse aucune porte de sortie, un roman dur, mais terriblement lucide et objectif.

A quoi rêvent les loups. Yasmina Khadra. Pocket. 274 p.

« Une centaine de femmes, banderoles en l’air, s’agglutinaient sur l’esplanade, sous le regard ironique des badauds. Nabil fonça sur la foule, coudoya, brutalisa pour se frayer un passage. A ses tempes, une voix ululait : Le succube. Te désobéir ? Cette garce a osé faire fi de ton autorité ? Il fendit le groupe de femmes comme un brise-glace, chercha, chercha. Un moment il s’imagina muni d’un lance-flammes en train d’immoler cette bande de garces, ces sorcières… Putes ! Putes ! Il renversa une dame, bouscula des infirmières, sarcla autour de lui, provoquant un début de panique. Au détour d’un groupe de manifestantes, il la vit. Hanane était là, debout devant lui, moulée dans cette jupe qu’il détestait. Elle le regardait venir… Il plongea la main dans son kamis. Son poing se referma autour du couteau… salope, salope… frappa sous le sein, là où se terrait l’âme perverse, ensuite dans le flan, puis dans le ventre.

Le jour s’éteignit. Hanane ne le percevait pas. Elle errait déjà à travers un tourbillon embrumé, glacial et sans écho…La place basculait dans un fleuve de ténèbres. Hanane coulait comme un pavé dans la mare… Mourir ? Avait elle seulement vécu, baisé une lèvre aimée, frémi sous une caresse aimante ? Dans un ultime soubresaut, elle se retourna vers l’hier imprenable tel un leurre. Maudit hier : l’école, l’université n’auront servi à rien. La cuirasse des diplômes n’empêchera pas la lame fratricide de crever le rêve comme un abcès.

Une vierge venait de s’éteindre, pareille à un cierge dans une chambre mortuaire, comme s’éteignent les jours à l’heure où se crucifie le soleil aux portes de la nuit. »

19:30 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

Commentaires

Je crois que je vais devoir me faire à l'idée que je ne suis pas attirée vers cet auteur et le sujet de l'islamisme en général... Je vois tout plein de critiques enthousiastes et je ne parviens pas à me redécider à le lire. J'imagine que l'idée va faire son petit bonhomme de chemin!

Écrit par : Karine | 15/01/2008

Répondre à ce commentaire

Il n'y a pas que les journalistes, mais également les romanciers qui s'emparent des faits de société pour les mettre en fiction en essayant d'apporter des réponses et c'est ce que fait admirablement bien cet auteur, mais, à chaque fois, je suis ressortie de ses livres complètement chamboulée et quand tu dis qu'il vous arrache les tripes, cela ne m'étonne aucunement !!

Écrit par : Florinette | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

comme je sais que toi et moi on aime beaucoup Yasmina Khadra, ça fait longtemps que j'ai décidé de tous les lire...
Mais il a l'air vraiment très très fort celui-là... alors plus tard (je lirai les sirènes de bagdad pour mon challenge ;-))

Écrit par : Emeraude | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai partagé les mêmes sensations et sentiments que toi à la lecture de cet ouvrage: il a quelque chose de puissant, dérangeant, c'est une lecture qui marque et, sur le tranchant de ces mots simples, coupants, c'est un peu, beaucoup, le sang d'une certaine espérance qui goutte...

Écrit par : Kiki | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

Ta note est très forte. Elle traduit très bien ce que j'avais ressenti à la lecture de "l'attentat" cette sensation d'une spirale que nous ne pouvon scomprendre mais qui est inéluctable pour ceux qui y sont pris... je mets ce roman en "zenvies cadeaux amazon" de suite!

Écrit par : la nymphette | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

@karine : on ne peut pas lire Khadra sans avoir envie. Si tu te forces tu seras dégoutée. Attends le bon moment !
@florinette, kiki, nymphette : j'ai découvert Khadra avec "L'attentat". Depuis, je ne rate aucun de ses livres et j'essaie de lire les premiers, que je n'ai pas encore lus. Oui, il arrache les tripes, mais avec quel talent !

@emeraude : Les sirènes de Bagdad a bcp de similitudes avec celui-ci. Même processus d'embrigadement, même spirale infernale, même dérive d'un garçon simple et droit. Mais la fin est différente... (ah ah, je te donne envie, là, non ??). Mais tu sais, avec le recul je me demande s'il ne faut pas lire les deux dans l'ordre chronologique, pour voir justement la variation. Les "Sirènes..." est moins sanglant mais sa puissance n'en est que plus frappante.

ps @ La nymphette : oups je manque à tous mes devoirs.. bienvenue ici!

Écrit par : amanda | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

"Les sirènes..." m'avaient beaucoup et j'ai "L'attentat" dans ma PAL.
Je ne sais pas si tu as le film "blood diamond". Il traite aussi de l'embrigadement des enfants par des forces armées. J'ai mis des jours à me sortir certaines scènes de la tête.

Écrit par : Anne | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

j'ai été très déçue par "L'attentat", dont j'espérais beaucoup, alors j'hésite à me relancer dans Khadra... même si ton billet donne envie!

Écrit par : Mo | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

@anne : j'ai vu "Blood diamond" qui est un très bon film. Et je me souviens de la scène ou le fils refuse de partir avec son père parce sa seule famille est celle des guerriers. Terrible. Et Leonardo Di Caprio y est juste parfait.

@Mo : comme je le disais à Karine, faut pas se forcer avec Khadra...

Écrit par : amanda | 17/01/2008

Répondre à ce commentaire

A lire aussi "cousine K",magistral dans la montée de la folie. Yasmina Khadra est un homme remarquable, d'une très grande gentillesse. Il écrit en noir pour aller vers la lumière

Écrit par : véronique | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ véronique : YK est un de mes écrivains préférés. J'ai lu "cousine k" et j'ai bcp aimé, même s'il est très court

Écrit par : amanda | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

j'ai adoré se livre ,malheuresement il décrit une pérode trés defficile de l'Algerie,et je peut confirmer se genrs de situations ou de comportement des jeunes que se faiser enrouler dans les maquis,vu que j'habite la metidja .je vous conseil un vieux livre "el kahira" ecrit je croit en 1986.
khaled un jeune de 34 ans de Blida

Écrit par : khaled | 31/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ khaled : bienvenue et merci d'être passé:)

Écrit par : amanda | 01/04/2009

Répondre à ce commentaire

c un grand ecrivain algerien et c'est le seul ecrivain qui maitrise son sujet et quand on lit ses romans on a limpression d etre emprisonne dans un monde agréable passionant et intriguant

Écrit par : mohamed | 25/04/2009

Répondre à ce commentaire

j'ai apprécié énormément ce roman qui représente un éclaircissement important sur les circonstances qui ont précedé le déclenchement de la guerre civiles en focalisant sur les veritables motifs des intégristes qui n'ont été que des jeunes ambitieux et mal traités possédant des esprit prédisposé à toutes sortes de rebellion

Écrit par : fetni abdelhakim | 20/12/2009

Répondre à ce commentaire

Le mouvement islamiste à tant fait souffrir nos familles et nos amis et nos voisins…et beaucoup d’autres innocents, ils recrutaient des jeunes gens vulnérables, des gamins pauvres, sa ne n’excuse nullement tout leur meurtres et massacres gratuits, mais ne rejeton pas tout sur eux, vous est moi et tout le monde sais comment en vie en Algérie…Alors je crois que vous manquez de courage pour lire ce roman vous étiez loin très loin de notre souffrance et notre torture, j’étais encore une enfant mais je me souviens très bien de se que les islamistes nous fessaient subir !pas spécialement physiquement, mais aussi psychologiquement…

Écrit par : zahra | 13/01/2010

Répondre à ce commentaire

tous les livres de khadra ont au moins 3 histoires dans l'histoire

Écrit par : BACHIR | 12/10/2011

Répondre à ce commentaire