Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« ET MON CŒUR TRANSPARENT – VERONIQUE OVALDE | Page d'accueil | De la libre expression »

31/01/2008

LE GRAND CAHIER – AGOTA KRISTOF

dd8f6e2ab5c21e86385dc8aa853f63c9.jpgDeux enfants. Deux garçons. Deux jumeaux.

Ils sont confiés par leur mère pendant la guerre à leur grand-mère, qui ne sait ni lire ni écrire. Elle ne les aime pas, elle a empoisonné son mari.

Lucas et Claus vont entreprendre eux-mêmes leur éducation, en consignant dans un grand cahier tous leurs apprentissages.

Encore un roman dont il est difficile de parler!

Le style est d’une concision, d’une précision redoutable. Point d’édulcoration, Agota Kristof va droit au but, elle se met dans la peau des enfants et propose un style dépouillé, à la fois innocent et mature, dénué de toute considération ou réflexion polluantes. Des faits, rien que des faits.

Lucas et Claus comprennent très vite qu’ils doivent s’endurcir s’ils veulent survivre à la guerre, aux privations, aux brimades, à la séparation d'avec leur mère : ils entreprennent des « exercices d’endurcissement de l’esprit  et du corps » : privations volontaires, entraînement à la résistance morale et physique, ces deux là deviennent insensibles, marmoréens. Deux robots impitoyables entraînés à la survie. Deux corps, un esprit. Pour l'âme on repassera.

C’est difficile. Souvent intolérable. Ces deux là ne sont plus des enfants, mais une seule machine qui ne pense qu’en termes de survie, de blindage. Peu importe les horreurs (et croyez moi, des horreurs, il y en a, dans ce livre), les garçons avancent. L’insoutenable devient banal, anecdotique. Les garçons s’accommodent de tout ; toute leur sensibilité et leur innocence ont été consciencieusement, méticuleusement anéanties, piétinées, balayées. Par eux-même.

Plus on avance et plus on s’enfonce dans cette absence de morale qui n’est qu’un rempart soigneusement édifié contre la souffrance. Plus on avance et plus on reste à la fois consterné, fasciné, terrassé, par ces deux monstres d'insensibilité tellement touchants.

Le grand cahier est le premier tome d’une trilogie, la Trilogie des jumeaux. Agota Kristof écrit en des termes précis, tranchants, qui laissent un sentiment gênant, impressionant, frissonant. J'ai beaucoup aimé, j'avoue, cet exercice.

Je n’ai pas encore lu les deux tomes suivants : La Preuve et Le troisième mensonge, mais je vais sans aucun doute m’y atteler très rapidement.

L'avis de La lettrine sur la trilogie.

06:45 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

Commentaires

On a parlé d'"écriture blanche" à propos de cette auteure...En tout cas, ça met mal à l'aise!

Écrit par : cathulu | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

Je pense que je vais attendre de connaître tes impressions sur la (les) suite(s) pour me faire une idée... mais tu m'as intriguée...

Écrit par : Aelys | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai lu cette trilogie il y a longtemps, mais je me souviens du "coup de poing" (voir la citation de Flaubert chez Sylire...)que j'ai ressenti ! Une histoire très noire mais très bien écrite !

Écrit par : cathe | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai lu la trilogie il y a quelques temps, aussi je suis curieuse de connaître ton avis sur la suite.

Écrit par : bladelor | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

@cathulu : tu les as lu ? Qu'en as tu pensé ?
@ aelys, bladelor : je les ai acheté hier..
@cathe : je vais voir chez Sylire!

Écrit par : amanda | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

ma première réaction à la lecture de ton article fut "des jumeaux ? je note !" mais waow ça a l'air si dur !!!
ceci dit, quand tu auras lu toute la trilogie, je crois que je m'inscrirai bien sur la liste de prêt, s'il y en a une évidemment!! ;-)

Écrit par : Emeraude | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

je me laisserai tenter plus tard je pense

Écrit par : goelen | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne lis pas ton billet car la trilogie est dans ma PAL !

Écrit par : Caro[line] | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

J'aime les livres qui secouent, mais là je crois que c'est un peu trop pour mon p'tit coeur...

Écrit par : Anne | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

En Picardie, il y a quelques années, un enseignant à étudier ce livre et les parents étaient très en colère.

Écrit par : Bellesahi | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai le premier tome dans ma PAL... ce qui, étant donné sa hauteur, n'est pas nécessairement un signe que je lirai bientôt mais je suis tout de même curieuse! C'Est officiel que je veux lire ça... un jour!

Écrit par : Karine | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

@emeraude : je te les passerais (je savais que ça te ferait réagir!)
@golen : plus tard alors!
@caro[line] ah, tu nous diras !
@anne : c'est spécial, c'est vrai, mais édifiant!
@bellehasi : La lettrine parle de cette affaire ds son blog : ce livre n'est pas à mettre en toutes les mains, en tout cas pas celles d'un enfant...

Écrit par : amanda | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

C'est une trilogie qu'on n'oublie pas, j'ai lu les trois il y a plus de 10 ans et le souvenir est toujours aussi fort !

Écrit par : Gachucha | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

Il s'agit du lycée où je suis allée quelques années avant !

Écrit par : Bellesahi | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

Ces trois là sont très réussis et percutants mais jen'ai pas aimé ces autres oeuvres.

Écrit par : cathulu | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

J'avais déjà eu des échos sur cette trilogie et j'ai mis la main sur le premier tome. Je vais essayer incessamment sous peu!

Écrit par : chiffonnette | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

Une trilogie passionnante... dans mes souvenirs, le style évolue au fil des volumes, le premier a l'écriture la plus blanche et la plus percutante.

Écrit par : rose | 01/02/2008

Répondre à ce commentaire