Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LA ROUTE – CORMAC Mc CARTHY | Page d'accueil | LA PREUVE – AGOTA KRISTOF »

07/02/2008

ON EST TOUJOURS TROP BON AVEC LES FEMMES – RAYMOND QUENEAU

b7ca2e23420880876e9451b4b16245d4.jpgMéfiez vous des femmes ! Encore plus si elles sont anglaises, et que vous êtes irlandais…

En 1916, sept rebelles indépendantistes irlandais prennent possession d’un bureau de poste à Dublin. Ils se débarrassent des occupants et tiennent tête aux soldats de sa Majesté Britannique. Ils mourront en héros s’il le faut.

Mais il n’avaient pas prévu une chose : c’est qu’une jeune fille, Gertie, est enfermée dans les lavatories… Ils mourront en héros, oui, mais il n’est pas question que la réputation de l’IRA soit entachée par des mauvais traitements infligés à une jeune fille. Ils n’iront pas brûler en enfer, ces fervents catholiques ! Mais c’est sans compter sur Gertie, qui a plus d’un tour dans son sac…

Ah mes amis ! Quel délice que ce petit roman ! Raymond Queneau manie les mots et les histoires d’une façon totalement hilarante. Jeux de mots, jeux de mains jeux de vilains, il nous entraîne dans une aventure savoureuse et délicieusement loufoque…

C’est bourré d’humour, on s’amuse à tous les étages, il y a de la provocation, de l’excitation, du décalage.  Sachant que Queneau a publié son roman sous le pseudonyme de Sally Mara, traduit par Michèle Presle…. précipitez vous sur le roman et sur les notes de traducteur !

Le tout est coquin, malin, suave et décalé. Raymond Queneau nous embarque dans une épopée hilarante, on ne sait plus qui est à plaindre et qui est à craindre. Ils sont dépassés, ces braves héros, elle se surpasse, cette pauvre otage, mais, une chose est sûre, c’est qu’on est toujours trop bon avec les femmes !

« Camarades et amis chers, ça ne peut pas continuer. Je parle pas des Britanniques, c’est clair, ils vont nous avoir, c’est foutu, faut pas se le déguiser, n’empêche qu’on va les emmerder drôlement, qu’on va faire des héros, des sacrés héros, pour ce qui est d’être des héros, ça c’est sûr qu’on fera des héros, mais alors ce qui gaze pas du tout, c’et cette fille, quelle idée qu’elle a eu de se planquer dans le lavatories quand la bagarre s’est déclenchée, plus moyen de se dépêtrer d’elle, ce qu’elle veut, on ne sait pas, mais je trouve clair et net qu’elle a son idée, que dis-je « son idée » ? Ptêt’ même des idées, plusieurs. Non. Non. Non. Avec cette drôlesse parmi nous, faut prendre une décision, une décision bien claire et bien nette, sacré Bordel de Dieu, et puis c’et pas seulement ça, mais faut s’expliquer à son sujet, fut se dire des vérités à son sujet. Voilà ce que je pense : moi je suis le chef et j’ai pris une décision : d’abord de prendre une décision, tout comme u chef que je suis, et puis ensuite ou plutôt tout d’abord, de se dire la vérité pour ce qui est quant à ce qui concerne cette personne du sexe féminin que je viens de boucler dans ce petit bureau. »

On est toujours trop bon avec les femmes - Raymond Queneau - Folio - 221 p.

Lettre Q du Challenge ABC 2008.

06:30 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

Commentaires

plus que prometteur :)
je le note! même si c'était déjà fait depuis hier soir ;)

Écrit par : Stéphanie | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

Queneau est vraiment un auteur génial et ce roman très très drôle, je plussoie! :))

Écrit par : fashion victim | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

Enfin une lecture légère à noter! Ma LAL en manque...

Écrit par : Anne | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

De Queneau, je ne connaissais que "Zazie dans le métro" et ses "Exercices de style"... En fait, je ne pense pas noter celui que tu présentes, mais ton billet me donne envie de relire les deux que j'ai cités précédemment car ça fait très longtemps que je ne les ai pas lus !!!

Écrit par : Caro[line] | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

je ne connaissais pas cette oeuvre de queneau mais j'y remédierai car j'avais beaucoup aimé zzie dans le métro et exercices de style

Écrit par : goelen | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

je n'ai lu que les fleurs bleues, que je recommande, mais ayant zazie dans ma PAL depuis longtemps, je vais m'y remettre. Et je note ce titre. J'aime beaucoup Queneau !

Écrit par : Emeraude | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

@stéphanie, anne, emeraude, goelen : il est vraiment tès drôle ! Raffraichissant !
@fashion tout à fait d'accord !
@caro : AH... Exercices de style ! J'aime bcp !
@emeraude : je veux bien que tu me prêtes les Fleurs bleues !

Écrit par : amanda | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre de Queneau! Mais je compte bien y remédier! J'ai le goût de rire un peu ces temps-ci!!!

Écrit par : Karine | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

Tu as raison, il faut lire Queneau !

Écrit par : rose | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

J'adore Queneau et ses mots et ses histoires qui partent en quenouille! ;) Y'a un autre Raymond que j'aime bien aussi pour ça, même si leurs univers sont différents, c'est Devos. Et oui, un délice, ce roman! Bonne soirée, miss A.!

Écrit par : Kiki | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

Queneau, un maître. Et ce titre est jubilatoire...
Mais pour me rattraper : à noter aussi "mille milliards de poèmes", passionnant bouquin qui tout en étant un vrai exercice de style peut se savourer.
Rien que pour le plaisir de voir les bandes de papier avec les vers se recomposer sous vos yeux, essayez d'en ouvrir un exemplaire.
Kenavo.

Écrit par : Spencer | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

@karine : essaye Queneau, tu n'en sortiras plus !
@rose : tout à fait d'accord
@kiki : j'ai pensé plusieurs fois à toi en le lisant... quelques mots détournés qui te ressemblent...et je suis une grande fan de Devos, oh homme extraordinaire !
@spencer : je me doutais bien que tu réagirais !!! je vais essayer de trouver mille milliards de poèmes.

Écrit par : amanda | 08/02/2008

Répondre à ce commentaire

J'adore Queneau mais ne connait pas celui-ci : erreur perso à réparer très bientôt.

Écrit par : Yv | 20/09/2009

Répondre à ce commentaire