Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LE BROCART – MIYAMOTO TERU | Page d'accueil | LE TROISIEME MENSONGE – AGOTA KRISTOF »

19/02/2008

SWAP – ANTHONY MOORE

a9e17f7256a51dd8a8650889344916e3.jpgHarvey Briscow a toujours vécu dans une bande dessinée. D’ailleurs, il est directement passé de l’âge enfant à l’âge enfant-qui-n’a-pas-voulu-grandir. La preuve, au lieu d’évoluer normalement, c'est-à-dire de choisir un vrai métier comme dit sa maman, de se marier et d’avoir des enfants comme dit son papa, il a ouvert une boutique de bandes dessinées à Londres. Où il végète depuis… soyons sympa, disons….depuis pas mal de temps.

De toute façon, il n’aime que ça, les comics. Et son fantasme, ce serait d’ouvrir un coffee shop à New York sur le thème des super héros : les 4 fantastiques, Superman, Wonder Woman. Ses idoles, quoi.

Mais, pour ouvrir ce coffee shop, il aurait fallu qu’il garde ce fichu « Superman numéro un », quand il était encore un gamin, au lieu de l’échanger contre vulgaire bout de plastique à Charles Odd, dit Bleeder. Voilà ce qui hante ses jours et ses nuits, à Harvey : cette saleté de BD qui aujourd’hui vaut près de deux cent mille livres et qu’il a stupidement donnée à un camarade persécuté, un pauv’type martyrisé par les gars du collège de son enfance. Harvey en rêve, Harvey en bouffe, du remords et des regrets : il construit sa vie autour du souvenir de cette relique. Alors il se rend à une réunion des anciens du collège afin de demander à Charles Odd de lui rendre cette BD. Qu’il la lui rende, ou qu’il lui avoue l’avoir brûlée, peu importe. En tout cas il faut qu’il en finisse avec les regrets et les « si ».

Le lendemain, il décide de cambrioler la maison de Charles Odd. Et tombe sur le cadavre la vieille Mrs Odd. Affolé il prend ses jambes à son cou…. Mais qui avait le meilleur mobile pour tuer une vieille femme chez qui se trouvait encore LA BD  ? Qui ressassait sans arrêt qu’il aurait mieux valu qu’il la garde, sa BD ? Qui a laissé ses empreintes partout ? Harvey, bien sûr. Il est mal barré, c’est certain. Vraiment mal barré.

Ce roman est assez divertissant. Les situations sont souvent amusantes, les personnages à la fois attachants et navrants par certains cotés. Des pauvres types qui n’ont pas réussi à bâtir leur vie, ou plutôt ont bâti un simulacre de vie.

Certes, on a très envie de savoir qui est réellement le (ou la) meurtrier(e). Parce que les coupables possibles, il y en a plusieurs : Charles Odd, le fils étouffé par une mère plus ou moins folle ? Jeff Cooper, la brute épaisse ? Maisie Cooper, le démon aux yeux d'ange ? La dessus, rien à dire, on est rivé au roman pour connaître la fin.

En revanche, le style ou plutôt l’absence de style gâchent un peu le plaisir. Il y a de l’humour, certes, mais il n’est pas aussi subtil que chez Nick Hornby. Il y a quelques perles (les parents d’Harvey sont hilarants) mais quelques réflexions plus « lourdaudes » qu’élégantes abiment le tout.

Ce sera mon bémol. Celui qui a suffit à ne pas m’emballer.

Quant à Cuné et Bellesahi, elles ont réussi à passer outre et vraiment apprécié, les chanceuses !

Ps : Cuné évoquait John Cusak pour le rôle de Harvey. Je penche plutôt pour Kevin Spacey, même s’il est plus âgé que le personnage!!

Swap - Anthony Moore - Editions Liana Levi, 350 pages

06:20 Publié dans *Litterature Anglo-saxonne* | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

A attendre en poche donc ?

Écrit par : cathulu | 19/02/2008

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il est plus difficile pour un livre de nous rire plutôt que pleurer...

Écrit par : Anne | 19/02/2008

Répondre à ce commentaire

Mince ça ne m'a pas choqué. j'ai trouvé que ça allait avec les personnages et les situations.
Snifff, je m'appelle BelleSahi. Bé oui Isabelle à l'envers.

Écrit par : Bellesahi | 19/02/2008

Répondre à ce commentaire

J'hésite encore avec ce livre...je vais attendre qu'il fasse son entrée à la biblio, s'il l'a fait...

Écrit par : Florinette | 19/02/2008

Répondre à ce commentaire

@cathulu : tout dépend de ta sensibilité... je vais te l'envoyer !
@ anne : c'est bien vrai, en fait
@bellesahi : vrai. le style exprime bien la vacuité de l'existence de Harvey ! C'est d'ailleurs doute volontaire de la part d'Antony Moore. Oups pour la faute...
@florinette : il faut le lire, je n'ai pas été transportée mais je n'ai pas détesté non plus !

Écrit par : amanda | 19/02/2008

Répondre à ce commentaire

Je pensais que c'était une BD... bon, si c'est un roman, ça m'intéresse davantage!!! Peut-être, donc! Quand les commentaires sont moins unanimes, ça me tente toujours!

Écrit par : Karine | 19/02/2008

Répondre à ce commentaire

oh !!! il me tente beaaaaauuucoup ! avec ou sans style ;))

Écrit par : lily | 19/02/2008

Répondre à ce commentaire

je suis aussi sensible qu'un crocodile, sauf quand il y a un chien, bien sûr !
Merci d'avance!
Au fait tu as bien reçu le bouquin ?

Écrit par : cathulu | 20/02/2008

Répondre à ce commentaire

@karine : c'est tjrs bien d'avoir plusieurs avis et chacun y trouve son compte
@ lily, je demande à ctahulu de te l'envoyer après qu'elle l'ait lu
@cathulu : je te l'envoie... et OUPS oui je l'ai reçu. Autant dire à tout le mode toute de suite que je suis une plaie pour les accusés de réception.. si je ne le fais pas tout de suite j'oublie.... honte à moi. Alors je l'ai reçu, mais pas encore commencé... d'ailleurs ave tout ce qui s'est dit autour, j'hésite..

Écrit par : amanda | 20/02/2008

Répondre à ce commentaire