Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LE TROISIEME MENSONGE – AGOTA KRISTOF | Page d'accueil | SWEENEY TODD – Tim Burton »

22/02/2008

LE CANAPE ROUGE – MICHELE LESBRE

f1b611857447020aaad0d019e713c751.jpgAnne est décidée à revoir l’homme qu’elle a aimé jadis. Ils ne se sont pas revus, ils ne se sont plus écrit, mais Anne prend le train jusqu’à Irkoutsk où Gyl s'est exilé.

 

Elle a laissé Clémence derrière elle. Clémence à qui elle lit tous les jours les destins de femmes exceptionnelles, exaltées, passionnées. Clémence qui hante son voyage et ses pensées. Clémence assise sur son canapé rouge, Clémence habitée par son passé et des souvenirs qui s’estompent et s’effacent. Aspirés par la maladie ils ressurgissent en lambeaux épars de plus en plus fugaces.

 

Le rythme du roman est lent, aussi lent que ce train qui traverse la Sibérie , mais le voyage est serein, paisible, parsemé de souvenirs et de mélancolie.

 

Des moments de tendresse partagés avec Clémence (« J’aurai aimé la prendre dans mes bras, la détresse des corps vieillis qu’une main n’effleure, qu’aucun corps n’étreint, cette immense solitude de la chair qui est déjà un peu la mort, m’a toujours effrayée. Enfant, la peau de mes grand-mères me fascinait, je la touchais avec précautions, comme si je craignais de la froisser davantage, qu’elle se déchire sous mes doigts et que ma maladresse précipite une issue fatale. Celle de Clémence Barrot, fine et diaphane, me rappelait ses instants d’une infinie tendresse où je me perdais dans la géographie des rides et des veines bleues qui courraient sur les mains abîmées de ces femmes, petits ruisseaux buissonniers et palpitants. »), aux rencontres éphémères avec d’autres voyageurs (« Dans le compartiment, ils s’appelaient Tania, Vassili, Piotr, Vera, Boris, Vania. Parfois ils apparaissaient et disparaissaient sans qu’un mot ait pu être échangé. Tous n’étaient qu’ombres furtives, surtout la nuit, lorsque le train s’arrêtait quelque part, qu’ils allaient et venaient dans le mystère de leur vie. Les corps s’allongeaient discrètement puis s’esquivaient pour se perdre dans l’une de ces villes on l’on ne distinguait rien, seulement une vague ébauche surgissant de la pénombre ou du voile encore épais de l’aube. Un perpétuel mouvement rendait ainsi chaque rencontre fugitive et capitale à la fois. Leurs visages s’estompaient avec le temps, mais je gardais cette impression forte d’avoir approché des femmes et des hommes qui ne me quittaient plus ».) Anne ressuscite ses relations avec Gyl, avec d’autres hommes aussi, qu’elle a connus puis quittés.

 

Michèle Lesbre caresse ces souvenirs brumeux et cette nostalgie lumineuse. Elle les esquisse avec une délicatesse et une sensibilité exquises.

 

Quel talent a-t-elle pour nous faire vivre et ressentir cette affection profonde, intime, qui unit Anne et Clémence ! Ses phrases sont des fragments de poésie, aussi vaporeux que les souvenirs qui surgissent, uns à uns, pointant leur éclat, leur beauté et leur douceur.

 

Il y a une grâce et une luminosité sereines dans ce roman que l’on referme en frissonnant.

 

 

Le canapé rouge - Michèle Lesbre - Editions Sabine Weipieser, 145 pages

 

Merci à Clarabel et à Lily pour cette découverte. Bellesahi a aimé dès les premières pages.

 Sophie, Papillon, Sylire et Cathe l'ont lu aussi.

06:45 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook

Commentaires

J'attendrais sagement qu'il sorte en poche car j'étais un peu restée sur ma faim avec le précédent.

Écrit par : cathulu | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

Si un prêt est possible, je suis partante... :)))

Écrit par : fashion victim | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

Toi aussi tu es capable de faire frissonner avec de tels billets ;-)

Écrit par : Anne | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

j'ai l'impression que les avis sont unanimes sur celui là !

Écrit par : Emeraude | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

Ah oui je l'ai aimé. Tu en parles très bien. Tu me donnes envie de relire quelques pages par-ci par là.

Écrit par : Bellesahi | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

Moi j'étais un peu restée sur le quai.... mais je savais qu'il trouverait son public :-)

Écrit par : cathe | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup les extraits qui montrent bien l'atmosphère du livre que tu décris si bien, j'ai vraiment très envie de le lire !!

Écrit par : Florinette | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

@cathulu : ah oui ? lequel ? (c'est mon premier Michèle Lesbre et je me demande par lequel je vais pouvoir continuer)
@ fashion : oui m'dame!
@anne : merci, mais c'est facile, quand on est encore imprégné du roman !
@ emeraude : non justement, quelque unes l'ont trouvé trop lent. Question de sensibilité et d'attentes sans doute
@ bellesahi : j'en ai déjà relu certains pour les garder bien précieusement en mémoire!
@cathe : à chacun ses voyages imaginaires !
@ florinette : si tu aimes les extraits tu aimeras le livre, je pense !

Écrit par : amanda | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

Que tu en parles bien !!
Oui ce livre est magnifique !!

Écrit par : lily | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

On sent l'influence de la dame dans ton billet ... ça illumine de partout ! :)

Écrit par : Clarabel | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

@lily, clarabel : je crois que Clémence était encore un peu en moi, quand j'ai écrit.... merci encore !

Écrit par : amanda | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

Oh, le beau billet que voilà ! Pour l'instant, je ne note pas, j'ai TROP de livres en "retard" ;-)

Écrit par : Tamara | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

c'est un très beau roman ,il faut lire aussi la petite trotteuse ou l' on retrouve toute la finesse de Michelle Lesbre.En plus il est en poche.

Écrit par : grazi | 22/02/2008

Répondre à ce commentaire

Il y a tellement de bons avis sur ce livre, je le lirai quand il sortira en poche.

Écrit par : Françoise | 23/02/2008

Répondre à ce commentaire

@tamara : quoi, tu n'as pas fini de lire les 91 livres ?!
@grazi : "la petite trotteuse" sera sand doute mon prchain livre de cette auteure!
@françoise : j'espère que tu aimeras. Que lis tu en général ?

Écrit par : amanda | 23/02/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai découvert ton blog grâce à ma libraire (Grazi). Je lis beaucoup de romans, avec une préférence pour la littérature étrangère, des essais, des témoignagnes. Je me laisse guider par les coups de coeur, certaines critiques et maintenant les blogs !

Écrit par : Françoise | 23/02/2008

Répondre à ce commentaire

@françoise : ta libraire est de bon conseil ;-) et
@grazi : si tu passes pas là, je ne savais pas que tu es libraire... où ça, sur la région parisienne ?

Écrit par : amanda | 23/02/2008

Répondre à ce commentaire

oui je suis libraire à Rouen ,mais je suis nulle en informatiqueje fais des fautes de frappe et surtout je n'osais pas faire de commentaires, un peu de timidité et c'est françoise qui m'a encouragée.

Écrit par : grazi | 23/02/2008

Répondre à ce commentaire

@ Grazi : rassure toi, je fais aussi plein de fautes de frappe (bien que je sois très exigente sur l'orthographe en général, ma fille en sait quelque chose....) Donc tu as bien fait de laisser des commentaires... Où es tu à Rouen ? Clarabel vit près de Rouen

Écrit par : amanda | 24/02/2008

Répondre à ce commentaire

j'ai été très sensible également à ce très beau texte qui nous emporte en nous berçant pour un magnifique voyage intérieur.

Écrit par : sylvie | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire