Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« COMME UN MERE – KARINE REYSSET | Page d'accueil | CHRYSALIDE – AUDE »

20/03/2008

LE MARIAGE D’ANNE D’ORVAL – SEBASTIEN FRITSCH

2031124801.gifNous sommes dans l’Auvergne médiévale et les seigneurs partagent leur temps entre guerres de contrées, banquets, religion, vassalités, rivalités. 

 

Le Baron Enguerrand d’Orval veut marier sa fille Anne. Anne dont la beauté, la douceur, la pureté ont bouleversé sa vie et transformé le seigneur sanguinaire en homme bon et juste. Clément de Merlieu sera le promis. Clément choisi pour sa droiture, son caractère exceptionnel parfaitement accordé à celui d’Anne.

 

 

Mais voilà, l’amour ne se résume pas à un contrat signé entre deux Seigneurs. L’amour est parfois plus fort que la volonté d’un père despote. Un amant, dont on ne connaîtra le nom qu’au tout dernier mot de la toute dernière page du livre. Une jeune femme dévouée à son père mais qui se laisse séduire. Une mère attentive, deux frères soumis. Un promis dont le passé reste un mystère, dont les amis ne sont pas aussi nobles qu’ils le paraissent. Une volonté de vengeance qui se transmettra de génération en génération, et cette question lancinante, qui taraude le lecteur : qui est Clément ? Qui est l’amant ? Qui a bafoué l'honneur de cette famille ?

Il m'a fallu du temps pour rentrer dans ce roman historique, même si les descriptions, les situations, se laissent lire avec beaucoup intérêt.

On a envie d’accompagner plus longuement Anne, sa pâleur, sa langueur, Enguerrand homme d’honneur, on a envie de savoir QUI écrit ce récit. Pas de passion, donc, mais de la curiosité. Beaucoup de curiosité. Petit à petit elle s’installe, les caractères se dessinent et l’on se retrouve plongé dans ce roman d’amour et cette fresque médiévale.

Je ne peux pas dire que j’ai adoré ce roman. Mais je me suis laissée emporter par l’histoire, j’ai tremblé avec Anne d’Orval, j’ai détesté puis aimé puis méprisé ce père aveugle et pétri d’orgueil, que j’ai même soupçonné du pire parfois.

A lire donc, si l’on aime les romans historiques, les romans sur l’amour et l’orgueil stupide, la rage vengeresse et la passion, plus forte que le devoir et la raison.

Ce premier roman de Sébastien Fritsch sera bientôt suivi par un roman policier « Le sixième crime ». Si l’habileté de l'auteur pour installer son lecteur dans le doute et le questionnement se confirme, si les personnages de ce deuxième roman sont aussi bien dessinés que ceux du "Mariage d'Anne d'Orval", je crois que ce sera probablement très réussi.

06:25 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

Commentaires

Je crois que c'est le premier roman historique que je te vois chroniquer. Me tromperais je?
Etant plus roman historique que roman policier, suis curieuse de le lire ce fameux roman. Comme je l'avais dit à Sébastien, je suis pile dans la cible. :))

Écrit par : Stéphanie | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

Le roman historique, c'est comme manger des tripes, j'ai (vraiment) beaucoup de mal...

Écrit par : LVE | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

Pour un roman historique doublé d'un roman d'amour, il a l'air de ne pas trop mal s'en sortir...

Écrit par : Ys | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

Ca me fait bien envie ce roman. J'ai vu que l'auteur habite Lyon, peut-être pourrais-je le recontrer, ça serait chouette !

Écrit par : bladelor | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

@stéphanie : tu as raison. Et du coup j'attends avec impatience son deuxième roman.
@LVE : il faut toujours essayer (moi c'est Nothomb, mon "bad tripes")
@Ys : exactement
@bladelor : et en plus il est très sympathique. Je te l'envoie (le roman, pas Sébastien !)

Écrit par : amanda | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

C'est intriguant, il y a très peu de romans historiques qui me tentent mais j'aime bien la période de celui-ci...

Écrit par : goelen | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis bien tentée aussi... juste à lire ton billet, je veux savoir qui écrit et ce qui va arriver à cette demoiselle!

Écrit par : Karine | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis aussi plus "polars" qu'"histoire" donc j'attendrai le second pour découvrir la plume de Sébastien !

Écrit par : Tamara | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

@goelen : et on trouve bien l'époque!
@karine : ah ah !
@tamara : il sort très bientôt!

Écrit par : amanda | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

Roman historique médiéval, histoire d'amour, bons personnages, nouvel auteur ... cela mérite d'être noté !

Écrit par : Joelle | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai bien lu, tu m'envoies le livre ?! ... C'est sûr, un auteur en colissimo passe moins bien qu'un livre curieusement ! ;-)

Écrit par : bladelor | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

@joelle : bonjour et merci pour tous tes messages! oui, note le!
@bladelor : redonne moi juste ton adresse par mail!

Écrit par : amanda | 20/03/2008

Répondre à ce commentaire

Après avoir lu la critique de Lucile, moi qui n'aime pas les romans historiques, je me suis dit "tiens, pourquoi pas ? ". Mais ta critique me refroidit un peu. Je vais peut être plutôt attendre le polar de S. Fritsch. Comme beaucoup ici, je suis plus polar que romans historiques. C'est curieux, non ?

Écrit par : Fantômette | 02/04/2008

Répondre à ce commentaire