Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« CHAQUE FEMME EST UN ROMAN – ALEXANDRE JARDIN | Page d'accueil | 100 ROMANS DE PREMIERE URGENCE »

31/03/2008

DE BEAUX LENDEMAINS – RUSSELL BANKS

1985041505.jpgParfois un roman peut en cacher un autre. « De beaux lendemains » raconte l’histoire d’un accident. Un accident qui a causé la mort de plusieurs enfants.

Dolores Driscoll est conductrice de bus scolaire. Elle ramasse chaque jour les enfants de ce petit coin perdu des Aridonbacks, dans le nord de l’Etat de New York. Chaque jour depuis près de trente ans elle les conduit à l’école de la vallée. Jusqu’au jour où elle croit voir un chien sur la route montagneuse. Elle freine, braque, vire et tombe dans le ravin, glisse sur une sablière, le bus fend la glace et s’enfonce.

L’accident pulvérise la vie du village de Sam Dent. Malgré les secours, plusieurs enfants périssent.

L’accident nous est raconté à tour de rôle par Dolores elle-même, puis par Billy Ansel qui a perdu ses enfants ; par Mitchell Stephens, un avocat new-yorkais qui va tout faire pour qu’un procès ait lieu et faire payer les responsables ; par Nicole Burnell, une jeune rescapée devenue invalide suite à l’accident.

C’est magistral. Chacun, avec sa voix, ses mots va apporter son regard sur les événements. Mais au-delà de l’accident, un autre roman se dessine : celui de cette bourgade, celui des habitants des montagnes isolées, rongés par la pauvreté, par la rigueur des hivers, par l'obscurité de leurs avenirs. Celui des couples qui ne se parlent plus, usés par les difficultés à nourrir une famille, ceux qui se contentent de leur morne quotidien puisque demain ne sera qu’un autre quotiden, tout aussi morne, suivi par un autre, et un autre encore. Celui des parents ravagés par le deuil, emmurés dans leur douleur, incapables de partager leur fardeau. Celui de cet avocat avide de revanche, de vengeance, de victoire, qui mène mille combats pour oublier qu’il n’a pas gagné celui d’être un bon père.

C’est le roman de cette jeune fille démolie par un père abusif mais cloîtrée dans le silence. Comment dénoncer son père ? Parce qu’il l’aime, en fait. D’une certaine façon, c’est sûr, mais c’est son père après tout. Elle était déjà démolie, de toute façon. Son handicap tiendra son père au loin, c’est déjà ça.

L’atmosphère pourrait être opaque, triste. Comme si le malheur ne s’abattait que plus lourdement sur les gens démunis. On est loin de la grande ville et de ses lumières, on vit d’aide sociale ou de menus travaux, mais l’honneur de ses habitants est intact, même s’il se noie parfois dans l’alcool qui anesthésie les souffrances. L’atmosphère est opaque, oui, d'une certaine manière, mais en même temps elle est illuminée par la richesse intérieure de ces personnages, par leur richesse morale, par leur dignité.

C’est impressionnant, c’est bluffant, cette capacité qu’a Russel Banks de se couler dans l’intimité de l'âme humaine, de nous faire aimer ces êtres qui essayent de vivre décemment, dignement. Il nous remue de compassion et d’empathie pour ses personnages. Il nous transporte dans ce bled paumé et l'on s'y sent presque bien, presque à notre place.

Un roman, deux romans, plusieurs romans en un seul, pour un même régal.

Ah, que j'ai aimé ce livre!

L'avis d'Anne, qui m'a donné envie de le lire, celui de Joelle.

 

 

06:05 Publié dans *Litterature Anglo-saxonne*, *Nouvelles* | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook

Commentaires

je veux bien croire que tu as aimé ce livre :)
je l'ai noté il y a peu également pour le lire, donc la question rituelle va arriver : dis tu me le prêtera? :)

bizarrement le thème me rappelle un medium de la collection de l'école des loisirs sur une prise d'otage dans un bus scolaire, je vais également essayer de le retrouver... je crois l'avoir ramené de chez mes parents.

Écrit par : Stéphanie | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Vraiment un très bon livre.

Écrit par : cathulu | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu il y a quelques années, j'en garde encore un souvenir fort.

Écrit par : Françoise | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

oui, tous les avis qu'on lit en ce moment sur ce roman rejoignent le tien. et donc, évidemment, j'ai maitnenant très envie de le lire!

Écrit par : Emeraude | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

@stéphanie : oui je te le prêterai (mais il part d'abord chez une amie non bloggueuse.. je vais lui demander de le lire vite)
@cathulu : oui (tu avais fait un billet (j'ai eu la flemme d'en chercher davantage, mais il faut me les signaler)
@françoise : je crois que bcp l'ont aimé
@emeraude : tu dois le lire, je suis sûre que tu aimeras;_)

Écrit par : amanda | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Cela me rappelle que je n'ai toujours pas vu le film qui en a été tiré ! Mais pas de risque que j'oublie l'histoire et ce livre ... Banks est un écrivain qui marque (même si je n'ai pas été convaincue par la fin, le livre m'est restée dans la mémoire !)

Écrit par : Joelle | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

là, j'ai pas le choix, je vais essayer de le trouver à la bibliothèque après demain car j'ai très envie de découvrir cet auteur depuis longtemps. Et comme je suis une accro aux romans à plusieurs voix, je ne peux pas faire l'impasse...

Écrit par : goelen | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je l'ai noté chez Anne il y a quelques temps... mon goût de le lire n'est que plus intense après ton billet... si ce n'était de ma mautadite pile à lire qui devient exponentielle aussi!!! Ca va devoir attendre un peu... mais bientôt bientôt!

Écrit par : Karine | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

J'avais adoré le film d'Atom Egoyan tiré de ce roman.

Écrit par : rose | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Ah lala! Encore un qui fait bien envie!... ou le problème des LAL sans fin! :)

Écrit par : Lucile | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord avec toi, ce livre qui pourrait être n'être qu'oppressant est lumineux.... Une merveille !

Écrit par : Gachucha | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai jamais lu ce romancier, mais à chaque fois que j'entends quelqu'un en parler, ça me rappelle que je devrais m'y mettre, quand même... Ce que tu écris ici me tente beaucoup !

Écrit par : erzébeth | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

@joelle : je n'ai pas vu le film, il parait qu'il est bien
@ karine : parfois l'occasion fait le larron. Il était sur ma LAL qd je suis tombée dessus pas hasard... et hop !
@rose : je vais le louer alors!
@lucile : voir réponse à karine !
@gachucha : lumineux, oui !
@erzebeth : c'était mon premier Banks, et du coup j'ai acheté le dernier, "La réserve", j'ai envie d'aller plus loin avec cet auteur

Écrit par : amanda | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Tu en parles d'une telle façon qu'on ne peut qu'avoir envie de le lire ! J'ai "American Darling" dans ma PAL et dans mon challenge 2008. Je crois que je vais ajouter celui-ci à ma LAL aussi.

Écrit par : Manu | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je me permets de vous signaler la prochaine sortie de mon livre car j'aimerais connaître votre avis,"heureux les simples d'esprit" sort chez Robert Laffont le 10 avril, en attendant je vous invite à découvrir la bande annonce sur dailymotion http://www.dailymotion.com/video/x4nj7t_heureux-les-simples-desprit_news

Écrit par : Cara Zina | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai jamais lu cet auteur et pourtant ce livre m'attend dans ma PAL. Je pense qu'il ne va pas tarder à monter sur le haut de la pile. Déjà le billet d'Anne m'avait bousculé ...

Écrit par : anjelica | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Et de trois! Je l'emprunte à la bibliothèque aujourd'hui même puisque c'est comme ça!

Écrit par : chiffonnette | 01/04/2008

Répondre à ce commentaire

@manu : American Darling : ça parle de quoi ?
@cara zina : merci de l'information
@chiffonnette : j'espère que tu aimeras

Écrit par : amanda | 01/04/2008

Répondre à ce commentaire

En effet, c'est un superbe roman, qui m'a beaucoup touchée et auquel j'ai continué à penser longtemps après l'avoir fermé.
Russel Banks est un écrivain remarquable et sans doute un de mes préférés de ces dernières années.

Écrit par : virginie | 01/04/2008

Répondre à ce commentaire

Euh, je ne l'ai pas encore lu, donc c'est assez difficile à dire.

En gros, c'est une jeune bourgeoise américaine qui fuit les USA dans les années 70 à cause de ses activités révolutionnaires et part au Libéria. Elle se marie là-bas. Puis revient aux USA, où elle fonde une ferme écologique.

Bon dit comme ça, ça a pas l'air top, mais il paraît que c'est un superbe portrait de femme !

Écrit par : Manu | 01/04/2008

Répondre à ce commentaire

Tu n'avais pas vu le film d'Egoyan?(reprise du livre)
Le film est tout aussi poignant que le livre selon moi.

Écrit par : sophie kune | 03/04/2008

Répondre à ce commentaire

@virginie : je vais bientôt lire son dernier roman
@manu :ok
@sophie : non je ne l'ai pas vu. Si j'ai le temps je le louerai

Écrit par : amanda | 03/04/2008

Répondre à ce commentaire

J'ajoute ma voix à ce concert d'éloges. Russel Banks fait partie de ces rares auteurs qui parviennent à nous toucher sans tomber dans la surexploitation des sentiments. Un roman à la fois simple et poignant.

Écrit par : Louis | 26/05/2008

Répondre à ce commentaire

@louis : bienvenue ici ! et je suis entièrement d'accord avec vous

Écrit par : amanda | 27/05/2008

Répondre à ce commentaire