Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« PERSONNE N’EST PARFAIT – DONALD WESTLAKE | Page d'accueil | Book & the City... »

10/04/2008

LE JUGEMENT DE LEA – LAURENCE TARDIEU

732618227.jpgLéa attend, dans le couloir du palais de justice, que les jurés rendent leur verdict. Léa est accusée du meurtre de son fils. On ne saura pas grand-chose d’autre. On devinera, on aura l’impression d’effleurer la vérité, sans jamais la saisir tout à fait.

 

Encore une fois la plume de Laurence Tardieu vous essore le cœur. Elle pointe, avec ses mots tout simples et forts les sentiments les plus sombres, vous entraîne dans les méandreuses spirales des pensées de Léa. Le cœur se ratatine, les poumons suffoquent. La douleur lancinante de Léa devient votre.

 

Léa ne parle pas mais pense. Beaucoup. A son père, à sa mère, à son frère, et son fils, bien sur, même si ce ne sont que des ombres qui apparaissent fugacement. Les souvenirs affleurent, quelques bribes d’enfance, l’écho de parents trop occupés à se haïr silencieusement et interpréter une comédie de mariage réussi. De ce mariage sans amour naîtra Marie qui plus tard balaiera jusqu’à son prénom pour devenir Léa. On plongera dans le désarroi de Léa, son manque d’amour, son incapacité à donner, à recevoir, le mal-être issu de ce mal-naître.

 

On devine, on ressent. Mais c’est peut-être trop clairsemé, trop vaguement opaque. On imagine, on suppose. Laurence Tardieu ne donne aucune piste, elle nous laisse nous débrouiller avec sa plume lumineuse, même dans les mots les plus lancinants, les plus difficiles.

 

Sommes nous trop abandonnés à de vagues suppositions ? Cette mère infanticide, on n’arrive pas à l’aimer. On ne trouve aucun support à notre empathie. On la regarde sombrer, on assiste en spectateur au tourbillon de ses pensées, on frissonne devant la beauté des phrases, oui, mais on reste de glace devant la femme.

 

Un roman, encore une fois superbement écrit, mais une histoire trop éparse, sans complicité, trop de questions qui manquent de réponses.

 

Quand Véronique Olmi, avec « Bord de mer », parlait d’une mère infanticide, j’aurais voulu pouvoir serrer celle-ci dans mes bras.

 

Léa m’a touchée, mais pas suffisamment.

Les avis de Tamara (que je remercie pour le prêt), Clarabel, Laure et celui d'Emeraude.

06:43 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook

Commentaires

je fais rarement ça mais tiens, voici mon avis : http://lireetecrire.over-blog.fr/article-16189197.html

Écrit par : Emeraude | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

le thème ne m'emballait déjà pas mais vu ton avis, je passe .Je ne regrette pas de l'avoir reposé quand il est sorti en poche.

Écrit par : cathulu | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

A toutes fins utiles, Laurence Tardieu parle de son travail ici : http://auteurstv.blogspot.com/2008/03/laurence-tardieu-je-ne-suis-pas-capable.html

Écrit par : LVE | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Il faut vraiment que je lise quelque chose de Laurence Tardieu! Mais apparemment "Rêve d'amour" serait plus indiqué à ce que je me rappelle avoir lu de-ci de-là...

Encore un très beau billet en tous cas!

Écrit par : Lucile | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

je le lirai bien celui-ci malgré tout

Écrit par : goelen | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

De rien ! Et je crois qu'il m'a davantage plu qu'à toi... J'ai encore Rêve d'amour dans ma PAL, mais je vais laisser passer un peu de temps avant de lire à nouveau Laurence Tardieu.

Écrit par : Tamara | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je crois que pour lire à nouveau Laurence Tardieu, je lirai plutôt "Rêve d'amour" et que je choisirai le Véronique Olmi pour ce thème. Pour celui-ci, un jour peut-être... mais pas tout de suite! Quand je n'ai pas d'empathie pour les personnages, je trouve plus difficile d'aimer ma lecture.

Écrit par : Karine | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

@emeraude : diantre, je n'avais pas vu ton billet, qui en plus est tout récent :) sorry ! et je vois que nous avons à peu près le même avis, comme souvent !
@ cathulu : si tu n'es pas absolument fan de son style, oui, passe!
@ LVE : je vais aller voir, merci!
@ lucile : je ne les ai pas tous lu, ses romans, mais "Rêve d'amour" est celui que j'ai préféré
@ goelen : tu nous diras ce que tu en as pensé:)
@tamara : je suis comme, toi, je préfère ne pas lire plusieurs romans d'un même auteur d'affilée
@Karine : "Rêve d'amour" oui !

Écrit par : amanda | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

J'avais noté "Rêve d'amour" et vu qu'il est ton préféré, je commencerai donc par celui-là !

Écrit par : Joelle | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je comprends ce que tu veux dire. Pour moi qui bosse dans le théâtre, j'ai appris que l'empathie est la condition sinequanone pour faire vivre une histoire. Parfois, c'est révoltant, Brecht a voulu s'élever contre ça, mais même lui n'a pas pu s'en affranchir. Too bad. J'ai jamais lu de Laurence Tardieu, je ne commencerai pas par celui-ci.

Écrit par : Magda | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Comme c'est L.Tardieu je le laisse quand même dans ma LAL...

Écrit par : Anne | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

C'est le seul que j'ai lu jusqu'ici de Laurence Tardieu. C'est un de ses premiers romans et je l'avais trouvé très prometteur.

Écrit par : sylire | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

@joelle : j'espère que tu aimeras
@magda : je crois que l'empathie est un peu la base des relations entre plusieurs personnes, non ?
@anne : il y a du bon aussi, dans celui-ci, ne serait-ce que le style
@sylire : lis en d'autres, tu devrais aimer!

Écrit par : amanda | 11/04/2008

Répondre à ce commentaire

C'est le premier texte de cette auteur que j'ai lu. Il ne m'avait pas vraiment emballée, mais comme toi, m'avait laissé comme en suspend, pleine de questions, un peu rêveuse sur le destin brumeux de cette femme qui semble vouloir se terminer dans ce geste absurde. Non pas d'empathie... juste une question, sans pistes et sans réponses... Malgré tout, dès que puisque rien ne dure est sorti, je l'ai lu. Dons, cette écriture m'avait déjà bien accrochée!

Écrit par : sylvie | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Vu les thèmes des romans de Laurence Tardieu, pour l'instant je vais en rester au très beau 'Puisque rien ne dure'.

Écrit par : anjelica | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

@sylvie : l'écriture de Laurence Tardieu est magnifique, et ce livre en est un exemple
@anjelica :je crois que oui, elle aborde en général des thèmes difficiles

Écrit par : amanda | 16/04/2008

Répondre à ce commentaire

Salut!
Je ne savais pas qu'il existait des livres sur ce sujet! Je crois que je vais essayer de m'en procurer un et d'ailleurs surement les 2 dont tu parles dans ton billet!
Merci pour ton avis!

Écrit par : Cimmeria | 23/04/2008

Répondre à ce commentaire

@cimmeria : bienvenue je crois. Des livres sur ce sujet, il y en a plein...

Écrit par : amanda | 23/04/2008

Répondre à ce commentaire