Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L’ILE DE NIM - J. Flackett, M. Levin | Page d'accueil | LA DOUCEUR DES HOMMES – SIMONETTA GREGGIO »

15/04/2008

LA RESERVE – RUSSELL BANKS

1985041505.jpgJuillet 1936. Dans les montagnes des Aridonbacks, se cache une réserve de somptueuses résidences secondaires, un guetto de nantis, une micro-société où le surfait, l’hypocrite et le mondain font figure de modus vivendi. Le riche Carter Cole possède une maison cachée dans la forêt. Lui et sa famille y passent leurs étés. Sa fille Vanessa est connue pour sa beauté et son anticonformisme. C’est là que le peintre Jordan Groves va rencontrer Vanessa et leurs destins se croiser de manière irrémédiable.

Jordan est attiré par Vanessa. Vanessa la rebelle, Vanessa qui n’observe aucun code, Vanessa qui l’éblouit et l’effraye à la fois. Vanessa qui va le pousser à franchir les limites, et l’entraîner dans sa folie.

Si ce livre était un film, je dirais que les images sont somptueuses, les personnages intéressants, et les paysages absolument magnifiques.

Mais que le scénario est raté. Et du coup la mise en scène aussi.

Le scénario est raté parce que l’histoire est trop artificielle. Une obscure histoire de famille que l’on découvre petit à petit, un destin brisé par un père abusif, un secret soigneusement enfoui qui surgit des années plus tard menant la fille à la folie. A peine esquissé, le soi-disant traumatisme est trop vaguement évoqué pour être crédible. Une histoire d’amour, de haine, de rancoeur où tout s'imbrique tant bien que mal et donne une intrigue qui manque de liant.

Le style de Russel Banks est pourtant agréable. On imagine des montagnes abruptes, des lacs enveloppés de brume, des maisons en bois perchées sur les lacs, les forêts. On a envie de frissonner, de s’envelopper dans un plaid le soir, et d'observer cette nature devant un feu de bois.

Mais mis à part cette magnifique carte postale, le tout est bâclé, parsemé de références à des personnages historiques (Hemingway), de quelques références historiques aussi (la guerre civile en Espagne, Franco, l'apparition du nazisme, le dirigeable d'Hindenburg). Russel Banks a intercallé quelques courts chapitres qui révélent ce que les personnages deviendront plus tard, tranchent le récit, embrouillent l’intrigue et finalement la desservent en révélant rapidement ce qu’il adviendra de Vanessa et Jordan.  J'aurais sans doute préféré un roman qui soit davantage ancré dans le contexte historique. Ici, il est à peine effleuré. A-t-il voulu légitimer et épaissir un roman à l'intrigue trop mince ?

L’idée de départ était bonne. Le lieu, l’époque, les personnages, la scission entre riches oisifs et la vie des pionniers des Aridonbacks, le rapport des nantis à l’art, une jeune femme belle et envoûtante, un peintre engagé… je regrette que le tout ait été traité de façon aussi floue, sans réelle profondeur. Les ingrédients d'un bonne recette, mais une cuisson ratée.

Et puis cette scène, où un fusil de chasse fait un sauté/renversé... Grotesque.

Je l’ai lu, avec intérêt, ou du moins curiosité pour connaître la fin (pourrais-je parler d’un mini suspens ?) mais sans emphase ni passion non plus.

C’est bien dommage. J’avais énormément aimé « De beaux lendemains » (dont l’intrigue se passait au même endroit, mais à notre époque), j’avais aimé son style, l’histoire, son poids… Il me faut donc vite lire d’autre Russel Banks pour revenir à ma première impression sur cet auteur, je l'espère.

La réserve – Russel Banks – Actes Sud, 380 pages

06:33 Publié dans *Litterature Anglo-saxonne* | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook

Commentaires

Je continuerais de "saliver" sur de beaux lendemains uniquement alors :)
Dommage, effectivement l'idée de départ avait l'air très intéressante.

Écrit par : Stéphanie | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Toujours rien lu de cet auteur... Pfff, moi je dis que je ne sortirai jamais de cette PAL! :))

Écrit par : fashion victim | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Pour le moment je vais rester aussi sur de beaux lendemains. Il semblerait que son dernier livre ne soit pas non plus excellent côté histoire.

Écrit par : Françoise | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Ah tiens, on dirait que je vais continuer à ne jamais rien lire de Russel Banks...

Écrit par : LVE | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Ainsi, ton avis rejoint ce que j'avais pu lire çà et là au sujet du dernier roman de Banks. Dommage.
Je n'ai lu de lui qu'American Darling qui m'avait vraiment emballé. Peut-être ce titre te réconciliera-t-il avec l'auteur ? Pour ma part, j'ai hâte de découvrir De beaux lendemains.

Écrit par : In Cold Blog | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

On lit et on entend vraiment de tout à propos de ce livre... l'autre jour sur France Culture (Jeux d'épreuves) c'était moitié moitié : le chef d'oeuvre ou celui-qui-a-voulu-faire-le-Livre sur l'Amérique et c'est raté... Pour ma part, je crois que je vais passer.

Écrit par : Ys | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

@stéphanie : salive, salive !
@fashion : je pourrais t'en prêter, qd ta PAL sera vide ?
@Françoise : C'EST son dernier livre !
@LVE : tss tss, tu vas voir ce que j'ai dit sur De beaux lendemains, et tu le lis.
@ICB : je pense lire American Darling. D'ici là, j'ai acheté un recueil de nouvelles de RB la semaine dernière (Histoire de réussir) mais je ne l'ai pas encore commencé.

Écrit par : amanda | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

@Ys : Chef d'oeuvre, je ne pense pas, non. Je comprends que l'on puisse aimer (chacun ses goûts) mais le qualifier de chef d'oeuvre... c'est pousser un peu loin...

Écrit par : amanda | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je vais rester sur l'envie de lire "Américan Darling"...

Écrit par : Anne | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je vais me contenter de lire "De beaux lendemains" donc... dommage l'idée semblait intéressante...

Écrit par : Karine | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

C'est dommage, le début donnait envie...

Écrit par : Cécile | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

J'imagine qu'après avoir lu "de beaux lendemains", ta déception a du être grande. Heureusement, tu vas pouvoir lire "Histoire de réussir" et peut-être aussi "Affliction" (dont un film avait été tiré, avec Nick Nolte dans le rôle principal) que j'avais beaucoup aimé quand j'étais dans ma période Banks. Et peut-être aussi "Hamilton Stark". Quant à "La réserve", eh bien, j'attendrai sans doute un peu avant de l'acheter.

Écrit par : virginie | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je me disais aussi que, si tu as aimé "de beaux lendemains", tu devrais aimer aussi Richard Russo "Quatre saisons à Mohawk" ou "Le déclin de l'empire Whiting". A moins que tu ne les aies déjà lus ?

Écrit par : virginie | 15/04/2008

Répondre à ce commentaire

Ah mince j'avais envie de le lire...

Écrit par : Bellesahi | 16/04/2008

Répondre à ce commentaire

@anne : tu me diras ce que tu en pense!
@cécile : oui, c'est dommage
@virginie :dis donc, tu es une connaisseuse ! quant à Richard Russo, je ne connais pas... je vais aller jeter un oeil sur zon..
@ bellesahi : si tu veux tenter, je te l'envoie

Écrit par : amanda | 16/04/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai presque failli l'acheter au vu des critiques élogieuses de la presse mais votre billet me fait hésiter. Et puis, j'en ai tellement d'autres à lire.

Écrit par : dasola | 16/04/2008

Répondre à ce commentaire

Oh bé ce serait gentil ça ! Pourquoi pas ? Allez dac mais il n'y a pas d'urgence.

Écrit par : Bellesahi | 16/04/2008

Répondre à ce commentaire

Comme Incoldblog, je te conseille "American Darling". J'ai adoré ce livre mais je n'ai pas encore lu "De beaux lendemains", chic à moi !

Écrit par : sylire | 16/04/2008

Répondre à ce commentaire

@dasola : tout est question de sensibilité, peut-être aimerais-tu (vous ? ah je ne sais plus si je dois tutoyer, vouvoyer !!)
@bellesahi : envoie moi ton adresse, miss !
@sylire : il est noté (et file chez Biblioblog, il y a une excellente interview de RB)

Écrit par : amanda | 17/04/2008

Répondre à ce commentaire

Ton billet commençait bien et me tentait mais cela s'est gâté assez vite ! Dommage car cela s'annonce comme un bon roman ... bah, cela ne peut pas marcher à tous les coups !

Écrit par : Joelle | 17/04/2008

Répondre à ce commentaire

De beaux lendemains est le seul roman de Russell Banks que j'ai réussi à terminer... Je ne vais donc pas insister. Ca me désole parce que le bonhomme est sympathique et il écrit plutôt bien, mais entre lui et moi ça ne passe pas : trop noir, trop fabriqué..

Écrit par : Papillon | 18/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je viens de terminer "American Darling" il y a quelques jours. J'ai beaucoup aimé. Russel Banks écrit vraiment très bien. Celui-ci n'a apparemment pas l'air terrible mais j'ai noté "De beaux lendemains" pour un prochain achat.

Écrit par : Manu | 18/04/2008

Répondre à ce commentaire

@joelle : je lirais qd même d'autres romans de RB
@ papillon : tu en as commencé d'autres que tu n'as pas terminés ? lesquels ?
@manu : american darling est sur ma LAL.

Écrit par : amanda | 18/04/2008

Répondre à ce commentaire

je n'ai pas pu terminer Affliction (très pessimiste) ni American darling

Écrit par : papillon | 18/04/2008

Répondre à ce commentaire

La réserve est sur ma pal et j'ai comme toi bcp aimé "De beaux lendemains", à suivre donc...

Écrit par : clochette | 07/06/2008

Répondre à ce commentaire

@papillon : ah oui ?
@clochette :essaye aussi Histoire de réussir, si tu aimes les nouvelles

Écrit par : amanda | 07/06/2008

Répondre à ce commentaire