Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« DERIVE SANGLANTE – WILLIAM G. TAPPLY | Page d'accueil | FUME ET TUE – ANTOINE LAURAIN »

08/08/2008

PERETTE GUIDE TOURISTIQUE

Il y a quelques semaines, Perette se proposa d’accompagner Celle qui était increvable pendant une journée autour de la capitale.

Cette amie bloggueuse venait passer quelques jours à Paris dans le but de gagner haut la main un certain jeu de pistecommis par Perette et ses amies.

Les différentes sardoniques organisatrices s’occupèrent de Celle qui était increvable à tour de rôle.

Perette proposa à Celle qui était increvable de visiter Saint Germain en Laye ou Versailles. L’honnêteté m’enjoindra d’avouer que la réponse espérée par Perette était Saint Germain en Laye, où Perette avait besoin de faire quelques courses.

Malheureusement, Celle qui était increvable avait déjà visité ladite ville et choisit donc de visiter Versailles.

 


Et, bien évidemment, il ne s’agissait pas des ruelles étroites ni des boutiques de la ville du Roi, mais de son château…

Perette, bonne perdante, acquiesça et convint avec Celle qui était increvable d’aller la chercher en voiture.

Il faut préciser, dés maintenant, que la météo ce jour là était au beau fixe, voire au très beau fixe, et plus précisément au très très beau fixe puisque le thermomètre affichait 33° et le ciel était d’un beau bleu bien bleu encore plus que bleu.

Perette, légère et court vêtue, prit sa petite voiture, régla son GPS (qu’elle n’oubliait plus de prendre depuis certaine mésaventure) et prit la route. Elle arriva sans encombre chez Celle qui vous met l’eau à la bouche, où Celle qui était increvable était hébergée. Nos deux compères prirent la route.

Perette avait réglé son GPS, bien que seulement trois kilomètres à peine les séparassent de la demeure du Roi Soleil.

Perette conduisait tout en bavardant avec Celle qui était increvable . Mais il faut avouer ici bas que bavarder avec Celle qui était increvable n'est pas une mince affaire :

En effet, Perette ne comprenait pas tout. Non pas que le cerveau de Perette fut enroué, ou bridé, ou insuffisant, mais il faut avouer que Celle qui était increvable a un accent québécois très prononcé, en tous cas pour une novice en langues étrangères comme Perette (Perette a appris le chinois, l'anglais, l'allemand, le latin, mais pas le québécois....)

Les deux amies discutaient, le GPS aussi. Le GPS demanda à Perette de tourner à droite.

Perette obéit immédiatement et tourna à gauche.

Elle se retrouva dans la direction opposée et rassura Celle qui était increvable en lui expliquant qu’elle connaissait le chemin et que le GSP n’était là que pour être amorti. Qu'elle savait où elle allait.

Le Charmant Monsieur du GPS lui demanda de faire demi-tour avec prudence. Il devait bien connaître Perette ou avoir été longuement brieffé par le mari de Perette. Ce qui revient au même. Bref.

Perette attendit donc prudemment d’avoir dépassé le terre-plein central de la voie rapide et obtempérât, nonobstant les voitures qui arrivaient en face.

Celle qui était increvable se demandait sans doute là si elle n’aurait pas mieux fait d’aller visiter les alentours de la résidence de Celle qui vous met l’eau à la bouche, ou bien d’aller à pieds à Versailles, ou encore d’aller en transports en commun à Paris retrouver des bloggueuses moins dangereuses.

Perette la rassura en lui disant que de toute façon, les gens la laisseraient passer pour ne pas avoir d’accident. CQFD.

Les deux amies continuèrent leur chemin en bavardant. Perette dit qu’il n’y avait qu’à faire le chemin en sens inverse et reprendre l’embranchement que le GPS leur avait mal indiqué.

Soudain, le charmant Monsieur du GPS s’exprima et indiqua qu’il fallait prendre l’Autoroute. Sachant que Perette se trouvait exactement à 3 kilomètres de Versailles par la Nationale , et que l’Autoroute se trouvait au moins à 5 kilomètres derrière elles, Perette se fâcha et insulta le Monsieur du GPS. Elle rassura Celle qui était increvable en lui expliquant qu’elle savait où elle allait, que le GPS ne l’aimait pas, qu’il était débile et parfaitement inutile.

Perette entra triomphalement dans Versailles (elle avait raison, le GPS tort). Elle voulu se garer. Entama un créneau. (Ici je précise que Perette, ayant appris à conduire à Paris, est une excellente conductrice et réussit tous ses créneaux, à gauche, à droite, en descente, en montée…).

Perette réussit donc son créneau.

Et s’aperçut qu’elle l’avait fait devant une sortie d’allée. Et qu’elle empêchait donc un monsieur de sortir. Que le Monsieur n'avait pas l'air content.

Perette mit son clignotant en soupirant et sortit.

Un autre véhicule, sur sa droite, arrivait au même moment, et klaxonna bien fort. Perette exprima son mécontentement en disant au monsieur de se calmer, que tout allait bien et qu’il ne fallait pas s’énerver pour si peu. On n’est pas à Paris, ici, hein Mosieur ! Bonne mère !

A ce stade ci, Celle qui était increvable devait se demander comment échapper à Perette et sa conduite si personnelle. On ne l'entendait plus.

Perette la rassura et la supplia de n’en jamais parler à Celle qui vous met l’eau à la bouche.

Elles arrivèrent finalement au Château, en se garant sur le parking réservé aux bus des touristes dans un premier temps, puis en se résignant à se garer comme tout le monde, au bon endroit, et firent la queue pour prendre leurs billets.

La température avoisinait les 35°, la queue les 350 mètres (n'oubliez pas que Perette est marseillaise, il devait donc s’agir de 35 mètres… mais quand même...).

Après plusieurs demi-heures de queue sous un soleil de plomb, de litres de sueur perdue, d'un coup de soleil rougeoyant, elles purent enfin visiter la demeure du Roi et enfiler les nombreuses galeries, entourées de nombreux japonais, italiens, allemands, américains...

Au détour d’un couloir, le téléphone portable de Perette se mit à sonner. Perette s’apprêtait à répondre à Celle qui vous met l’eau à la bouche quand une gardienne l’interpella violemment en l’enjoignant de couper son téléphone.

Interloquée, Perette enclencha donc la touche « Occupé » en affirmant à la gardienne qu’elle avait coupé son téléphone. Perette ignorait que le Roi dormait encore à cette heure là.

Quelques mètres plus loin, Perette décida de rappeler Celle qui vous met l’eau à la bouche. Celle qui était increvable lui servit d’écran et Perette se dissimula derrière une colonne pour passer son coup de fil.

A ce stade ci, vous comprendrez que, si Celle qui était increvable est revenue dans sa lointaine contrée persuadée que les Français sont désobéissants, irrespectueux et têtus, la faute en incombe seule à Perette.

Après des kilomètres de galeries, de photos prises et d’échanges fructueux (Perette commençait à s’habituer au dialecte québécois), elles sortirent dans les jardins.

La température n’avait pas baissé, loin de là, aussi Perette suppliait elle intérieurement Celle qui était increvable de stopper là la visite.

Il se trouve que Celle qui était increvable n’avait pas suffisamment marché et voulut visiter les jardins.

Perette, n’en pouvant plus, répondit à Celle qui était increvable qu’elle l’attendrait sur un banc, ne supportant plus la chaleur ni ses pieds en compote.

Il faut dire que Perette avait mis ces chaussures là :

castaner.jpg
Bien que fort seyantes, ces chaussures commençaient à peser lourdement aux pieds de Perette qui s’assit donc sur un banc en plein soleil et prit un livre.

Au bout de quelques minutes seulement, Celle qui était increvable revint.

Même elle ne pouvait supporter la chaleur et n’avait pas pu aller jusqu’au bout de sa ballade.

Les deux amies revinrent vers la voiture, rebranchèrent le Monsieur du GPS en lui recommandant d'être un peu plus vigilant cette fois-ci, et repartirent.

Perette déposa Celle qui était increvable en lui souhaitant une bonne ballade dans Paris et rentra chez elle (parce que Celle qui était increvable avait l'intention de n'en pas rester là... et de continuer sa visite).

Elle se coucha le soir même à 21 heures et ronfla tout de suite, d’après son mari).

Moralité : si vous accompagnez une amie sportive québécoise en visite, proposez lui un tour en Bateau-Mouche, apportez un dictionnaire, mettez des chaussures plates et n'écoutez pas le GPS...

07:18 Publié dans Brune dehors blonde dedans | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook

Commentaires

J'adore !! Je vous vois !! :-D

Écrit par : Cuné | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Ah concilier sport et coquetterie ! :)

Écrit par : cathulu | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Ah, quelle poilade!!! Et le coup du GPS me rapelle un certain voyage à la mer... :)))

Écrit par : fashion | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Excellent ! Et vive les jolies chaussures ! ;-)

Écrit par : Caro[line] | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Oui mais le tour en Bateau-Mouche ne dure qu'1H30 et comme il ne fatigue guère Celle qui était increvable donc la journée est loin d'être finie ;-)
Bref prévoir de bonnes chaussures pour l'accompagner
Celle qui l'a accompagnée pour le tour en Bateau-Mouche, a passé une très bonne journée mais est rentrée fatiguée (retour au bercail vers 00H00)-
J'adore tes aventures avec Monsieur le GPS :))

Écrit par : uncoindeblog | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Le pire dans tout ça, c'est que je n'avais même pas réalisé que tu étais vraiment fatiguée! J'étais comme sur mon petit nuage... mais j'avoue que quand j'ai imaginé marcher une heure dans cette chaleur, j'ai comme eu un bébé crise d'angoisse!!! ;)) De là le retour rapide!

Et... ton GPS a sincèrement besoin d'une psychothérapie!!!

Et je confirme pour le "violemment" pour le coup de téléphone! Méchant fou rire derrière la colonne!! Merci encore pour la séance "guide touristique"... ce fut super apprécié, et ce pour chacune des pauuuuvres parisiennes qui ont dû trottiner à mes côtés pendant mes explorations parisiennes!!!

Écrit par : Karine | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

@cuné, caro[line] : ;)))
@ cathulu : c'est que pour moi, il n'était pas question de faire du sport ;)
@ fashion : oui, je me rappelle (mais c'était le GPS de Stéphanie, il est moins stupide que le mien:)
@ uncoindeblog : c'est pour ça que toi et K avez rallié Bercy au Panthéon à pieds avec Books & the city ?!!
@karine : tu sais, j'ai passé une excellente journée (même si je ne suis pas prête de retourner à Versailles ;)))

Écrit par : amanda | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai gloussé de rire en te lisant !!! J'ai adoré que "le monsieur du GPS" te dise de "faire demi-tour avec prudence" : celle-là, je ne l'avais jamais entendue (mais ça doit être parce que ce n'est pas moi qui conduis ! )!
Enfin, avec tout ça... vous n'avez même pas vu le Hameau de la Reine (oui, je sais, c'est petit... mais j'ai pas pu m'empêcher !) !!!

Écrit par : Brize | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Quelle belle aventure !
A propos de l'accent québécois, je ne l'entends même plus après 5 ans à Montréal. Et chaque fois que la famille vient me rendre visite, je suis super étonné que les gens ne comprennent pas leurs interlocuteurs québécois. En fait j'oublie qu'ils ne baignent pas dans le même univers que moi. Cela dit, je ne pense pas qu'un dico eût fait l'affaire : hier j'ai mangé une guédille. Va trouver ça dans le Larousse ou le Robert ;-)

Écrit par : Phil | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Superbe! J'ai bien rigolé... Mais pour avoir expérimenté, je ne crois pas que ta conduite soit si perso que ça -ou alors, j'ai tendance à avoir la même conduite perso, tu crois qu'il faut qu'on se soigne? ;-)

Écrit par : maijo | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai fait Versailles et je débarque à St-Germain à chaque fois que je mets les pieds en France! Le monde est petit!! Je vais toujours à la même librairie, mais j'ai oublié le nom!!! ;( Je sais toujours la retrouver pourtant!?!

Écrit par : Jules | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi fait la visite du chateau de Versailles par forte chaleur il y a peu et je compatis donc (même avec des "vraies" chaussures spéciales chateau c'est dur). Mais là où je suis le plus admirative, c'est la voiture à Versailles. Comment on fait pour trouver une place pour se garer? Pour moi, c'est encore un mystère!

Écrit par : Isil | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Dis-moi la personne qui t'a interpellée violemment à Versailles était-elle de sexe masculin avec de long cheveux bruns bouclés et d'énormes cernes de sueur sous les aisselles?

Si oui, j'ai moi-même expérimenté sa bonne humeur et son savoir-vivre et j'en garde un souvenir impérissable! D'ailleurs, une petite anecdote: je racontais cette mésaventure à une personne qui revenait de Paris (à quelques mois d'intervalle avec moi) et étrangement, il lui était arrivé exactement la même chose qu'à moi avec un employé dont le signalement correspondait. Donc, méfiez-vous de cette personne sévissant au Château de Versailles!

Écrit par : frisette | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai oublié de dire que ton récit est vraiment trop bon et très rigolo! :))

Écrit par : frisette | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

héhé enfin je sais tout! :)))
@Fashion : que neni, c'était précédemment mon GPS qui lui fonctionne à merveille (même sans la voix de George !) :)

Écrit par : Stéphanie | 08/08/2008

Répondre à ce commentaire

Vous venez de me sauver la vie, Amanda ! En prenant le petit déjeuner, je viens de proposer à des amis étrangers d'aller visiter le château de Versailles ! En vous lisant, il me vient un noir pressentiment. Et puis, finalement, tout bien réfléchi, Versailles, c'est une très mauvaise idée, l'autoroute de Versailles sera bouchée, une horreur, c'est Bison Futé qui l'a dit. Le Quai Branly, ce sera bien mieux. On ira en métro. Je prendrai quand même le GPS au cas où le métro s'égare, puisqu'en ce mois d'août, si je comprends bien, tout peut arriver.
P.S. C'est très bien raconté, votre odyssée ; on en ferait presque une nouvelle.
P.P.S. Je suis très peiné d'apprendre qu'un certain Georges a pris un petit job d'été, et travaille comme voix off dans le GPS de Stéphanie. Il aurait pu choisir un autre prénom.

Écrit par : Georges F. | 09/08/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis ravie de retrouver Perette!! Même si jen'ose trop me moquer, moi je ne conduis même pas...

Écrit par : Mo | 09/08/2008

Répondre à ce commentaire

@brize : le Hameau de la Reine.... non, j'ai dit à Karine que nous n'avions pas le temps (vrai en plus, je devais récupérer ma fille!)
@ phil : une guédille ???????!!
@ maijo : Ah merci, tu sauves ma réputation ! (mais si ma mémoire est bonne, avec toi aussi, je me suis fachée avec mon GPS !)
@ jules : la prochaine fois, préviens moi, j'habite ds le coin !
@ isil : question d'habitude je pense (ou d'inconsience !)
@ frisette : non, c'était une femme (je crois, ça fait un bout de temps qd même !) ::))
@ stéphanie : tu sais donc pourquoi nous riions tant au bout du fil !
@ Geroges F : ah je rêve d'aller au Quai Branly, et surtout à ce fameux restaurant dont on m'a dit tellement de bien !
@ Mo : Perette a fait des siennes, en vacances,, tu sais !

Écrit par : amanda | 09/08/2008

Répondre à ce commentaire

j"adore !!! celle qui était increvable a laissé des traces pour longtemps dans les souvenirs de toutes les blogueuses parisiennes! :-)
J'adore perette et son gps ;) j'adore aussi quand les gps ont tort !

Écrit par : Emeraude | 10/08/2008

Répondre à ce commentaire

@emeraude : et moi j'adore avoir raison qd mon GPS a tort ;)

Écrit par : amanda | 11/08/2008

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que Celle qui est increvable est tout bonnement increvable! Moi à ce rythme sur autant de temps, je m'effondre! Totale admiration!! Et en plus elle fait face même à des macarons Ladurée avec glamour!

@ Amanda: j'aime ton GPS! ;-)

Écrit par : chiffonnette | 11/08/2008

Répondre à ce commentaire