Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LA FAUSSE VEUVE – FLORENCE BEN SADOUN | Page d'accueil | T’ES PAS MA MERE – PRUNE BERGE »

27/08/2008

CE QUE LE JOUR DOIT A LA NUIT – YASMINA KHADRA

khadra.jpgYounes a neuf ans lorsque son père, trop pauvre pour assurer son éducation, le confie à son frère pharmacien aisé et marié à une française. Auprès d’eux, Younes devient Jonas et intègre une communauté de roumis (français vivant en Algérie, les futurs « pieds-noirs »). Ses yeux bleus et son teint clair l’aident à se lier à quatre jeunes français. Mais jamais il n’oubliera ses origines.

 

 

Le nouveau roman de Yasmina Khadra est assez différent des précédents. Au contraire de la trilogie (Les hirondelles de Kaboul, L’attentat et Les sirènes de Bagdad), on n’y retrouve pas un grand thème fort et central. Ici, l’histoire se déroule lentement des années 30 à la guerre d’indépendance.

 

Mais il n’est pas utile d’avoir un message clair et puissant à faire passer pour écrire un fort joli roman, très émouvant. A travers la vie de Jonas/Younes, Yasmina Khadra évoque son pays, et surtout l’amour que lui portent deux communautés, aussi loyales et passionnées l’une que l’autre. Et cet amour inconditionnel pour leur pays les amènera à se déchirer, se haïr viscéralement et s’écarteler dans une guerre sanglante et fratricide. La plume de Yasmina Khadra est toujours aussi belle, fluide, limpide.

 

L’Algérie est algérienne, mais elle a aussi été Française, et ses doubles racines ne doivent pas être reniées. Elles font partie intégrante de la culture de ce pays. Yasmina Khadra offre ici un beau voyage au pays du soleil et du sable. On y découvre Oran la belle, Oran la fière, l’altière, on y découvre qu’avant la guerre, l’amitié fut profonde et sincère entre les deux communautés. Mais des deux cotés, des erreurs et des monstruosités ont pulvérisé à tout jamais le lien qui les liait, l’amour pour ce pays.

 

 

La déchirure, des deux cotés, reste palpable. Les blessures sont devenue une plaie boursouflée qui encore aujourd’hui arrache des larmes aux français rapatriés. Je serais sincère en avouant qu’une partie de ma famille a vécu à Oran jusqu’à la déclaration d’Indépendance et son rapatriement en France. « Ce que le jour doit à la nuit » a donc une résonance toute particulière pour moi. Je l’ai refermé les larmes aux yeux, même si je ne connais pas cette terre de mes ancêtres.

 

 

 

Ce que le jour doit à la nuit, Yasmina Khadra – Julliard, 413 pages

06:04 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (38) | |  Facebook

Commentaires

Magnifique titre, en tout cas.

Écrit par : LVE | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

Tiens, peut-être que ce titre de Khadra réussirait à me convaincre. J'ai aimé les hirondelles de Kaboul mais j'ai été tellement "virée de bord" que je n'ai jamais osé réessayer l'auteur...

Écrit par : Karine | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

J'adore cet auteur ; ce texte a l'air très beau, je le note :-)

Écrit par : Argantel | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

Très beau compte rendu qui me donne envie de lire de nouveau cet auteur.
J'avais apprécié la thématique de l'Attentat sans aimer l'écriture de Khadra.

@ bientôt,

Écrit par : Gangoueus | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

Ce roman m'a tenté. J'aime le titre, la couv' et ta note....

Écrit par : la nymphette | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire du Khadra. Je dois dire que je en saurai même pas lequel choisir en premier ! Mais je note celui que tu viens de lire pour le jour ou il sortira en poche ! En attendant si tu as un conseil a me donner ... je suis preneuse !

Écrit par : Liyah | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

@LVE : sublime titre, oui !
@ "virée de bord" ? encore une expression quebecquoise !!
@ Argantel : il est très différent des autres, mais tjrs aussi bien écrit
@ gangeous : j'espère que tu aimeras. Que reporches tu à son style ?
@ la nymphette : il est très beau et m'a bcp touchée. Le style est plus lent, mais il évoque l'indolence de la vie en Algérie, quelque part entre sirroco et lenteur, chaleur et ombre, tu sais, ce moment où le soleil se couche tout doucement et où on commence à vivre et discuter, le soir, assis sur les bancs du village (suis poétique moi aussi, non ?!!)
@ liyah : sans hésiter, celui qui m'a fait découvrir l'auteur et m'a énormément plu : L'attentat.

Écrit par : amanda | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

Ce livre fait partie de mes attentes. Mais je me permets aussi de te signaler C'était notre terre de Mathieu Belezi.

Écrit par : Anne-Sophie | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

@ anne-sophie : Mathieu Belezi : je ne connais pas. Je vais me renseigner. Merci !

Écrit par : amanda | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

oui m khadra le jour et la nuit mais ya t'il queque chose aenvouloire a l'un ou al'autre
.oui peut etre; mais que peut etre la fin si se que le jour redonne ale nuit le droit de prendre part de sa propre part ; catastrophe peut etre mais si la nuit se convie a se qu'elle donne un peut de se qu'elle a au jour que peut -t-il rester a l'un ou a l'autre ...touati de mosta universitaire, francais, 2années , oui mohamed pauvre de toiqu'elle dire peut ton livre nous laisser dire si les dires de c'eux qui n'on rient a dires so n plus entendut que 'ceusx qui ont quellque chose a dire, muet soi les livres de synthèse, sourd sois les outill de communications, con reste les cons

Écrit par : ange27 | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

je suis pas terroriste je ne suis qu'un algerienne de moyenne qui ne trouve rien a dire sauf de dire se que nul ne peut dire .....je ne suis pas térroriste je suis étudiant sulement dans une université qui n'a de son nom que le nom oui c'est sa bien c'est dur je sai
dire que les étudiant et j'entent de sela s'eux qui travail jour et nuit ou surtout la nuit pour avoir un 10 au moin
oui étudiant je sais c'est la fierté des grands ponseurs
oui je sais c'est moi meme qui en soufre pas de n'avoir put accédé en 3 mais bien sur car les profs ne rouvent aucune utilitté a lire les fiches où les réponse des étudiands y sont; il faut voir que les affichages son toujours la bas a dpt mosta .fr il faut voir comparer et savoir quois fair
je demande rien seulement que le monde sache
je ne suis pas teroriste ni savant loin de moi se prestige

Écrit par : ange27 | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

je suis pas terroriste je ne suis qu'un algerienne de moyenne qui ne trouve rien a dire sauf de dire se que nul ne peut dire .....je ne suis pas térroriste je suis étudiant sulement dans une université qui n'a de son nom que le nom oui c'est sa bien c'est dur je sai
dire que les étudiant et j'entent de sela s'eux qui travail jour et nuit ou surtout la nuit pour avoir un 10 au moin
oui étudiant je sais c'est la fierté des grands ponseurs
oui je sais c'est moi meme qui en soufre pas de n'avoir put accédé en 3 mais bien sur car les profs ne rouvent aucune utilitté a lire les fiches où les réponse des étudiands y sont; il faut voir que les affichages son toujours la bas a dpt mosta .fr il faut voir comparer et savoir quois fair
je demande rien seulement que le monde sache
je ne suis pas teroriste ni savant loin de moi se prestige

Écrit par : ange27 | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

oui m khadra le jour et la nuit mais ya t'il queque chose aenvouloire a l'un ou al'autre
.oui peut etre; mais que peut etre la fin si se que le jour redonne ale nuit le droit de prendre part de sa propre part ; catastrophe peut etre mais si la nuit se convie a se qu'elle donne un peut de se qu'elle a au jour que peut -t-il rester a l'un ou a l'autre ...touati de mosta universitaire, francais, 2années , oui mohamed pauvre de toiqu'elle dire peut ton livre nous laisser dire si les dires de c'eux qui n'on rient a dires so n plus entendut que 'ceusx qui ont quellque chose a dire, muet soi les livres de synthèse, sourd sois les outill de communications, con reste les cons

Écrit par : ange27 | 27/08/2008

Répondre à ce commentaire

Amanda: C'est vrai, tu parles chinois, mais pas québécois!!! ;)) "virée de bord", dans ce cas, veut dire bouleversée mais aussi terrifiée. Bref, trop dur pour moi!!!

Écrit par : Karine | 28/08/2008

Répondre à ce commentaire

@ karine : mouais, mon chinois est bien loin derrière moi quand même ;)) celui est bcp moins dur que Les hirondelles !

Écrit par : amanda | 28/08/2008

Répondre à ce commentaire

@ Amanda,

Je pense que dans L'attentat, Khadra ne s'attarde pas sur le style, la manière de raconter son histoire. Le texte est presque baclé. Cette absence d'esthétique ne nuit pourtant pas au sujet du roman.

@ bientôt,

Écrit par : Gangoueus | 28/08/2008

Répondre à ce commentaire

De Yasmina Khadra, dont je n'ai jusqu'à présent rien lu, celui-ci me tenterait.

Écrit par : Brize | 28/08/2008

Répondre à ce commentaire

Quelles qu'en soient les raisons, j'ai toujours pensé que le déracinement subi doit être d'une grande souffrance intérieure...

Écrit par : anjelica | 29/08/2008

Répondre à ce commentaire

@gangeous : c'était mon premier Khadra et j'ai tellement aimé que le style (ou son absence ?) ne m'ont pas marquée:)
@ brize : il en vaut la peinte je pense, tout dépend de ce que tu attends
@ anjelica : oui, tu as raison

Écrit par : amanda | 29/08/2008

Répondre à ce commentaire

Effectivement un superbe titre... Quand je l'ai entendu pour la première fois je n'en suis pas revenue que quelqu'un ait pu trouver un titre aussi poétique.

Écrit par : Bon_sens | 01/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ bon sens : en fait ça ne m'étonne pas de Khadra, un si joli titre !

Écrit par : amanda | 01/09/2008

Répondre à ce commentaire

Il faut que je le lise!!! Je suis très impatiente de découvrir ce nouveau Khadra!!

Écrit par : Fleur | 01/09/2008

Répondre à ce commentaire

il faut l'avouer yasmina khadra est l'un des plus grands ecrivains au niveau mondial.son ecriture est forte,chargée a fond,elle vient nous troubler les entrailles pour y poser des emotions et les beaux sentiments .merci.

Écrit par : arzazi abdelkader | 16/09/2008

Répondre à ce commentaire

@arzazi abdelkader : bienvenue et merci. YK est un de mes auteurs favoris.

Écrit par : amanda | 16/09/2008

Répondre à ce commentaire

je n ai jamais lu khadra
je le suis a travers la presse
je lui dis bravo
tu es une etoile dans un trou noir
un algerien de kabylie.....
ps les imbecilites ne devrais pas avoir de place de ce forum merci

Écrit par : nettah | 24/11/2008

Répondre à ce commentaire

je n ai jamais lu khadra
je le suis a travers la presse
je lui dis bravo
tu es une etoile dans un trou noir
un algerien de kabylie.....
ps les imbecilites ne devrais pas avoir de place de ce forum merci

Écrit par : nettah | 24/11/2008

Répondre à ce commentaire

j ai lu "ce que le jour doit..."et je peux vous assurer que cest lun des plus beaux livres que jai pu lire dans ma vie.peut etre parce qu il ma renvoye une immage de notre errance a travers notre quete a decouvrir ce que nous sommes aujourdhui dechires par la dualite existante entre hier et aujourdhui entre livraie et le bon grain entre la lachete et le courage entre lhypocrisie et la sincerite....et dans tout ca seul lexpression d un amour vrai ne' dans laurore dune inocence certaine faisant fi des convenances etablies par les hommes pour une raison ou pour une autre parvint a nous mettre devant notre nudite et nous reconcilier avec la profondeur des sentiments nobles tel que l amitie et la tendresse et nous mettre en "dehors du temps"
bravo m.khadra

Écrit par : sasi | 06/12/2008

Répondre à ce commentaire

@nettah, sasi : bienvenue ici

Écrit par : amanda | 07/12/2008

Répondre à ce commentaire

Ma foi, il n'y a pas de quoi faire tout un fromage pour ce livre qui a été plagié par son auteur sur un autre roman LES AMANTS DE PADOVANI publié en 2003 par l'écrivain Youcef Dris, mais qui n'a hélas pas eu la médiatisation qu'il mérite car commercialisé en Algérie seulemnt. C'est sans doute ce paramètre qui a fait que Yasmina Khadra s'en inspire, lui qui a l'hospitalité des médias étrangers qui lui font une PUB (pas gratuite) considérable. Les deux textes sont identiques : mêmes noms des héros ou presque (Amélie pour Dris et Emilie pour yasmina) l'histoire d'un amour impossible entre un indigène et une européenne d'Algérie (même thème). Rencontre à Sant-Raphaël après le drame pour les deux textes. Mais pour Dris, cette histoire est tirée d'un fait réel puisqu'il jopint à son texte des photos de ses héros. Voir ses interviews dans la presse sur le NET. Alors: CE QUE LE JOUR DOIT A LA NUIT, je dirai RIEN DU TOUT monsiuer Yasmina Khadra.

Écrit par : belkacem | 29/12/2008

Répondre à ce commentaire

Le plus beau livre que j'ai pu lire...une leçon de vie !

Il renforce ma fierté d'être Algerien.

Écrit par : You | 09/03/2009

Répondre à ce commentaire

Magnifique livre qui à travers les pages m'a offert bien plus qu'une lecture. Lire ce livre c'est comprendre et réfléchir en même temps sur sa propre vie. Les larmes aux yeux je ne cesse de parcourir les quelques magnifiques phrases qui m'ont retournés le coeur.A 17ans je n'aurais jamais pensé être boulversée par un livre. C'est fait.

Écrit par : Une petite hirondelle de Kaboul. | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

Karim Sarroub, psychanalyste et romancier, accuse Yasmina Khadra d’avoir, dans son dernier roman Ce que le jour doit à la nuit (2008), plagié le récit Les amants de Padovani de l’écrivain algérien Youcef Dris, sorti en 2004 seulement en Algérie. Il reproche à l’ancien officier de l’armée algérienne de s’être largement inspiré du livre de Youcef Dris tout en dénaturant l’histoire de ses deux amants qui ont réellement existé dans l’Algérie des années 30. Le psychanalyste a publié sa note sur son blog (Nouvel Obs) où il donne tous les détails, y compris des photos des deux amants, et qualifie par la même occasion le roman de Yasmina Khadra de sous littérature. Tout le monde en prend pour son grade.
(Déborah Walter - Le Monde)
http://latraverseedudesir.blog.lemonde.fr/

Écrit par : Halim | 13/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ halim : merci pour ce lien, l'article de DW est très intéressant.

Écrit par : amanda | 14/10/2009

Répondre à ce commentaire

yasmina khadra est un grand et comme les grands depassent les petits alors la haine s'installe et on commence a dire des bétises.on disait aussi pour boudjedra qu'il copiait sur un romancier marocain.toz toz toz toz ton.conseil ne pas toucher aux grands.yasmina est grand c'est le seul ecrivain algerien de dimension universelle.arzazi chercheur peintre contemporain.

Écrit par : arzazi | 14/10/2009

Répondre à ce commentaire

yasmina khadra est un grand et comme les grands depassent les petits alors la haine s'installe et on commence a dire des bétises.on disait aussi pour boudjedra qu'il copiait sur un romancier marocain.toz toz toz toz ton.conseil ne pas toucher aux grands.yasmina est grand c'est le seul ecrivain algerien de dimension universelle.arzazi chercheur peintre contemporain.

Écrit par : arzazi | 14/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ Arzazi,


Yasmina n'est pas grand, il est petit de taille.

Mais à part ça, il semble qu'il a vraiment plagié.

Écrit par : Lamia | 16/10/2009

Répondre à ce commentaire

certes notre romancier est petit de taille mais grand d'esprit c'est comme bouteflika petit mais grand,c'est comme zabana le martyr de la revolution algerienne il etait petit de taille mais grand en courage,c'est comme bouchareb petit mais grand artiste realisateur universelle et la liste est longue.finalement la caravane passe.

Écrit par : arzazi | 16/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ Arzazi,

vous avez beau remuer ciel et terre, le plagiat est bien caractérisé; ce psy n'est pas fou, s'il en parle, c'est parce qu'il a lu les deux livres; sur son site il montre meme les photos du livre plagié;
sais pas si t'as lu son article, mais moi ça m'donne plus envie de lire le roman; vu ce qu'en dit le psy en plus, si c'est ça c'est poubelle

Écrit par : soraya | 17/10/2009

Répondre à ce commentaire