Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« VUE SUR LA MERE – JULIEN ALMENDROS | Page d'accueil | L’INAPERÇU – SYLVIE GERMAIN »

05/09/2008

LES ACCOMODEMENTS RAISONNABLES – JEAN PAUL DUBOIS

dubois.gif

 

A la mort de Charles Stern, grand sauteur et profiteur, boursicoteur verni et frimeur, son neveu Paul Stern ne ressent pas grand-chose pour cet oncle qu’il connaissait peu. Scénariste toulousain, il observait de loin cet oncle parisien, condescendant, méprisant et vénal. Quant à Alexandre, le père de Paul, il a passé sa vie à honnir ce frère aux antipodes de sa vie, lui qui menait une vie de veuf, frugale, voire bigote, étriquée.

 

Mais la mort de l’un semble donner à l’autre un regain de vitalité, et Alexandre hérite de la fortune de son frère. Adieu potages, prières et renoncements, bonjour le fric, la frime et la liberté.

 

Paul mène une vie qu’on pourrait considérer comme tranquille, si on peut appeler tranquille une vie de couple inexistante. Une femme neurasthénique, gavée d’anxiolytiques et de narcotiques. Un couple qui peu à peu, sans le savoir ni le vouloir d’ailleurs, s’est éloigné lentement et partage le même toit sans partager quoi que ce soit d’autre. Les enfants sont partis, sont eux même parents, la vie est routinière, peu passionnante. Paul accepte un poste de Script doctor à Hollywood tandis qu’Anna demande un internement volontaire.

 

Une année. Une année à Hollywood, pendant laquelle Paul observe de loin son père envoyer valser ses principes et goûter une vie qu’il a toujours dénigrée ; une année pendant laquelle Paul fuit une vie de couple usée, érodée, fissurée en cherchant à travers ce miroir qu’est Hollywood un semblant d’apaisement. Il rencontre Selma, le double parfait d’Anna, quelques années en moins et le moral en plus.

 

 

Jean-Paul Dubois nous propose le portrait d'hommes et de femmes qui se cherchent, qui se perdent, qui se retrouvent pour mieux s’en aller encore. A travers la vie d’Alexandre, qui envoie valser tout un passé pour épouser une vie qu’il a toujours ostensiblement réprouvée, à travers Anna qui préfère s’emmurer dans un sommeil lénifiant pour ne pas affronter la vie, à travers Paul qui fuit une vie qui n’a plus de sens pour un milieu finalement tout aussi dénué de sens, voici un roman abouti qui nous parle de ces petits arrangements, sournois, hypocrites, lâches, que l’on peut faire pour édulcorer le quotidien, comme on passe un onguent sur les blessures de l’âme en sachant pertinemment que tout ça n’est qu’artifice. Des compromissions, des pactes muets, des lâchetés inavouées mais manifestes, qui permettent à chacun de s‘arranger avec soi-même, de fermer les yeux devant son miroir.

 

Accommodements avec ses principes, à travers Alexandre qui se venge d’un frère qu’il a toujours envié, jalousé. D’un seul coup, le retraité paisible et solitaire règle ses comptes avec ses fantômes et endosse la vie de l’autre, jusqu’à épouser sa compagne et devenir, lui aussi, l’être puant, condescendant, narcissique. Vouait-il son frère aux gémonies par conviction ou envie ?

 

Accommodements avec le devoir, à travers Paul qui fuit une épouse dépossédée de toute substance mais tombe amoureux du reflet de cette même femme, avant qu’elle ne sombre. Il fuit la réalité en préférant un double encore neuf, dont il découvrira plus tard que le double aussi est écorché.

 

Culpabilité, compromissions, faiblesses et regrets,  le roman de Jean-Paul Dubois laisse une empreinte persistante sur la nécessité d’assumer sa vie et les rapports humains, faits de compromis, de petites et grandes lâchetés. Un bon roman, donc.

 

 

 

§ § §

 

 Les accomodements raisonnables, Jean-Paul Dubois - Editions de l'Olivier 261 pages

 

 

L'avis de Clarabel

06:37 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook

Commentaires

Hum, ça a l'air pas mal...

Écrit par : fashion | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

A surligner donc parmi les nombreux titres de cette rentrée littéraire.

Écrit par : Mireille | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Pourquoi pas ? Je ne connais pas cet auteur mais, évidemment, je n'arrête pas de croiser ce livre en librairie. La rencontre en bibliothèque sera décisive !

Écrit par : Brize | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'aime pas Jean-Paul Dubois :-(
Tu en parles bien pourtant, mais lui et moi, on n'est pas fait pour s'entendre. Pas grave, je ne manque pas de lecture !

Écrit par : erzébeth | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

... moi j'ai Dubois dans la peau ! ;)))
Sitôt un nouveau bouquin, hop je saute dessus !

Écrit par : Clarabel | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

J'me cache les zieux pour ne pas lire ta chronique, ce livre squatte une de mes z'étagères...

Écrit par : LVE | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Ce que tu dis de ce bouquin est bien tentant! Le titre me fait grincer des dents (me semble que ces mots-là ont fait la manchette de tous les journaux, radios, télés québécois pendant au moins 2 ans... je n'en pouvais plus) mais tu réussis à me convaincre quand même! Je suis faible!

Écrit par : Karine | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Aucune envie de lire Jean-Paul Dubois, je ne sais pas pourquoi, une intuition qu'il ne me conviendrait pas.

Écrit par : Françoise | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ fashion : nos goûts souvent radicalement différents, méfie toi ;)
@ mireille : j'espère que tu aimeras
@ brize : je pense que les biblio ne vont pas faire l'impasse
@ erzebeht : pas grave, non!
@ clarabel : c'était mon premier Dubois. j'en envie d'essayer d'autres romans de lui
@ LVE : cache tes zyeux alors :
@ karine : oui, j'ai cru comprendre.... c'est quoi cette histoire? tous les sites quebecquois en parlent.

Écrit par : amanda | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ françoise : ah bon!

Écrit par : amanda | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Quelle critique! Ca donne envie! Je le note!!

Écrit par : Mimienco | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Erzebeth + 1
J'en ai lu quelques uns de lui et je trouve que c'est toujours la même chose. Pas mon truc...

Écrit par : Cuné | 06/09/2008

Répondre à ce commentaire

oui je confirme cela a l'air pas mal du tout
et moi, je n'ai pas des gouts radicalement différents :))

Écrit par : Stéphanie | 06/09/2008

Répondre à ce commentaire

J'avais bien aimé Une vie française et je pense que celui-ci pourrait me plaire !

Écrit par : kathel | 06/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'avais pas trop accroché à "Une vie française", donc je ne sais pas trop si je lirai celui-ci.

Écrit par : Manu | 06/09/2008

Répondre à ce commentaire

Sentiment mitigé après la lecture d'"une vie française", alors celui-là, je ne sais pas trop !

Écrit par : Flo | 07/09/2008

Répondre à ce commentaire

Petite coïncidence, Arret sur images a parlé cette semaine de la couverture de ce livre qui est une fois de plus une parodie des tableaux d'un certain Edward Hopper :)

Écrit par : vendetta | 07/09/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai lu des critiques assez mitigées sur ce livre. J'hésite...

Écrit par : Gambadou | 07/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ mimienco : as tu déjà lu cet auteur ?
@ cuné : j'aime bien quand tout est dans le non dit, le ressenti, et surtout ce type de anti héros
@ stéphanie : ;))
@ kathel, manu, flo : une vie française : une a aimé, l'autre moins... je vais tenter alors :)
@ vendetta : j'ignorais ! (et bienvenue)
@ gambadou : ah oui ? ou ça (je suis curieuse!)

Écrit par : amanda | 08/09/2008

Répondre à ce commentaire

Un mois plus tard... la réponse à ta question sur l'histoire des accomodements raisonnables! En fait, je vais survoler. C'est moins pire depuis plusieurs mois mais un moment donné, disons que les autorités étaient très sensibles aux demandes de diverses religions. Il y a eu une histoire d'un port de kirpan autorité dans une école (alors que tout truc potentiellement dangereux est interdit pour tous) et une autre d'un monsieur qui a fait changer les vitres d'une salle de sport donnant sur la rue car la vue de femmes (alors qu'il marchait dans la dite rue) qui s'entraînaient (avec le costume qui sied à cette activité) contrariait sa religion, des congés payés supplémentaires pour les membres de certaines religions... Disons qu'il y a eu une avalanche de cas un peu extrêmes en quelques mois qui a fait un peu réagir la population... et on n'a entendu parler que de ça pendant un moment!

Écrit par : Karine :) | 29/09/2008

Répondre à ce commentaire

on m'a prêté il y a 15 jours "une vie française" de Dubois et j'en ai été très enthousiasmée; je trouve que c'est une vision linéaire de la société française et son évolution en 1/2 s. qui me parle vraiment, même si bien sûr ce n'est pas une analyse objective...çà m'a tellement plu que j'en ai offert un exemplaire à mes 2 aînés jeunes adultes et à mon Namoureux né aussi en 1950 comme l'auteur...voila pourquoi j'achèterai d'autres livres de dubois, espérant juste ne pas être déçue!

Écrit par : eve | 08/02/2009

Répondre à ce commentaire

@ eve : si vous aimez sa plume, sans doute aimerez vous celui ci

Écrit par : amanda | 09/02/2009

Répondre à ce commentaire

je ne connaissais pas JP. Dubois. j'ai commencé par celui-là et en deux semaines j'en ai lu 3... où m'étais-je égarée pour passer à côté de ce goût-là. Quelquefois je me dis que la vie gère pour moi les plaisirs et les moments pour les vivre...merci la vie

Écrit par : Lily | 09/02/2009

Répondre à ce commentaire

@ lily : bienvenue ici. Je n'ai lu aucun autre JP Dbubois. Peu importe, un jour ou l'autre, un auteur vient à nous et on finit par le découvrir avec peut-être encore plus de plaisir ?

Écrit par : amanda | 10/02/2009

Répondre à ce commentaire