Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« ETAT CIVIL | Page d'accueil | LES ACCOMODEMENTS RAISONNABLES – JEAN PAUL DUBOIS »

04/09/2008

VUE SUR LA MERE – JULIEN ALMENDROS

almendros.jpg« Je suis né le cordon ombilical autour du cou, un premier bijou qui, déjà, avait l’avantage de ne pas être onéreux ». Voilà comment commence le récit de Julien. Le cordon autour du cou n’était pas un bijou, non, plutôt une chaîne, serrée sur son cou. Sa mère, déjà, ne le lâchait pas.

 

 

Ce n’est pas un récit, en fait, c’est une charge. Une charge contre une mère abusive, possessive, hystérique par moment, égoïste, exclusive et jalouse. Une mère comme on n’en voudrait pas, une mère que l’on espère ne pas devenir. C’est souvent cocasse, juste, quelques éclairs de tendresse et de lucidité viennent parfois (parfois seulement) adoucir le portrait de cette femme vouée à sa progéniture, devenue mère professionnelle. Mais une mère professionnelle, en voyant sa progéniture s’éloigner du giron familial, refuse la perspective du chômage technique et n’en devient que plus aigrie.

 

Le processus narratif est parfois surprenant. Au beau milieu, la prose se transforme en simili pièce de théâtre : étonnant au premier abord, puis, au fil des Actes, on ne peut qu’apprécier cette façon de représenter les années qui passent et le passage de l’enfance à l’adolescence puis l’âge adulte de l’enfant devenu homme (mais toujours pas aux yeux de sa mère).

 

La fin en règlement de comptes aurait pu à mon sens contenir un peu plus de tendresse, ce n’est qu’un épilogue plein d’amertume et de rancoeurs de la part d’un fils, qui transforme le livre en livret de doléances sans autre intêrét. Ce sera mon bémol.

 

§ §

 

Les avis de Laurence, Cuné, et celui de Laure

 

 

Vue sur la mer, Julien Almendros - Le dillettante, 125 pages

 

 

 

06:02 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

En effet, bémol partagé :-D

Écrit par : Cuné | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je viens de lire "passage de la mère morte" sur le même thème relation mère-fils ratée et n'ai pas envie de replonger dedans.

Écrit par : Françoise | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

Cela semble dur ! je ne sui pas sûre d'avoir envie de lire cela...

Écrit par : Thaïs | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

je l'ai lu hier soir, et j'attendais ton avis avec curiosité
je serais peut-être moi mitigé que toi, juste par que j'avais un gros a priori en le commençant et que finalement je l'ai lu d'une traite
donc d'un autre côté, 125 pages, ce n'est pas très long!

Écrit par : Stéphanie | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

plus je lis de billets, plus je me dis que ce n'est pas pour moi! Bonne journée Amanda!

Écrit par : Karine | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ cuné : c'est dommage d'ailleurs, il y avait pas mal d'humour
@ françoise : je ne connais pas
@ thaïs : en fait ce n'est pas dur, c'est même amusant
@ stéphanie : non, il n'est pas long, mais j'ai bien aimé, seule la fin m'a déçue
@ karine : moi je prie pour ne pas devenir ce genre de mère;)

Écrit par : amanda | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai lu les premières pages sur le site de l'éditeur ; bien écrites, ma foi, mais je suis sûre que je n'apprécierai pas la fin non plus...

Écrit par : rose | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ rose : il faut essayer ;)

Écrit par : amanda | 08/09/2008

Répondre à ce commentaire