Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Là où les tigres sont chez eux – Jean Marie Blas de Robles | Page d'accueil | BONBON PALACE - ELIF SHAFAK »

26/09/2008

SUR LA PLAGE DE CHESIL – IAN MC EWAN

Edward et Florence se sont mariés ce matin. Ils s’aiment, ils ont peur, ils attendent leur nuit de noce tout en frissonnant. D’impatience, pour Edward ; de peur, pour Florence.

 

Le roman de Ian Mc Ewan se résume à cette attente, à cette soirée où les deux jeunes mariés dînent, en attendant l’heure où ils se donneront l’un à l’autre. Pour la première fois.

 

Il a fallu toute la persuasion de mon libraire pour me faire accepter de lire une seconde fois Ian Mc Ewan. Après « Samedi », j’avais gardé une impression, disons,  à la fois plaisante et gênée. Avouons tout de suite que le nombre de pages (148) de son dernier roman a grandement contribué à me faire céder.mcewan.jpg

 

Nous y voilà, donc. Un homme, une femme, tous les deux jeunes et vierges. Tous les deux engoncés dans une éducation et une époque (début des années 60) encore stricte et bourgeoise, encore étriquée. La sexualité reste un tabou, le mariage une finalité.

 

Le récit, construit autour de cette seule nuit de noce, s’avance inéluctablement vers l’affrontement de ces deux enfants déjà adultes. Une communication distante, où chacun tourne autour du pot, ou deux fiertés se heurtent par ignorance, s’évitent, se frôlent, se méfient. Se rapprochent pour mieux se blesser, se déchirer, revenir en arrière, hésiter, repartir.

 

Ces deux ne se parlent pas. Ou du moins ne parlent pas de ce qui les inquiète, les attire, les attise et les dégoûte.  La tension monte petit à petit. 

 

Au fil du récit, on remontera vers l’enfance des jeunes mariés. On remontera vers la pauvreté d’un jeune homme et la richesse de la jeune femme. On remontera vers l’éducation fermée et hypocrite, vers les espoirs et les aspirations d’une jeunesse à peine éclose, tiraillée entre l’éducation vertueuse et les prémices d’une révolution culturelle et sexuelle. Ian Mc Ewan pointe avec justesse les pensées, les émois, des espoirs de ces deux jeunes gens. Il dévoile ces éducations où l’on ne parle pas, où l’on pense sans partager, où l’on a peur de se dévoiler.

 

Du poids de l’éducation et des non-dits, de l’absence de communication et du manque de confiance, en soi, en l’autre, du conformisme qui pousse à se marier sans savoir ce qu’est aimer, la scène se transforme en huis clos où les personnalités vont finalement lever le voile. Mais ne le regretteront-elles pas ?

 

Deuxième essai, donc, et match nul. Celui-là, je l’ai aimé, il se lit vite et l’intensité devient de plus en plus dramatique jusqu’à l’affrontement final. Un récit à la construction impeccable : je relirai cet auteur.

 

 

Sur la plage de Chesil, Ian Mc Ewan - Gallimard, 149 pages

 

L’avis du Bookomaton et celui de Jules.

Commentaires

149pages, densité,efficacité, je note!

Écrit par : cathulu | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Il faut que tu lises "Expiation" de lui : c'est un roman magistral, à la construction époustouflante. Celui-là par contre, ne m'attire pas des masses...

Écrit par : fashion | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne connais cet auteur que par "Samedi", qui m'avait déçue. L'écriture m'avait bien accrochée mais ensuite j'attendais ce qu'annonçait (de mémoire) la quatrième de couverture à savoir une montée en puissance pleine de suspense et j'ai trouvé que le récit (très descriptif) se traînait bien longtemps avant qu'il se passe quelque chose.
Du coup, je n'ai pas récidivé avec cet auteur (et pour "Expiation", ce qui m'ennuie, c'est que j'ai vu le film qui en a été tiré, donc je connais déjà l'histoire).

Écrit par : Brize | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je crois que "Samedi" ne fait pas franchement l'unanimité. Comme Fashion, je pense que "Expiation" est une perle, tout comme "Amsterdam". Merci de ton billet sur celui-ci, je pense que je vais succomber sous peu.

Écrit par : Lilly | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord ! "Samedi" n'était pas terrible ! Ennuyant, plat... :/

Écrit par : Clarabel | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Comme les autres, pour que le score soit en faveur de McEwan, je te conseille Expiation (j'avais bien aimé aussi Délire d'amour) ; et celui-ci a l'air très bon...

Écrit par : rose | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

J'aime bien McEwan, notamment "Expiation" et surtout "Délire d'amour" mais c'est vrai que j'ai lu d'autres textes assez bizarres... Celui-ci ne me tentait pas trop, mais finalement, à te lire, je me laisserai peut-être tenter s'il passe par mes mains...

Écrit par : Ys | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas encore cet auteur. Je viens de commander ce roman qui devrait être dans ma BAL aujourd'hui. Je note aussi les conseils de Cathulu et Clarabel.

Écrit par : Mireille | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Comme beaucoup d'entre vous, en ce qui concerne Mc Ewan, je ballotte entre coups de cœur (Expiation) et déceptions (Amsterdam, Délire d'amour).
Il me semble que celui-ci devrait faire pencher la balance du bon côté.

Écrit par : In Cold Blog | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne sais toujours pas si j'ai réellement aimé ce livre !

Écrit par : Bellesahi | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai jamais lu l'auteur mais j'ai "Atonement" (je pense que c'est "Expiation"... des fois, je viens un peu mêlée dans les titres) dans ma pile par lequel je vais commencer. Celui-ci m'avait déjà bien tentée chez Jules... et il me tente toujours!

Écrit par : Karine :) | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ cathulu : un envoi postal ?!
@ fashion : lamousmé me l'a proposé il y a qq temps, mais j'avais encore le souvenir de Samedi, j'ai dit non. Ma foi, maintenant, peut-être ;)
@ brize : si ma mémoire est bonne, l'action monte en suspens 50 pages avant la fin des 400 (?) pages, oui, c'était trop long :)
@ lilly rose : expiation donc :)
@ clarabel : plat, oui mais dommage car j'aimais bien ce chirurgien:)
@ ys : il le faut, il est surprenant et bien
@ mireille : j'espère que tu aimeras, donc
@ ICB :il faut essayer :)
@ belesahi : as tu fait un billet ? C'est vrai que le récit peut paraître monotone, mais j'ai aimé l'aspect huis clos où la tension monte entre eux, alors qu'ils s'aiment et la fin...

Écrit par : amanda | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Il est dans ma PAL...sur le dessus!
Bon week end ,Amanda!

Écrit par : Annie | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Très envie de lire celui-ci, encore plus après ton billet. J'aime ce type de huis clos, lorsque c'est bien fait !!

Écrit par : antigone | 26/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas trop envie de lire celui-ci. Par contre j'ai "expiation" dans ma pile, un bon choix apparemment.

Écrit par : Françoise | 27/09/2008

Répondre à ce commentaire

Si tu insistes !:) Mais ce n'est pas pressé !

Écrit par : cathulu | 27/09/2008

Répondre à ce commentaire

J'avais détesté "Un jardin de ciment" il y a des années et j'ai adoré "Expiation'. Celui-ci me tente beaucoup et tu confirmes qu'il vaut le coup :-) . Je note donc !

Écrit par : Manu | 27/09/2008

Répondre à ce commentaire

ON m'a donné Délire d'amour.. je verrai bien! j'entends beaucoup de choses sur cet auteur: certains l'adorent, d'autres détestent....mais je préfère cela au consensus parfait!

Écrit par : choupynette | 27/09/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai Expiation sur la PAL! S'il me plait je tenterai celui-ci!

Écrit par : chiffonnette | 27/09/2008

Répondre à ce commentaire

@ annie : merci, toi aussi (enfin, bon dimanche pm :))
@ antigone : tout est dit dans le non-dit, en quelque sorte, ds ce livre :)
@ françoise : a priori, Expiation fait l"unanimité :)
@ cathulu : yes m'dam :)
@ manu : du toute façon, 148 pages se lisent vite :)
@ choupynette : je suis entièrement comme toi, les consensus m'ennuyent
@ chiffonnette : lis d'abord Expiation ;)

Écrit par : amanda | 28/09/2008

Répondre à ce commentaire

j'avais vraiment beaucoup aimé expiation, mais le personnage principal de Samedi m'avait agacée, voire assommée dans ses pérégrinations et réflexions, notamment sur le "tout génétique". Un homme de notre temps direz vous, soit, mais ce livre m'avait laissé un goût trop amer... J'ai donc décidé de passer sur celui-ci, comme toi...
mais soit, 148 pages se lisent vite... peut-être auras tu su être aussi persuasive que ton libraire...

Écrit par : sylvie | 28/09/2008

Répondre à ce commentaire

Celui-ci, je l'ai repéré depuis quelques jours. Je t'attaque dès que possible

Écrit par : Anna Blume | 28/09/2008

Répondre à ce commentaire

je l'attaque je voulais écrire !!! rires!!!

Écrit par : Anna Blume | 28/09/2008

Répondre à ce commentaire

@sylvie : tu me diras :)
@ anna : pareil que sylvie ;)

Écrit par : amanda | 29/09/2008

Répondre à ce commentaire

Lu les 2/3, pour l'instant : inqualifiable, pour l'instant. Ah si : troublant ! Suis pressé de le finir.

Écrit par : Pollux | 11/10/2008

Répondre à ce commentaire

Tu avais raison. Ce livre est bouleversant. Très bien construit. Un coup de coeur pour moi

Écrit par : Anna Blume | 25/10/2008

Répondre à ce commentaire

@pollux : désolée j'avais raté votre commentaire... je réponds donc tard... et maintenant, vous l'avez fini ?!
@ anna blume : j'ai vu ça sur ton blog:)

Écrit par : amanda | 26/10/2008

Répondre à ce commentaire

Très beau billet sur ce beau livre!

Écrit par : Lau(renceV) | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

@lau(renceV) : merci ;)

Écrit par : amanda | 29/10/2008

Répondre à ce commentaire