Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 1979 – Jean-Philippe BLONDEL | Page d'accueil | DES PAPILLONS SOUS LA PLUIE – MIRA MAGUEN »

06/10/2008

JEUX CROISES – MARIE SIZUN

Il y a Marthe. Marthe qui n’a pas voulu d’enfant, que son mari quitte, et qui n’arrive pas à exprimer sa souffrance.

 

Il y a Alice. Alice qui est mère mais ne l’a pas voulu. Alice qui porte sa maternité comme on porte un fardeau. Trop jeune, trop seule, trop empêtrée dans ses problèmes de mère célibataire pour regarder son fils autrement qu’un poids encombrant, qu’une gêne, qu’une erreur.

 

jeux croises.jpgEt puis, un jour, Marthe aperçoit Ludo, l’enfant d’Alice. Ludo seul dans son caddie alors que sa mère papote, papote, avec un ex, se plait à plaire, se plait à être autre chose qu’une mère, retrouve l’impression d’être une jeune femme, séduisante, libre. Alors Marthe prend le caddie, paye, et s’en va avec Ludo…. Alice, en découvrant que son fils a disparu, hésite, pèse le pour et le contre ; et si, finalement, c’était ça, la solution ?

 

Marie Sizun, après « La femme de l’Allemand »où elle explorait les liens filiaux et maternels, trace ici le portrait de deux femmes face à la maternité. Un moment de déraison, un « coup de folie » qui entraîne ces deux femmes face à elles-mêmes.

 

Marthe, au cours de ces quelques jours avec Ludo, se souviendra de son enfance, de son sentiment d’abandon, quand sa mère est partie en la laissant à sa grand-mère.

 

Alice, soupçonnée d’avoir tué son enfant, décrétée coupable avant même d’avoir compris qu’elle l’était vraiment, mais sous une autre forme, se surprendra à éprouver le manque. Le manque de la peau de Ludo, son odeur, ses sourires.

 

La plume est à la fois simple et fluide. On retrouve le style de Marie Sizun, où tout est évoqué, à peine effleuré mais très bien suggéré : la souffrance, la honte, la peur, l’angoisse de ces deux femmes. Le personnage de Marthe m’a paru ceci dit moins crédible ; aucune empathie pour cette femme qui craque subitement et commet l’irréparable. Il n’y a chez elle aucune culpabilité, juste ce sentiment d’urgence à partir, à voler l’enfant d’une autre, à se découvrir elle aussi mère, pour prouver aux autres, à son ex-mari surtout, à elle-même, qu’elle peut être mère. Elle m’a beaucoup moins touchée qu’Alice.

 

Alice, elle, m’a estomaquée. J’ai aimé cette jeune maman débordée, seule, qui d’un coup, se demande si laisser son enfant ne serait pas une bonne idée. J’ai aimé cette fille perdue se sentir exister sous le regard des journalistes, se sentir ETRE quelqu’un. Elle ne comprend pas qu’on la juge coupable. Elle veut seulement, pour une fois, qu’on s’intéresse à elle, à ELLE en tant que personne, et non plus en seulement tant que mère, que ventre.

 

Un bon roman, donc, mais qui aurait pu être plus poussé, s’attacher davantage à Alice et sa personne, à mon avis.

 

 

 

Jeux croisés, Marie Sizun - Éditions Arléa, Collection 1er mille. 249 pages

 

L’avis de Marie.

06:14 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

Commentaires

je ne commencerai pas ma découverte de cette auteure avec ce titre donc.

Écrit par : cathulu | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

Ça paraît dur, mais très intéressant.

Écrit par : maijo | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne suis tout simplement pas capable de lire à ce sujet... trop dur pour moi. Même si le personnage d'Alice m'intrigue avec ce que tu en dis, je crois que je ressentirais un réel malaise.

Écrit par : Karine :) | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

@cathulu : essaie La femme de l'allemand, donc
@ maijo : oui ça l'est (intéressant) mais pas trop dur, en fait
@ karine : ça m'a un peu fascinée, en fait (suis-je normale ?!)

Écrit par : amanda | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

Mon libraire me l'a conseillé, je l'ai donc acheté. On verra bien !!

Écrit par : Flo | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

idem je vais suivre ton conseil et commencer par la femme de l'allemand

Écrit par : Stéphanie | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai bien aimé mais comme toi, j'ai tout de même préféré "la femme de l'allemand". Dans quelques jours mon compte-rendu de lecture.

Écrit par : sylire | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

@flo : tu nous diras :)
@stéphanie : bien :)
@sylire : j'irais voir:)

Écrit par : amanda | 07/10/2008

Répondre à ce commentaire

le sujet fait un peu penser à comme une mère de Karine Reysset, que je n'ai franchement pas trouvé formidable. Je vais peut-être essayer celui ci!

Écrit par : alma | 10/10/2008

Répondre à ce commentaire

@alma : bienvenue ici d'abord. Oui il ya bcp de ressemblances avec Comme une mère (que, pour ma part, j'avais énormément aimé). Mais les récits sont qd meme différents, j'avais troubé bcp plus d'émotion ds le Reysset, ici, c'est plus neutre. Peut-être aimeras tu alors (tout dépend de ce qui t'a déplu ds Comme une mère).

Écrit par : amanda | 10/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé "jeux croisés" ainsi que "la femme de l'allemand"... Marie sizun est une grande auteure ! j'ai eu beaucoup d'émotions en la lisant...

Écrit par : Flora | 04/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ flora : ses romans sont très prolixes en émotions, oui:)

Écrit par : amanda | 05/11/2008

Répondre à ce commentaire