Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LE VILLAGE DE L’ALLEMAND – BOUALEM SANSAL | Page d'accueil | MAUDIT KARMA – DAVID SAFIER »

20/10/2008

INTERIEUR NORD – MARCUS MALTE

interieur nord.jpgMusher vit dans les montagnes. Ses compagnons, ses amis : ses chiens de traîneau. Sa vie se résume à la neige, au froid, à la solitude, quelques touristes qui viennent découvrir son univers. Des gens de passage, des rencontres fugaces. Jusqu’à l’arrivée de Lauren.

 

Un père passe tous les jours devant le carrefour où son fils a été assassiné. Où son fils a croisé un destin inattendu, brutal, hasardeux et mortel. Il ne peut s’en empêcher. Passer là et se souvenir. Ne pas oublier. Surtout ne pas oublier.

 

Patrick observe sa mère boire. Il sait qui elle est, elle ne le sait pas. Il s’abreuve de sa présence, elle s’abreuve pour faire taire sa mémoire.

 

Quant à Lucien, le dernier narrateur, au crépuscule de sa vie, il se souvient. Il se souvient de sa vie de représentant, la route, les routes, les gens, les départs et les longs kilomètres avalés, seul au volant, jusqu’à ce jour où il a sonné chez Jeanne. Ces semaines extraordinaires qui ont suivi, et qui ont brutalement cessé…

 

Il y a des rencontres dans le recueil de Marcus Malte, des rencontres qui surgissent et viennent lacérer les lendemains, bouleverser des vies et déchiqueter leur monotonie. Il y a des solitudes, des hommes seuls qui, un jour, croisent un éclat de vie, un éclat de mort, et ne seront plus jamais les mêmes. La mort sera devenu part intégrante d’eux-mêmes, ils continueront à vivre en équilibre sur un fil ténu, fragile, comme des funambules avancent en se balançant sans cesse entre vie et mort.

 

La grisaille de ces vies est illuminée par la plume à la fois superbe et simple, (jamais un mot de trop), de Marcus Malte : il entoure ses personnages, hommes perdus, hommes seuls, d’un halo lumineux, serein, halo qui ne les quittera plus. Qui continuera à scintiller dans leur mémoire, comme un souvenir que l’on chéri et conserve précieusement, que l’on caresse doucement, en silence.

 

Ce recueil a reçu le prix Rotary Club de Paris.

 

Intérieur nord, Marcus Malte. Ed. Zulma, 140 pages

 

 

Commentaires

J'ai beaucoup aimé "Garden of Love" mais par contre, je n'aime pas les nouvelles (je ne sais jamais comment et quand les lire !), alors j'hésite...

Écrit par : Ys | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

Tu donnes sacrément envie! Depuisl e temps que j'entends parler de ce monsieur, je vais finir par céder et tenter ma chance! Garden of love ou ses nouvelles pour commencer?

Écrit par : chiffonnette | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

Tu en parles tellement bien que ce serait presque irrespectueux de ne pas suivre ton coup de cœur ! Mais pas tout de suite, parce que ça m'a l'air si triste...

(et j'oublie toujours de te le dire, mais voilà, ton nouveau décor me plaît beaucoup, c'est feutré et élégant, une douce réussite !)

Écrit par : erzébeth | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

serais-tu toi aussi une fan de ce monsieur ? J'attends de pouvoir lire son dernier avec une grande impatience...

Écrit par : goelen | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai hâte de le découvrir, ce M.M. que tu M tant ! ;-)

Écrit par : Tamara | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

L'univers de Marcus Malte est décidément toujours aussi sombre...
Comme Ys, j'ai beaucoup aimé "Garden of love" mais généralement je n'aime pas trop les nouvelles. Je ne sais donc pas si je le lirai.

Écrit par : saxaoul | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis entrain de lire Garden of love, et je trouve l'écriture superbe alors je note ce titre, je lirai d'autres ouvrages de cet auteur, c'est certain !

Écrit par : bladelor | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

@ ys : pour les nouvelles, c'est simple, tu commences par la première et tu te laisse happer :)
@ chiffonnette : celui-ci ?
@ erzebeth : irrespectueux ? non, quand même pas :) (et merci pr le décor)
@ goelen : fan, oui, on peut le dire comme ça (et en plus, il est de chez moi !)
@ tamara : je vais te les envoyer
@ saxaoul : oui, sombre, mais beau :)
@ bladelor : il le faut

Écrit par : amanda | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

Tes nombreux billets m'ont donné envie de découvrir cet auteur, que j'ai pu rencontrer depuis à Saint-Etienne. Garden of love est donc "on top of the PAL".

Écrit par : maijo | 20/10/2008

Répondre à ce commentaire

Tempting! En tout cas, je mets "Garden of love" du même auteur, sur le dessus de la pile!!

Écrit par : Karine :) | 21/10/2008

Répondre à ce commentaire

En lisant le 1° paragraphe, je me suis dit : chouette, une histoire dans les grands espaces glacés en compagnie de mushers. Puis-je te demander si les autres histoires se passent au même endroit ?

Écrit par : Laetitia la liseuse | 21/10/2008

Répondre à ce commentaire

Ah... * soupir * Marcus... ! ;-)
Sérieusement, je vais commencer par "Garden of Love", puis ensuite je verrai !

Écrit par : Caro[line] | 21/10/2008

Répondre à ce commentaire

@ maijo : j'espère que tu aimeras et que tes attentes ne seront pas déçues ;)
@ karine : yes:)
@ laetitia : pas du tout ! et ds la première nouvelle, l'epace est présent, mais pas prépondérant
@ caro[line] : soupir partagé :)

Écrit par : amanda | 21/10/2008

Répondre à ce commentaire

je ne soupire pas encore, mais suis très curieuse de découvrir cet auteur :)

Écrit par : Stéphanie | 22/10/2008

Répondre à ce commentaire

j'espère le découvrir bientôt moi aussi !

Écrit par : Flo | 24/10/2008

Répondre à ce commentaire