Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« EXPERON – HELENE CRUCIANI | Page d'accueil | MOON PALACE – PAUL AUSTER »

31/10/2008

ZULU - CARYL FEREY

zulu.jpgL’Afrique du Sud.  Ses paysages, ses plages somptueuses et sauvages, son gigantisme, ses plaines arides et ses racines multi-ethniques et multi-culturelles. Ses parcs, ses gratte-ciels, ses déserts, le sable blanc léché par l’océan.

 

L’Afrique du Sud et ses guerres, ces cicatrices encore béantes, ses déchirements raciaux, son lent et fragile réveil à la tolérance et à la dignité.

 

Nous y sommes, donc, en Afrique du Sud. A Capte Town plu précisément. Le corps d’une jeune femme – blanche – est retrouvé. Lacéré, déchiqueté, écorché. Une bouillie, une boucherie. L’assassin a voulu l’effacer, la rayer de la carte des mémoires. Dans le sang de la victime, une substance inconnue. Nouvelle drogue ?

 

L’inspecteur Ali Neuman prend l’enquête en charge, aidé de ses deux collègues, Fletcher et Reddken. Neuman est un noir qui a déjà ses propres démons à combattre, les deux autres, blancs, ne sont pas si blancs que ça, tout dedans.

 

Les trois hommes cherchent à savoir qui est ce meurtrier qui tue au-delà de l’entendement, au-delà de la folie. Et cette substance, cette nouvelle drogue, cette nouvelle donne-la-mort, les entraîne aux confins du monde normal, à la lisière de la folie humaine.

 

On y est, dans ce polar. On y est jusqu’au cou, englué, enlisé, enchaîné dans ces 393 pages. Impossible d’en sortir « comme de rien n’était ». Des townships suant la misère humaine, des gamins promis à un avenir aussi bref que poisseux, des dealers de came et de mort latente, des puissants corrompus et viciés par leur haine du nègre, Cary Ferey agrippe le lecteur, le fouette sans ménagement dans une enquête crue et oppressante.

 

Plus d’une fois le cœur marque l’arrêt, la gorge est sèche et l’air vient à manquer. On est hypnotisé, camé aux mots. Sensation de manque et besoin d’y retourner. Avidité de douleur et de brûlure. Ce n’est plus un livre, c’est un marquage au fer rouge.

 

Des personnages puissants, forts : Neuman, Epkeen, Fletcher, les flics droits et justes ; Zina la danseuse militante, Claire, Ruby, David et les autres, sans compter les autres, les pourris, les salauds, les plus que vermine, ceux qu’on voudrait écraser comme des insectes nuisibles, là, tout de suite, en fermant le livre d’un coup. Ceux qu’on voudrait détruire comme ils détruisent les autres.

 

Une Afrique du Sud vérolée par la haine, des brûlures de l’Appartheid, des journées sans espoir d’une population vouée à la simple survie, des meurtres et de la drogue, des expériences médicales et des tortures, brr…

 

Haletant, étouffant.

 

Quelle noirceur.

 

Impressionant.

 

 

Zulu, Caryl Ferey. Gallimard Série Noire, 393 pages

 

 

Lu dans le cadre du Prix des lectrices ELLE 2009

 

 

Les avis de Emeraude, Dominique 

 

 

 

 

 

Commentaires

Quand j'ai lu le premier roman de cet auteur,j'ai cru que c'était un auteur étranger tant le style était puissant ! :)

Écrit par : cathulu | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai bien envie de lire un livre qui ne se lâche pas, même s'il est aussi dur que celui-ci.

Écrit par : Aifelle | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

Est-ce qu'il y a une raison pour que le livre s'appelle "Zulu" ?

Écrit par : Jo Ann v. | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai lu "Utu", roman particulièrement noir, mais aussi très bien écrit... Je lirai celui-ci aussi, un jour ou l'autre !

Écrit par : kathel | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

Très noir , très puissant, je suis d'accord...j'en parlerai un peu plus tard. Décidément, le sang, tout ça, ce n'est pas trop mon truc.

Écrit par : antigone | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai acheté Haka (toujours pas lu à ce jour) de cet auteur que j'avais rencontré au salon du polar en mars dernier. Caryl Ferey est absolument adorable, et c'est amusant de lire ton billet quand je pense à la douceur de l'auteur !!! Comme quoi, souvent un écrit transcende un homme !

Écrit par : bladelor | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai connu Caryl Ferey grâce à toi et je compte bien poursuivre ma découverte. Ce polar me semble vraiment bien dans le style noir.

Écrit par : Karine :) | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

Comme Antigone, j'ai eu beaucoup de mal avec tous ces meutres...très intéressant, par ailleurs!

Écrit par : Annie | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

@cathulu : les auteurs français ne sont pas puissants ?;)
@ aifelle : si tu aimes le genre, fonce
@ jo ann v : neuman est originaire de la province du kwazulu.
@ kathel : pour ma part, j'ai envie de lire Utu, donc ;)
@ antigone : tu es donc plus mitigée ? (je suppose que tu penses notamment à la scène sur la plage, quand Fletcher.... là, je tremblais et ai failli appeler Emeraude parce que j'éprouvais le besoin de parler à quelqu'un qui l'avait lu..)
@ bladelor : sans doute, oui ;)
@ karine : tu as connu caryl ferey grâce à moi ? Rafraichis moi la mémoire ! c'est la première fois que je le lis !
@ annie : âme sensible !

Écrit par : amanda | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

Un des meilleurs moments de ma vie est mon séjour en Afrique du Sud. Je ne suis pas allé au Cap mais suis resté dans le coin de Johannesburg (et Soweto). C'était suffisant pour être très profondément marqué par ce pays et les gens que j'y ai rencontrés. Ton résumé me donne envie de lire ce livre et me replonger dans cet univers.

Écrit par : Phil | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

Tu donnes envie!

ps: oui, à 2,38, un immense moment de cinéma! ;-)

Écrit par : chiffonnette | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

si je ne l'avais pas déjà lu, je n'aurai pas envie de le lire (mais en ce moment je n'ai envie de rien lire), surtout parce que c'est trop glaçant...

Écrit par : Emeraude | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi trouvé ce roman très fort, même si il est assez violent, j'ai trouvé qu'il n'y avait pas de violence "gratuite". Très bonne peinture d'un pays, auteur très fort, je relirai des romans de lui je pense.
PS : j'en parle demain!

Écrit par : enna | 31/10/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis en train de le lire, et c'est un vrai régal !

Écrit par : Alex, Couassous | 02/11/2008

Répondre à ce commentaire

lu aussi dans le même cadre que toi ...
très intéressant sur le plan humain, portrait d'un pays qui souffre et court à sa ruine tu en parles très bien .
pour le reste, trop violent pour moi avec quelques scènes un peu gratuites (barbecue ...)
les autres romans de cet auteur sont ils du même genre ?

Écrit par : Odilette | 02/11/2008

Répondre à ce commentaire

j'ai Zulu, Utu et Haka dans ma PAL et je me demande par lequel commencer !

Écrit par : julie | 03/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ phil : je pense donc que tu aimeras
@ chiffonnette : ;))
@ emeraude : pas un roman facile, non :)
@ enna : j'irais voir
@ alex : bon régal alors :)
@ odilette : la scène du barbecue est atroce, mais pas gratuite, non (du moins à mon avis)
@ julie : je ne peux t'aider, je n'ai lu que celui ci ;)

Écrit par : amanda | 04/11/2008

Répondre à ce commentaire

Comme je connais un peu l'Afrique du Sud, j'avais déjà noté ce titre ! Vu la façon d'écrire de cet auteur, je pense que ses romans ont tout pour être réussis (vu qu'il va dans le pays concerné avant d'écrire et il va parler avec les habitants pour en apprendre plus !)

Écrit par : Joelle | 08/11/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai adoré. Maintenant j'ai envie de me plonger dans "un long chemin vers la liberté" de Mandela, qui est dans ma PAL depuis un an.

Écrit par : Tiphanya | 08/08/2009

Répondre à ce commentaire

@ tiphanya : bienvenue ici :)

Écrit par : amanda | 18/08/2009

Répondre à ce commentaire