Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« CINQ LECONS SUR LE CRIME ET L’HYSTERIE – PATRICIA PARRY | Page d'accueil | PERETTE TERRORISTE »

28/10/2008

COURIR – JEAN ECHENOZ

zatopek.jpgIl y a quelque temps, si j’avais dû répondre à la question « Qui était Emile Zatopek », j’aurais sans doute répondu Coureur Cycliste ou boxeur. Voire footballeur.

 

...

 

C’est donc en découvrant le roman de Jean Echenoz que j’ai découvert la vie du coureur tchèque, l’homme aux 18 records du monde, le bien nommé la Locomotive Tchèque.

 

 

Pas de dates données, on se repère à la chronologie des événements : élève professionnel d’une usine Bata, Emile participe presque malgré lui à une course organisé par son employeur. Emile n’aime ni le sport ni la compétition. Il y va, donc, il n’a pas forcément le choix. Il gagne.

 

Le top départ d’une carrière hors nomes est donné. Emile pulvérisera un à un tous les records du monde, s’octroiera à la barbe et la stupéfaction de ses adversaires les médailles d’or aux JO de Helsinki. Deviendra une icône nationale, internationale, une bête de foire, tant ses capacités semblent surhumaines, tellement contrastantes avec sa personnalité, son style dépenaillé, son détachement, son apparent dilettantisme.

 

Jean Echenoz raconte la vie du coureur, simplement, sans fioritures, sans emphase, sans broderies inutiles autour des exploits hors normes de Zatopek.courir.jpg On se prend au jeu, on ne peut s'empêcher de courir derrière Emile.

 

Mais Jean Echenoz ne s’attarde pas sur l’exploit en lui-même, non. Ce qu’il nous montre, c’est Emile le coureur : courir, courir pour souffrir autant que pour se dépasser, nous avons l’impression d’être derrière Emile, de nous essouffler dans son ombre, de trotter derrière ce fantôme déhanché, démantibulé, saccadé. Tout bascule et nous découvrons l’homme à travers le regard de l’auteur : plus de fatigue, plus de crampes, nous aimons Zatopek, son calme olympien, son air de ne pas y toucher, mais d’y être quand même. Sa volonté d’aller toujours plus loin, oui, de progresser pour le plaisir, avec une petite pointe d’orgueil : autant gagner une course, puisqu’on s’y engage, non ? D’ailleurs il faut attendre longtemps avant que le nom de Zatopek soit prononcé, sur les 100 premières pages, seul Emile nous absorbe. Nous suivons l’homme, pas le mythe.

 

 

 

Jean Echenoz dresse le portrait d’un homme touchant, forcément passionnant. Le rythme est presque hypnotique. Un bien bel exercice. Une biographie qui n'en est pas une, un roman qui m'a entrainé dans la foulée d'un coureur et ne m'a pas essoufléé. Surprenant.

 

 

Courir, Jean Echenoz – Editions de Minuit, 142 pages

Commentaires

A priori, l'histoire d'un coureur à pied ne me passionne pas, mais j'ai entendu la critique au masque et la plume qui m'a donné très envie de le lire et tu confirmes.

Écrit par : Aifelle | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

A priori, l'histoire d'un coureur à pied ne me passionne pas, mais j'ai entendu la critique au masque et la plume qui m'a donné très envie de le lire et tu confirmes.

Écrit par : Aifelle | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

Zatopek, un nom qui a scandé mon enfance !:)En plus mon père est un coureur émérite alors je note !

Écrit par : cathulu | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

Quand deux virtuoses (Zatopek+ Echenoz) sont aux manettes, le résultat ne peut-être qu'une victoire haut la main.


< Cathu : "scandé mon enfance" ? Que veux-tu dire ?

Écrit par : LVE | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

Nos moms riment et comme il était connu à l'époque, je te laisse imaginer la suite ! :)

Écrit par : cathulu | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas Echenoz ... il faudrait que je m'y mette un jour tout de même ...

Écrit par : Leiloona | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

Comme Aifelle, j'ai entendu parler de ce livre dans le Masque et la Plume et cela m'a vraiment donné envie de le lire. Tu me le prêtes à l'occase ?! D'Echenoz, j'ai dû lire "Je m'en vais" mais je ne m'en souviens pas du tout. Il faudrait que je regarde si je l'ai encore.

Écrit par : Laëtitia | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

A sa sortie j'ai lu des choses excellentes sur ce bouquin que ton billet confirme... Une future lecture donc.

Écrit par : Emma | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

Pour une fois, je ne vais pas me précipiter sur le petit carnet maudit. Les histoires de course ne me tentent pas vraiment, malgré ton billet très enthousiaste! Surtout que je n'avais jamais entendu ce nom avant!

Écrit par : Karine :) | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai découvert Jean Echenoz avec "je m'en vais" mais j'ai abandonné au bout de quelques pages. Depuis, je n'ai pas eu envie de poursuivre la découverte de cet auteur mais là, le sujet m'intéresse alors je note.

Écrit par : saxaoul | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

@aifelle : j'avais les mêmes a priori que toi au départ :)
@ cathulu : je m'aperçois avec effroi que j'ai donc toujours mal orthographié ton nom ???
@ LVE : victoire sur toute la ligne, en effet :)
@ Leiloona : je pense qu'il mérite vraiment d'être lu :)
@ laetitia : yep, pas de problème. laisse moi l'envoyer à qq'un d'abord
@ emma : je pense que tu aimeras ;)
@ karine : on ne parle de course en fait (enfin si, mais c'est un prétexte à un beau roman)
@ saxaoul : je crois avoir feuilleté Je m'en vais à sa sortie, puis l'avoir reposé en me disant non. Mais là, après avoir lu Courir, j'ai envie de réessayer ; je le recevrais peut-être différemment maintenant (à l'époque, mes lectures avaient une toute autre dimension)

Écrit par : amanda | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

Je te conseille Ravel du même auteur qui raconte la fin de la vie du compositeur et qui est très bien. Je pense que je vais lire celui là aussi!

Écrit par : Mimienco | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

T'avais mis des baskets ou des talons hauts pour courir ;-D ?

Écrit par : Spencer | 28/10/2008

Répondre à ce commentaire

@ mimienco : oui, je n'en ai entendu que du bien :)
@ spencer : l'avantage, si l'on court avec un roman, c'est que l'on peut garder ses bottes ;)

Écrit par : amanda | 29/10/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour Amanda, j'ai lu ce livre en 2h15. Je vais publier dans les prochains jours, un billet sur ce roman/récit biographique superbe, vite lu, touchant. Un vrai bonheur de lecture. A recommander, à offrir, à prêter, etc... Bonne journée.

Écrit par : dasola | 06/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ dasola : heureuse que tu aies aimé ;)

Écrit par : amanda | 09/11/2008

Répondre à ce commentaire

Un grand merci à l'auteur qui m'a fait redécouvrir mon compatriote. Dommage que le roman s'arrête dans les années 70 et que nous ne pouvons pas assister aux hommages à Zatopek après 1989.

Écrit par : blanka | 10/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ blanka : un autre roman peut-être ?

Écrit par : amanda | 10/11/2008

Répondre à ce commentaire

Un roman au rythme d'une intensité "zen" à l'image de Zatopek!
On ne voit pas le temps passer ni la piste se dérouler!
Un bel hommage.

Écrit par : katell | 11/03/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis un jeune lycéen en première STI2D,
et c'est la première fois que je lis un livre qui me plais.
Je trouve le livre bien écrit, et on s'attache vite à Emile.
L'histoire n'est pas trop lourde, j'ai même envie de le relire.
L'auteur raconte vraiment bien l'histoire et le parcours d'Emile Zapotek.
C'est un très bon livre.

Écrit par : anonyme | 30/11/2011

Répondre à ce commentaire