Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« SEUL LE SILENCE – R.J. ELLORY | Page d'accueil | CARNAGE CONSTELLATION – MARCUS MALTE »

11/11/2008

MARYLIN ET JFK - FRANCOIS FORESTIER

Une grosse déception ! L’histoire de Marilyn et John, nous la connaissons tous.

 

La Belle et la Bête, la Star et le Président, la femme-enfant et l’homme à femmes, tout  déjà été écrit, ressassé, rabâché sur ce couple mythique.

 

François Forestier, après un prologue certes trépidant et nerveux nous ramenant à ce 22 novembre 1963 à Dallas, retrace, par à coups, la légende du coup (qui ne fut pas de foudre) et la liaison qu’entretinrent Marilyn et John pendant plusieurs années.forestier.jpg

 

J’accorde crédit à François Forestier de ne pas édulcorer les personnages :

 

Marilyn y est toxicomane, droguée aux amphétamines, somnifères, antidépresseurs et autre pilules miracles, alcoolique, affreusement sale (détail qui, s’il est vrai, m’a étonnée : l’icône ne se lavait pas, ou peu, et était affreusement négligée voire répugnante en privé), à forte tendance schizophrène et totalement délabrée à la fin de sa vie.

 

JFK y est comme nous le savons tous : faible, manipulé, égocentrique, plus-speedy-gonzales-au-lit-que-lui-tu-meurs, obsédé sexuel,, mais aussi totalement inapte et influençable.

 

Robert Kennedy y est manipulateur, extrémiste, ambitieux et incompétent.

 

François Forestier nous raconte le sordide, le vicieux, le pourri et les dessous tordus d’un milieu ravagé et rongé par la corruption et un mélange politique/cinéma/star peu ragoûtant. Dépravation, sexe, drogues, alcools, le mélange sexe-politique, la défiance, les écoutes, tout le monde épie tout le monde et tout le monde fait chanter tout le monde. Ce portrait consternant a le mérite d’écorcher le mythe et de ne pas bercer le lecteur dans un portrait trop mièvre et mielleux de ces deux icônes.

 

En revanche, le style m’a particulièrement rebutée. François Forestier ne se contente malheureusement pas de décrire avec la neutralité d’observateur l’époque et la relation. Il ne peut s’empêcher d’intercéder, interpréter et évoquer les pensées des personnages, leur donner une épaisseur trop romanesque, le récit est gâché par des effets de style malvenus à mon avis dans un document.

 

On n’apprendra pas grand-chose : Marilyn a été probablement assassinée, JFK victime de la CIA, ou le FBI, ou la Mafia. Marilyn se voyait Première Dame, JFK se fichait d’elle.

 

Rien de neuf, donc…

Marylin et JFK, François Forestier - Albin Michel,298 pages

Lu dans le cadre du Prix des Lectrices ELLE 2009, Catégorie Documents

L'avis d' Antigone

Commentaires

Je ne vois pas trop ce qu'apporte ce genre de livre aujourd'hui, je passe ..

Écrit par : Aifelle | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Sur ce sujet, il vaut mieux lire "marilyn dernières scéances" de schneider.

Écrit par : Anna Blume | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Pas très glamour tout ça... même si (sauf cette curieuse question d'hygiène), ça n'a pas l'air de nous apprendre grand chose. Quand même, il ne fait pas trop dans la nuance, l'auteur : il me semble bien, notamment, que la thèse de l'assassinat ne fait toujours pas l'unanimité par rapport à celle du suicide.

Écrit par : Brize | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ aifelle : celui-ci ne m'a rien apporté si ce n'est de l'énervement, en fait :)
@ anna blume : entendu parlé, mais pas lu ;)
@ brize : ah ça je n'en sais rien (et à vrai dire ça ne m'interesse pas plus que ça)

Écrit par : amanda | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

je passe également

Écrit par : Stéphanie | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Ce livre ne semble pas avoir grand intérêt… Sur Kennedy, je recommande American Tabloid d'Ellroy. Après l'avoir lu, on n’a plus besoin de lire un autre bouquin sur le sujet !
(et je ne suis pas une inconditionnelle d’Ellroy)

Écrit par : Emma | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je passe, car de toute façon, ces deux personnages ne m'intéressent pas plus que ça.

Écrit par : Caro[line] | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

J'avais déjà lu des billets qui étaient du même avis que toi (voire même plus durs encore avec l'auteur) et même si j'achète pratiquement tout ce qui sort sur Marilyn, j'avais passé mon chemin pour celui-ci !

Écrit par : Joelle | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ stéphanie : tu peux :)
@ emma : ah bah je note alors :)
@ caro[line] : tu fais bien ;)
@ joelle : celui ci est d'une inutilité frappante

Écrit par : amanda | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je vois que nous sommes du même avis !! ;o))

Écrit par : antigone | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je pense que je préfère garder ma version idéalisée et un très erronée!!! En plus, si c'est mal écrit, on va laisser faire!!!

Écrit par : Karine :) | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Ayant toujours adoré Marilyn mais aussi Kennedy, c'est tout à fait le genre de livre, au départ qui aurait pu me plaire mais j'avais lu une très mauvaise critique et me suis retenue à temps.
Gardons les bonnes images ;).

Écrit par : Shopgirl | 12/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas appris grand chose, certes, mais moi j'ai plus aimé la manière de raconter de F.Forestier que celle d'autres auteurs qui traitent et retraitent encore le mythe JFK Marylin!

Écrit par : So | 20/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ anitgone : oui!
@ karine : je crois qu'il vaut mieux
@ shopgirl : exactement
@ so : bienvenue ici d'une part. je pense que tout est question de gout et d'attente, les onomatopées de style "arf arf" pour résumer les propos de je ne sais plus quel agent des services secrets ou autre chose m'ont agacée, en fait :)

Écrit par : amanda | 20/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je tiens à dire mon admiration à François Forestier qui possède un style haletant où chaque ligne est percutante. La découverte des moeurs de ce milieu-"là" est tellement terrifiante et édifiante qu'elle est pour moi un enseignement. François Forestier a réussi à jouer à la "petite souris" et ce qu'il nous révèle dépasse en sordide tout ce qu'on aurait pu imaginer. Je ne peux m'empêcher de me demander ce qu'il en est aujourd'hui puisque sans aucun doute il y a une relation directe entre ce que sont et font "ces gens-là" et notre vie quotidienne.
J'ai non seulement découvert les dessous du monde des "grands" mais aussi un écrivain dont je voudrais lire tous les ouvrages que j'espère nombreux....

Écrit par : gerardgenevieve | 14/04/2009

Répondre à ce commentaire

@ gérardgenevieve : permettez moi de ne pas être d'accord avec vous, j'ai trouvé le style racoleur et romanesque, les théories peu étayées basées sur des rumeurs ou des faits certes avérés mais que tout le monde connait. Savoir que la robe que portait Marylin le jour où elle a chanté le fameux 'Happy birthday" a été cousue directement sur elle, s'est déchirée laissant voir, aux gens postés derrière elle, son postérieur (elle ne pouvait porter de sous-vêtements sous une robe aussi ajustée) n'apporte rien à la légende ou au récit. Si cette famille vous intéresse, je vous conseille la biographie de Peter Collier "les kennedy, une dynastie américaine" .

Écrit par : amanda | 14/04/2009

Répondre à ce commentaire

A Amanda : je vous remercie pour votre commentaire et vous permets de ne pas être d'accord avec moi !.... Mais personnellement, j'ai trouvé dans ce bouquin que je n'ai pas encore terminé, une évidence qui est que, d'après la description qui est faite des personnages, on comprend qu'ils portent en eux-mêmes leur tragique destin, qu'ils ne sont que des fantoches, donc inexistants et alors peu importe par qui le crime a été commis dans ces conditions, çà devient secondaire puisque en quelque sorte inéluctable !

Écrit par : gérard geneviève | 15/04/2009

Répondre à ce commentaire