Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« ZULU - CARYL FEREY | Page d'accueil | RITOURNELLE DE LA FAIM – JMG LE CLEZIO »

01/11/2008

MOON PALACE – PAUL AUSTER

Il y a des histoires qui peuvent paraître simples et unilatérales. Il y a aussi des tableaux qui semblent représenter une scène, un paysage, un portrait, n’importe quoi, en fait, et laissent le curieux imaginer le reste.moon palace.jpg

 

Chacun peut faire ce qu’il veut devant une histoire ou un tableau. Se contenter de recevoir la chose en elle-même, ou absorber une première bouchée, sentir le goût descendre lentement dans sa gorge, et découvrir petit à petit une multitude d’autres saveurs envahir son palais, se mêler, se révéler, ressortir, disparaître pour mieux revenir.

 

La lecture d’un livre relève souvent du même exercice. On peut choisir recevoir le texte en un seul jet, avec ses mots, ses phrases, ses couleurs et ses images. On peut aussi dépasser le texte lui-même et se découvrir entraîné dans un voyage souterrain, plonger dans des abîmes que l’auteur a soigneusement cachés, glisser sur un toboggan d’émotion et de réflexions, sans filet, en se laissant aller, tout simplement, en s’abandonnant aux mots de l’auteur. Dans ses cas là, inutile de se débattre, le voyage sera là et, de toute façon, il finira bien par cesser, alors autant ne pas lutter. Autant savourer, déguster, rêver parfois.

 

Moon palace raconte un jeune homme, MS Fogg, né de père inconnu. Etudiant, il vit chez son oncle Victor qui lui lègue tous ses livres. De murs entiers recouverts d’ouvrages, des heures de lectures et de voyages, une vie entière passée à amasser mots, phrases, histoires. Une vie de mots dans laquelle MS Fogg s’immerge. Mais il a besoin d’argent, et va peu à peu vendre les livres, quitter son appartement, errer dans les rues de New York. MS Fogg devient un fantôme errant, caché dans une grotte de Central Park. L’ombre de lui-même. Mais même les ombres finissent par se réveiller et des rencontres fortuites ou non mèneront MS Fogg sur un nouvel itinéraire.

 

Au delà des mots, donc, un parcours, des rencontres, des aventures. Fogg devenu l’ombre de lui-même, l’homme qui voulait s’effacer de sa propre vie, gratter peu à peu toutes les couches de sa personne jusqu’à devenir rien, va lentement refaire surface. Un ami, une amie, un vieil homme, des personnages parfois cyniques, parfois cruels, ou doux, ou lumineux, viendront croiser son chemin, l’accompagner, le séduire, le dégoûter, l’attirer, l’abîmer aussi, parfois. Et ces rencontres amènent Fogg à se découvrir, à redevenir quelqu’un, à trouver enfin l’homme qui se terrait en lui.

 

Paul Auster nous entraîne sur le chemin d’une quête, de quêtes d’identités. Ses personnages se perdent pour se trouver et se trouvent pour se perdre. Que sont les hommes sans identité propre, sans passé pour asseoir les bases d’une personnalité, pour renforcer l’essence même de leur moi ? Paul Auster répond par un récit troublant en forme de voyages initiatiques, où ces hommes se découvriront pères et fils et bâtiront par là même leur propre identité, se déferont de tout, se mettront à nu pour trouver tout au fond d’eux ce qu’ils sont réellement.

 

Certes, il y a dans le récit de Paul Auster des références à ses autres romans, des petites allusions qui viennent clignoter le temps d’un instant, des silhouettes fugaces qui effleurent ses personnages. Parfois, quand le lecteur connaît ses œuvres précédentes, il sourit, s’amuse de ces petites lueurs fugitives. Parfois, il peut s’agacer, se sentant exclu comme un enfant mis sur la touche et que personne ne vient aider. Il faut l’accepter, recevoir ces clins d’oeils comme une invitation à aller chercher ailleurs ces personnages, aller faire leur connaissance dans un autre roman de l’auteur.

 

Il faut accepter le désir de Paul Auster d’entraîner son lecteur sur une voie sinueuse ou obscure, et qui peu à peu s'éclairera. D’abîmes en réflexion, le parcours initiatique de son personnage devient une renaissance, une lente résurrection vers un moi jusqu’à présent larvé, en sommeil,  qui verra enfin le jour.

 

Moon Palace, Paul Auster - Babel 480 pages

 

 

 

Lu dans le cadre du Club de lecture :

 

Mon avis sur Brooklyn follies.

L’avis de Bluegrey sur Moon Palace

 

 

Les avis des autres lecteurs de ce mois : (absente ce week end, je mettrai les liens à mon retour en début de semaine)

 

 

06:32 Publié dans *Litterature Anglo-saxonne* | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook

Commentaires

C'est bizarre, je suis persuadée de l'avoir lu. Mais je ne m'en souvenais pas comme ça... Je crois qu'il va passer en relecture celui là !

Écrit par : praline | 01/11/2008

Répondre à ce commentaire

Hum, j'aime beaucoup les romans qui parlent de quête identitaire. Puis Auster ne me déçoit jamais ...

Écrit par : Leiloona | 01/11/2008

Répondre à ce commentaire

Même si "Brooklyn Follies" est bien différent des autres romans de l'auteur, comme celui que tu présentes, il n'en resta pas moins une lecture agréable. Mais ce que tu dis de Moon Palace me donne bien envie de me jeter sur cette étrange histoire ! ;-)
bon week-end Amanda !

Écrit par : Florinette | 01/11/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé Moon Palace, même si la fin m'a laissée perplexe (comme souvent avec Paul Auster) et la semaine dernière pendant mon séjour à NY je me suis perdue dans central Park et j'ai vraiment pensé très fort à Fogg !!!

Écrit par : Papillon | 01/11/2008

Répondre à ce commentaire

Il fait partie des romans de Paul Auster plus difficiles, avec Leviathan, la chambre dérobée, l'invention de la solitude... Un voyage dont on ne sort pas indemnes et tu en parles très bien !!

Écrit par : antigone | 01/11/2008

Répondre à ce commentaire

J'avais adoré ce livre, dont j'ai même un exemplaire dédicacé par l'auteur ! Le livre est tout fatigué, car il a beaucoup voyagé, mais je le garde précieusement. L'appartement de Fogg, meublé de livres, me faisait rêver. Un très bon souvenir de lecture et tu me donnes envie de le re-re-relire.

Écrit par : virginie | 01/11/2008

Répondre à ce commentaire

Mon préféré de Paul Auster, au point que je lui ai consacré jadis un travail universitaire. C'est comme ça que mon histoire d'amour avec Paul a commencé... :)))

Écrit par : fashion | 01/11/2008

Répondre à ce commentaire

Tu évoques à merveille ce roman magnifique et indispensable. Un livre qui a marqué mon adolescence, et relu récemment avec passion.

Écrit par : Gaël | 02/11/2008

Répondre à ce commentaire

Ca semble vraiment génial... j'aime toujours les romans de quête d'identité. C'est le prochain sur mon Auster-liste, de toute façon!!!

Écrit par : Karine :) | 02/11/2008

Répondre à ce commentaire

Pour moi aussi mon préféré de Paul Auster, vraiment le plus beau je trouve !

Écrit par : Manu | 02/11/2008

Répondre à ce commentaire

Il me tente bien celui-là ! J'ai lu plusieurs avis très positifs.

Écrit par : sylire | 02/11/2008

Répondre à ce commentaire

Comme Praline, je suis certaine d'avoir lu "Moon palace" mais mes fragments de souvenirs restent vagues : il faudrait que je le relise, je pense !

Écrit par : kathel | 02/11/2008

Répondre à ce commentaire

dans ma PAL, mais en ce moment, vu le sujet, tu n'as pas réussi à me convaincre

Écrit par : Stéphanie | 03/11/2008

Répondre à ce commentaire

il est dans ma PAL parmi ceux que je susi impatiente de lire... trop de livres, pas assez d'heures dans la journée!

Écrit par : La nymphette | 03/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je l'ai déjà dûment noté :) Mais je viens de faire une note dessus : à lire en période calme car il m'a l'air assez compliqué !

Écrit par : Joelle | 03/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ praline : ça m'arrive parfois, d'oublier que j'ai lu un roman (mais je pense que je n'oublirais pas celui-ci)
@ leiloona : tu devrais aimer je pense
@ papillon : chanceuse :)
@ antigone : difficile, certes, au premier abord, complexe, mais riche
@ virginie : l'appartement aussi me fait rêver :)
@ fashion : c'est en me souvenant de ce que tu m'en avais dit que j'ai choisi celui-ci, donc merci :)

Écrit par : amanda | 04/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ gaël : thanks !
@ karine : j'espère que tu aimeras
@ Manu : je ne les ai pas encore tous lus (mais, pour le moment, celui et La nuit de l'oracle ont mes préférences)
@ Sylire : je suis sure que toi tu aimeras
@ kathel : il faut reessayer
@ stephanie : si tu n'es pas inspirée, tu t'y ennuyeras ferme, ce n'est pas une lecture facile donc attends
@ la nymphette : je réclame des journées de 36h dont 12 obligatoirement consacrées à la lecture, tu penses que ça ferait un bon programme ?!
@ Joëlle : à lire à tête reposée, sans doute, et oui, complexe, mais riche :)

Écrit par : amanda | 04/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je crois que c'est aussi mon préféré de Paul Auster, il faut dire que c'est un des premiers que j'ai lus ! (et je ne me suis presque pas arrêtée ensuite...)

Écrit par : cathe | 04/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ cathe : je crois que si j'avais lu celui-ci en premier, j'aurais peut-être eu plus de mal à appréhender son univers, en fait ;)

Écrit par : amanda | 04/11/2008

Répondre à ce commentaire

je l'ai dans ma pal mais j'ai beaucoup de mal à me convaincre de le lire, je en ais pas pourquoi ? il est vrai que ma preière expérience avec l'auteur n'a pas été très concluante...

Écrit par : yueyin | 04/11/2008

Répondre à ce commentaire

Tu as mis de bien jolis mots dans ce texte, pour décrire cette lecture !
Je pense me laisser tenter parce qu'il est bon de se laisser porter par les mots ...

Écrit par : Shopgirl | 05/11/2008

Répondre à ce commentaire

@yueyin : après 3/4 livres d'Auster, je me dis qu'il faut avoir du temps et de la disponibilité pour le lire, tu sais;)
@ shopgirl : j'espère que tu aimeras. As tu déjà lu Auster ? Si non, je te suggère de commencer par Brooklyn folies ou La nuit de l'Oracle (il y en a peut-être d'autres mais je ne les ai pas tous lus)

Écrit par : amanda | 05/11/2008

Répondre à ce commentaire