Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LA SEQUESTREE – CHARLOTTE PERKINS GILMAN | Page d'accueil | LA PETITE CLOCHE AU SON GRÊLE – PAUL VACCA »

14/11/2008

PASSAGE DU GUE – JEAN-PHILIPPE BLONDEL

Janvier 2006. Fred s’ennuie dans un magasin d’usine, affublé de ses deux ados rebelles et revêches. Fred s’ennuie et son regard heurte soudain Myriam, Myriam et Thomas.

 

Myriam et Thomas qu’il a connus, avant. Myriam qu’il aimait en silence et Thomas qui occupait la place. Myriam qui était pleine de Thomas, Myriam devenue mère, puis mère endeuillée dans les heures qui suivirent. Myriam et Thomas que Fred a tenus hors de l’eau, fidèle compagnon qui les a forcés à se relever.blondel.jpg Forcés à survivre.

 

Un drôle de ménage à trois où deux personnes s’engluent dans la souffrance et le troisième oublie sa vie pour sauver celle des autres. S'oublie dans la vie des autres. Un regard sur la vie qui nous mène là où on ne se voyait pas. Un roman sur le deuil qui fait hurler en silence. Le roman d’une reconstruction.

 

Comment parler d’un roman qui vous arrache un à un des lambeaux de peau, qui peu à peu retire lentement tout ce qui protège votre cœur et le met à nu, le dévêt, le glace, le serre, le broie, le comprime, l’enferme dans un étau de douleur ?

 

J’en suis incapable. Et du coup, je suis même incapable de dire si j’ai aimé ou pas. Aimé et haï. Parce que cette douleur, on s’en protège, on s’en tient farouchement éloigné, on s’en méfie par superstition. Ne pas regarder, ne pas voir, et donc ne pas prendre de risque. Se protéger lâchement et se dire que c’est pour les autres. Et sentir quand même quelques larmes couler, tacher le livre. Le refermer. L’ouvrir. Lire quelques lignes et les voir se brouiller.

 

Difficile à juger. Très beau et très troublant.

 

Passage du gué, Jean-Philippe Blondel – Pocket, 307 pages

 

 

Les avis de Laure, Clochette, Saxaoul, Anne, Yohan, les « Bliblioblogueurs » ("Passage du gué" etait lauréat du prix du roman Biblioblog en 2007), Florinette, Thom, Aifelle (j’espère ne pas en oublier)

06:25 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook

Commentaires

Tu as vu que je viens de le terminer aussi, je suis entièrement d'accord avec ce que tu écris. Je rajoute un lien vers toi.

Écrit par : Aifelle | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne fais que survoler ton billet, car j'ai bien l'intention de le lire, celui-là.

Écrit par : maijo | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

Wow, ton billet donne des frissons ... il a l'air très difficile ce livre ! Et surtout très juste ! Je le note avec un peu d'inquiétude ... arriverais-je à le lire jusqu'au bout ?

Écrit par : Joelle | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai très envie de le lire et d'ailleurs c'est prévu ;-))mais tu confirmes en beauté !

Écrit par : yueyin | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

Ah ce roman... Difficile effectivement d'en parler tant il remue à l'intérieur. Et pourtant tu y parviens très bien. Je trouve que ta métaphore sur l'arrachement des lambeaux de peaux est très juste et c'est à peu près ce que j'ai ressenti en le lisant. :)

Écrit par : Laurence | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

Moi aussi, j'ai bien l'intention de le lire. Ton billet est d'ailleurs très très beau aussi!

Écrit par : Karine :) | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ aifelle : ou j'ai vu que tu as aimé ;)
@ maijo : tu devrais aimer
@ joelle : arriver au bout ? Oui, je pense (en ce moment, j'ai du mal à à lire des livres "durs", et celui-ci, pff, oui, très dur, mais très beau :)
@ yueyin: tu me diras;)
@ laurence: j'ai vu que ce livre t'as fait le même effet, oui, certains passages m'ont etouffée
@ karine : lis le oui ;)

Écrit par : amanda | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé ce roman (comme tous ceux de JPB) d'ailleurs car les personnages sont terriblement humains, remplis de douleurs et de fêlures.

Écrit par : saxaoul | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

Un joli livre qui m’a marquée et qui depuis a fait le tour de ma famille avec toujours la même émotion ressentie chez chacun ! :-)

Écrit par : Florinette | 14/11/2008

Répondre à ce commentaire

Oui un livre très émouvant en effet que j'ai aussi beaucoup aimé :-)

Écrit par : cathe | 15/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas grand chose à ajouter sur le roman, mais je tiens à saluer ce très joli billet, dans lequel tu parviens à transcire ton émotion, et celle que beaucoup de lecteurs ont pu ressentir. J'ai d'autres romans de JPB qui m'attendent, mais je n'ai aps encore franchi le pas pour les autres.

Écrit par : Yohan | 15/11/2008

Répondre à ce commentaire

Il faut vraiment que je le lise celui-là !

Écrit par : sylire | 15/11/2008

Répondre à ce commentaire

Trop d'émotions pour moi... lire un livre avec la gorge serrée me dérange un peu! :(

Écrit par : Jules | 16/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ saxaoul : j'aime aussi le fait que, malgrè les fêlures et les blessures, ce n'est jamais dégoulinant de pathos et plutôt juste
@ florinette : toi aussi tu fais partager à ta famille (parfois, la mienne me dit STOP, pas le temps ;)
@ cathe : avais tu fait un billet (je ne me souviens pas d'en avoir vu, mais je peux me tromper ;)
@ yohan : juke box devrait te plaire... et tous les autres
@ sylire : oui il faut ;)
@ jules : il y a de très belles choses aussi ds ce roman tu sais ;)

Écrit par : amanda | 16/11/2008

Répondre à ce commentaire

Bivouac littéraire sur
http://poetaille.over-blog.fr

Venez comme vous êtes !

Écrit par : Gérard | 17/11/2008

Répondre à ce commentaire