Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« TOUT PEUT ARRIVER – JONATHAN TROPPER | Page d'accueil | LA BALLADE DE BABY – HEATHER O’NEILL »

22/11/2008

Qui veut gagner... des livres ?

Lire c’est bien, partager, c’est encore mieux.

 

Partager mes coups de cœurs, voilà ce qui me motive dans la tenue de ce blog.

 

Aussi, quand les éditions Pocket nous ont proposé (à Caro[line], Fashion, Stéphanie et moi-même) de faire gagner à nos lecteurs un jeu complet des romans de Jean-Philippe Blondel parus chez Pocket, toutes les quatre avons sauté sur l’occasion et avons immédiatement accepté (en réalité j’ai attendu d’en lire quelques uns avant d’accepter, et, très vite, j’ai totalement adhéré au projet ;)

 

 

Donc, nous offrons la collection complète des romans de Blondel parus chez Pocket (soit 5 titres : Accès direct à la plage, 1979, Juke-Box, Un minuscule inventaire et Passage du gué), grâce à l'aimable concours de pocket.fr (merci à eux!).

 

 

La règle du jeu est simple.

 

 

Je vous poserai une question à la fin de ce billet. La réponse à cette question se trouve quelque part sur le blog de [Caro[line]. Chez elle, vous trouverez une question dont la réponse se trouve sur le blog de Fashion. Chez Fashion, vous trouverez une question dont la réponse se trouve sur le blog de Stéphanie. Enfin, chez Stéphanie, vous trouverez une question dont la réponse se trouve dans un de mes billets sur Blondel.

 

 

Vous ne pouvez participer que sur un seul blog. Donc vous allez chercher les questions sur nos quatre blogs, mais vous envoyez vos réponses à une seule (choisissez de jouer chez qui vous voulez ). Ce qui permettra à chacune de nous de faire gagner une personne.

 

 

Ce jeu est ouvert à TOUS : bloggueurs, non-bloggueurs, commentateurs réguliers ou non, lecteurs anonymes, admirateurs anonymes, fans absolus (à l’exclusion de mon cher et tendre, inutile de répondre sous un pseudo caché mon chéri je te reconnaîtrai de toute façon.  Et je veux bien te prêter mes livres si tu le demandes gentiment. Maman aussi, d’ailleurs.)

 

Vous pouvez jouer à partir de maintenant et jusqu'au mardi 25 novembre à midi, en envoyant, pour ceux qui veulent participer chez moi, votre réponse par mail (et par mail uniquement) à :

 

amandameyre@aol.com

 

En mettant bien dans l’objet de votre mail « Jeu Blondel ».

 

Si plusieurs d’entre vous envoient les bonnes réponses, chacune de nous procèdera à un tirage au sort afin de désigner les gagnants qui auront joué sur son blog. (chez moi, le tirage au sort sera fait par la plus délicieuse des petites filles - innocence 100% garantie).

Ceci laisse à tous le temps de jouer, de chercher, de s’amuser.  Pas d’ordre d’arrivée, seules les bonnes réponses comptent. Les noms des gagnants par blogs seront révélés le mercredi 26 novembre aux alentours de 5 :14… (c'est Caro qui a choisi l"heure, je décline toute responsabilité...).

 

 

Quatre bloggueuses, quatre gagnants. Cinq livres par blog. Vingt livres à gagner.

 

 

 

Et maintenant, roulement de tambour, la question que vous attendez tous :

 

 

"Quel type de fauteuil à Jean-Philippe Blondel dans son salon ?"

 

Vous trouverez la réponse chez Caro[line] : soit dans son ancien blog : (ici) ou sur son nouveau blog, ici.

 

A vous de jouer !

 

Commentaires

très sympa ce jeu ! Je ne participerais pas par contre mais j'aime beaucoup l'initiave. Bravo les filles :-)

Écrit par : Emeraude | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je me disais justement ce matin que cela faisait longtemps qu'il n'y avait pas eu de jeu ! ;-)

Écrit par : kathel | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

Faciles, les réponses ?
Pas quand on ne les connaît pas, je t'assure. Mais ça va être très amusant de chercher (surtout que vous avez bien calculé : à relire les billets consacrés à Blondel, même si on ne gagne pas au final, on aura envie d'aller acheter ses livres !) ;-)

Écrit par : erzébeth | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

Alors là bravo, vous faites très fort. La JPBmania est à son comble !
En tout cas, grâce à ce billet, on sait que t'es vachement bonne en maths ;o)

Écrit par : In Cold Blog | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

Tiens, c'est drôle, je repasse pour vraiment réfléchir à la question (t'as raison, en fait, c'est vraiment facile !) et je remarque cette petite confusion de ta part : "La question à cette réponse se trouve quelque part"
et du coup, ça me fait rire. J'aurais bien aimé que l'une de vous quatre écrive : "Bleu" sur son blog, et nous demande quelle était la question correspondant à cette réponse.
...
Ok, ça n'amuse que moi. Je sais. :)

Écrit par : erzébeth | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ emeraude : thanks :)
@ kathel : n'est ce pas ?
@ erzebeth : ah oui : tu as raison !!!
@ ICB : :)) en fait j'ai toujours cordialement détesté les maths...

Écrit par : amanda | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas du tout cet auteur mais de voir son nom si régulièrement sur les blogs depuis quelques temps me donne envie de le découvrir... Je pense que je vais donc me laisser tenter par votre jeu ! ;)

Écrit par : Alwenn | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

@alwenn : bienvenue ici :) il faut te laisser tenter ;) l'auteur le mérite !

Écrit par : amanda | 23/11/2008

Répondre à ce commentaire

Mais où se cache ce supermarché, bon sang de bonsoir....

Écrit par : elou | 24/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ elou : ça me parait très facile pourtant :) dans un de mes billets sur Blondel...;)

Écrit par : amanda | 24/11/2008

Répondre à ce commentaire

DROIT DE RÉPONSE D’UN ÉCRIVAIN À LA BLOGOSPHÈRE

Amanda, ma dinde adorée,

Une copine vient de me faire parvenir votre critique de mon roman, Un Milliard Et Des Poussières, parue sur votre blog (http://amandameyre.hautetfort.com/archive/2008/11/05/un-milliard-et-des-pousieres-%E2%80%93-bertrand-latour.html).

Bon, votre blog qu’à l'instant, j’ai parcouru en long, en large et en travers, je ne suis pas fan. Ca y caquète, ça y caquète, mais, hormis quelques plumes tombées du croupion, que reste-t-il de toute cette voletante hystérie que vous y déployez quasi quotidiennement ? Pas grand-chose. Vanitas vanitatum…

En revanche, votre critique de mon roman, il n’y a rien à enlever. J’ai adoré. Tout simplement parce qu’elle prouve qu’Un Milliard Et Des Poussières vous a mis la tête à l’envers. Quelle plus belle victoire souhaiter à un artiste ?

Au début, votre papier est plutôt positif, pour ne pas dire carrément alléchant. Vous résumez mon livre avec un tel entrain et un tel talent que, pour mon prochain roman, je projette déjà de faire appel à vos services afin que vous en rédigiez la quatrième de couverture (je suis sérieux, en plus).

Puis, soudain, vers le milieu, c'est-à-dire le quatrième paragraphe, vous vous laissez emporter par quelque inexplicable colère venue d'on ne sait où. En témoigne ce « détestable » en gras. « Le tout est finalement d'une vacuité sans fond. Un peu ça va, beaucoup, ça révulse » poursuivez-vous au sujet de mon livre. Là, faudra que vous nous expliquiez comment une stakhanoviste de la lecture comme vous, qui n’a pas une seconde à perdre avec des bouses que de surcroît son œil expert repère immédiatement, n’a-t-elle pas lâché un tel livre « détestable » d’une telle « vacuité » ?... De trois choses l'une : ou bien vous mentez (ce que je ne crois pas) et ne m'avez pas lu ; ou bien vous êtes une cinglée de masochiste (ce que je ne crois pas non plus) qui prend plaisir à s'envoyer des romans comme le mien que vous qualifiez de « vulgaire », « cynique », « vomitif », « répétitif, soûlant, gonflant » ; ou bien vous ne voulez pas grandir (ce que je crois) comme il y a des enfants qui refusent de quitter le monde de Martine, celui d'Harry Potter. Amanda, vous êtes une grande fille maintenant, il faut accepter le fait que le père Noël n'existe pas et qu'une librairie n'est pas Disneyland. Oui, Amanda, le père Noël est mort et, nous aussi, on va tous mourir et, par-dessus le marché, dans l'attente, on doit vivre dans une vaste ploutocratie où, je le déplore autant que vous, beaucoup trop de choses s'achètent et se vendent. C'est ainsi, ma chère enfant, ainsi depuis la Grèce, l'Égypte, la Bible et même depuis les cavernes et, si vous avez une réclamation à adresser, c'est pas à moi. Vous confondriez le message et le messager.

Pourtant, c’est exactement la grossière confusion que vous faites. Ce qui d’ailleurs vous conduit à vous contredire tout du long jusqu’à cette surprenante implosion finale lorsque vous concluez que mon livre n’a « aucun intérêt ». Impossible. Un livre qui n’a « aucun intérêt » est toujours sans effet sur son lecteur. Or, mon livre a eu énormément d’effet sur vous au point que de me lire vous soit devenu insupportable. Mais, ce qui est incroyable, c’est que vous avez quand même continué de me lire. Ah, ah, tiens, tiens... Parce qu’une fois qu’Un Milliard Et Des Poussières vous a prise aux tripes, on le lâche pas comme ça, ma belle. Parce qu’Un Milliard Et Des Poussières est de ces livres qui vous ouvrent grand les portes du monde réel dont une des facettes est le microcosme doré et peu reluisant, feutré et ultraviolent que constituent ces palaces où descendent les stars et les milliardaires. Est-ce parce que je connais moi-même si bien ce microcosme-là (pour financer mes écrits, j’ai été un an chauffeur d’un palace sis devant une grande place à Paris) que mon livre, criant de vérité, vous a sauté à la gueule ? Sans doute. Il doit aussi y avoir un peu beaucoup de talent narratif et stylistique là-dessous, vous pensez pas ? Fatalement.

Essayant de comprendre pourquoi tant de haine, j’ai passé en revue les auteurs que vous encensez sur votre blog (ne parlons pas de gens comme Jane Austen ou Jean Echenoz, comment ne pas les encenser ?) et, bingo, j’ai compris, compris où vous en étiez en littérature. En gros, Oui-Oui Fait Du Ski. Mon analyse à moi est que vous êtes tellement sclérosée, si dramatiquement coinçouille qu’inconsciemment, vous avez d’emblée préféré considérer comme de la « vacuité sans fond » ce qui – horreur, malheur ! – vous a profondément déstabilisée. Résumons : c’est tout bête, Amanda, vous avez lu Bertrand Latour et ça vous a défrisée de la tête aux pieds. Encore une fois : quelle plus belle victoire souhaiter à un artiste ?

Cela dit, il est d’autant plus dommage que, littérairement parlant, nous soyons aux antipodes, que je trouve que vous êtes une chic fille. En effet, vous avez eu l'honnêteté de ne pas supprimer les commentaires de votre critique qui m'étaient favorables, des trucs comme « j'avais pourtant aimé le recueil de nouvelles de [Bertrand Latour], Comme Un Beau Grand Slow Collé, qui parlait de Montréal avec une plume vraiment intéressante ». Un point pour vous. Un bon point également pour le blog Culture Café auquel vous renvoyez, qui a pareillement descendu en flammes mon roman mais qui a pareillement eu l'honnêteté de ne pas supprimer les commentaires qui m’étaient favorables (http://www.culture-cafe.net/archive/2008/08/24/un-milliard-et-des-poussieres-surtout-des-poussieres.html#more). C'est que, ne vous déplaise, je viens de publier mon troisième livre et je commence à avoir des fans, qui m'écrivent, me soutiennent, me défendent, des passionnés de littérature qui aiment ma prose et vomissent les tartines de bons sentiments ou les soporifiques thrillerades que vous portez aux nues. Maintenant, si des fans d'un auteur signalant la sortie de son nouvel ouvrage dans deux ou trois blogs suffit à vous faire grimper aux rideaux, moi, je dis que votre existence doit être bien excitante. Avez-vous pensé à en tirer un roman ?

Pour revenir à ce Jean Echenoz que vous admirez tant, cet Echenoz si intègre, si reclus, vous le voyez, vous, se bouger pour qu’un écrivain aussi « détestable » que moi soit publié suite à une nouvelle que, depuis le Canada, je lui avais envoyée par la poste chez son éditeur à Paris, telle une bouteille à la mer ?... Rubinstein, patron de Denoel, mon premier éditeur, a fini par m’avouer qu’en vingt ans, Echenoz lui avait recommandé deux écrivains : un premier que Rubinstein n’a pas publié, un second que Rubinstein a publié. Le second, c’est moi. Moi, le « détestable ».

Pour celles de vos lectrices qui, malgré tout ce beaucoup de bruit pour rien, voudront donner sa chance à mon bouquin en passant outre à votre avis, souffrez que je leur communique l'adresse de mon site : www.bertrandlatour.com. Elles y verront notamment qu’il se trouve des journalistes de presse, de télé, de radio pour parler d’Un Milliard Et Des Poussières en ces termes : « fascinant », « roman virtuose », « se lit à toute allure », « dans la droite ligne d'écrivains américains comme Bukowski ou John Fante », « un régal », « aventure homérique », « une formidable matière romanesque », « Pour arriver à ça, il faut du style. Latour en a. ». Latour, moi, le « détestable ».

En tout cas, Amanda, ma dinde adorée, moi, je ne vous déteste pas. La preuve ? Thanksgiving est dans quelques jours et, je vous le promets, je mangerai du poisson.

Allez, va, je vous baise le front tendrement,

Bertrand

Écrit par : Bertrand Latour | 24/11/2008

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton indice... j'étais passé trop vite, bon en même temps, j'ai relu des tonnes de billets du coup...

Écrit par : elou | 24/11/2008

Répondre à ce commentaire

Bouhouhou... ben finalement je ne peux pas participer parce que j'ai tout trouvé SAUF l'indice sur le blog de fashion... Et pourtant, j'ai dû écumer tout son blog !

Écrit par : Alwenn | 25/11/2008

Répondre à ce commentaire

@ elou : mon indice était déjà dans mon billet ;)
@ alween : dommage ;)

Écrit par : amanda | 25/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je vais scruter les résultats pour savoir quelle était la réponse ! ça m'a fait tourner en bourrique de ne pas trouver l'indice ! ^^

Écrit par : Alwenn | 25/11/2008

Répondre à ce commentaire