Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Prix de saison | Page d'accueil | AUSTRALIA - Baz Luhrmann »

29/12/2008

MELANINE – DANIEL CARTON

Dans un futur pas si lointain (on apprendra avec regret la mort de Paul Mc Cartney à l’âge de 90 ans), la population mondiale est melanine.jpgvictime d’une étonnante épidémie : les chercheurs évoquent une nouvelle grippe espagnole, une peste noire, les morts se comptent pas millions. Par millions, sauf au sein de la population noire où l’on ne déplore aucun décès. Julius Gueye, chercheur émérite de l’Institut Pasteur, originaire du Sénégal, tente de trouver un remède pour enrayer la pandémie.

 

Plongée de ce « thriller » en espérant égrener quelques heures rapidement, je me suis rapidement ennuyée. Le style narratif est purement descriptif et sans relief, il m’a manqué un rythme plus effréné, un je ne sais quoi de trépident.

 

Le roman commence alors que la mystérieuse pandémie se répand déjà : j’aurais préféré la découverte d’un premier cas clinique, assister aux premières inquiétudes des chercheurs, une description plus apocalyptique de ses symptômes et conséquences (on apprendra uniquement que la maladie se déclare par une intense fatigue et conduit à la mort du patient). Le mesures prises pour bâillonner la presse et éviter la propagation de fausses rumeurs m’ont paru incohérentes : on supprime les blogs mais le lecteur constatera quelques pages plus tard que les forums sont toujours actifs. D’autres invraisemblances (on supprime les transports en commun, puis on incite les populations à prendre le train pour aller au bord de la mer, l’action se passe dans un futur proche mais les chinois ont déjà marché sur Mars et bientôt sur Mercure) m’ont interpellée.

 

Quant au dénouement, je l’ai trouvé, comment dire…. risible. Mais bon, très dans le ton « agathe clery » du moment…

 

Déception pour moi donc, mais je laisse les volontaires se faire leur propre opinion.

 

Cuné, elle, s’est laissée prendre au jeu. Vous aimerez peut-être ?

 

 

Mélanine, Daniel Carton – Fayard 331 pages

 

 

Commentaires

Oui, moi j'ai plutôt marché dans le truc sans me poser de questions :-D

Écrit par : Cuné | 29/12/2008

Répondre à ce commentaire

En effet les deux avis sont différents ; comme quoi il faut se faire son idée personnelle ! Mais l'idée de départ est intéressante. Mais n'ai je point lu un livre où c'étaient les hommes qui mourraient et les femmes qui restaient indemnes ? Titre oublié...

Écrit par : keisha | 29/12/2008

Répondre à ce commentaire

L'idée de départ était pourtant intéressante. Dommage.

Écrit par : Leiloona | 29/12/2008

Répondre à ce commentaire

En science-fiction, ce sont souvent les détails qui font foi de tout. Il ne suffit pas d'avoir une filon intéressant.

Écrit par : Louis | 29/12/2008

Répondre à ce commentaire

@cuné : tout est sans doute question de moment.. :)
@ keisha : les hommes meurent ? hé hé, il faudrait savoir pourquoi ..
@ leiloona : comme je le disais à Cuné, il peut plaire. je n'ai pas marché du tout. Et, quand je ne marche pas, je m'énerve rapidement et trouve mille défauts
@ louis : tu as entièrement raison. Je ne lis pas de SF, et celui ci n'en est pas, à mon sens ;)

Écrit par : amanda | 29/12/2008

Répondre à ce commentaire

Pandémie, morts par milliers... pas pour moi!!!! Et en plus si tu t'es ennuyée... on va laisser faire!!

Écrit par : Karine :) | 30/12/2008

Répondre à ce commentaire

S'il y a plein d'incoherences, je passe mon chemin. La biologiste que je suis risque de parler toute seule sinon...

Écrit par : Frisette | 31/12/2008

Répondre à ce commentaire