Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C’ETAIT NOTRE TERRE – MATHIEU BELEZI | Page d'accueil | VOLEURS A LA DOUZAINE – DONALD WESTLAKE »

13/01/2009

A CONTRETEMPS – JEAN-PHILIPPE BLONDEL

Hugo est étudiant en lettres. Lorsqu’il s’installe à Paris, il loue une chambre chez Jean, personnage fantomatique qu’il croise blondel.jpgparfois, qu’il frôle entre une arrivée et un départ. Mais un jour, Jean trouve le roman que Hugo est en train de lire, ce roman que lui-même a écrit, il y a longtemps. Hugo le lecteur écoute Jean l’auteur, fasciné par  son récit. Jean, l’auteur oublié qui s’escrime à écrire, encore et encore.

 

Vivre à contretemps, se contenter paresseusement de laisser le temps filer sans prendre de risques, ou se cacher derrière des illusions, des rêves, des espoirs dont on refuse de voir qu’ils sont vains, voilà l’histoire que nous offre Jean-Philippe Blondel, dont on retrouve la plume délicate et la facilité avec laquelle il nous entraîne dans le sillage de ses personnages, l’envie que l’on a de les accompagner et les écouter.

 

Il y a l’amour de la littérature, l’amour d’un lecteur qui plonge dans un roman comme on plonge dans une autre vie, la vie d’autres qui n’existent pas, qui font oublier le quotidien, gomment l’imperfection d’une existence comme mise en attente. Il y a l’amertume de l’auteur oublié, qui s’acharne à écrire, qui s’accroche à ses histoires fissurées, bancales, et dont le temps s’est figé sur un vague succès d’estime. Barricadé dans sa fierté, il dénonce les périodes de promotions vécues comme une imposture, fustige le cirque commercial destiné à faire vendre ses mots. Il prétexte un retrait volontaire qui masque la fuite devant une réalité trop amère : absence de talent, écrits refusés.

 

Certains passages m’ont semblé moins touchants, notamment le récit de l’auteur soit disant « volontairement retiré » de ce monde vain qu’est l’édition, mais il y a des résonances personnelles dans ce roman (qu’elles touchent à la vie d’un(e) lecteur(trice) ou qu’elles évoquent les fausses routes que l’on peut prendre quand on entre dans la vie d’adulte, quand on se demande qu’y faire, dans cette vie, j’ai bien aimé ce roman. Sans doute pas le meilleur Blondel, mais un joli Blondel.

 

 

A contretemps, Jean-Philippe Blondel - Robert Laffont 240 pages

 

L’avis de Clarabel

06:52 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

Commentaires

Je ne connais pas cet auteur (même s'il a l'air d'être un chouchou pour certaines. ;) ) : lequel me conseillerais-tu pour commencer ?
(J'aime beaucoup le thème développé dans son dernier roman.)

Écrit par : Leiloona | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai relevé plusieurs passages qui sont vraiment sublimes, qui me "parlent" intimement, mais survolé pas mal d'autres qui me sont restés très éloignés... Je n'ai pas aimé au final le roman, mais demeure très sensible à l'écriture de JPB.

Écrit par : Cuné | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

(Pourquoi vivement jeudi ?? :-D)

Écrit par : Cuné | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Un auteur inconnu pour moi, je vais le feuilleter dans ma librairie

Écrit par : Dominique | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

(Excellent anniversaire à la plus jolie des V., et don't worry, ça arrive ici aussi, ce genre de "je ne suis juste pas réveillée laisse-moi cinq minutes ;o))

Écrit par : Cuné | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup JPB et je crois que je ne vais pas pouvoir résister longtemps. En plus, il e a sorti un autre en jeunesse. Mon porte-monnaie et ma PAL ne vont pas être contents...

Écrit par : saxaoul | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Parce que jeudi sort un ouveau Blondel chez Actes Sud jeunesse ? :-)

Écrit par : Laure | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

A vous croire, toi, Clarabel et Cuné, c'est un Blondel où il faut picorer ici et là pour trouver son bonheur...
J'irai voir ça par moi-même un de ces jours ;)

Écrit par : In Cold Blog | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ leiloona : difficile de choisir :) Passage du gué ou un minuscule inventaire (quoique j'ai une tendresse particulière pour Juke box) :)
@ cuné : on retrouve sa plume et elle reste très belle, mais oui, moins d'émotion pr moi aussi. Sinon, vivement jeudi tu sais pourquoi. Quant à Fifille, elle sait depuis longtemps que le mamifère maternel non caféiné n'est pas fréquentable :)
@ dominique : un auteur à lire, je confirme ;)
@ saxaoul : je pense aussi lire ce roman jeunesse
@ laure : il parait oui, alors que je pensais que c'est celui que tu as chroniqué récemment
@ ICB : toujours se faire sa propre opinion :)

Écrit par : amanda | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Ach mais c'est bien sûr !! :-D (Remarque je l'ai su après avoir posté mon com).

Écrit par : Cuné | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Merci de faire découvrir cet auteur à un large public...

Écrit par : unevilleunpoeme | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas cet auteur moi non plus. ce livre a l'air très "posé" et agréable à lire.

Écrit par : Ankya | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup cet auteur et je ne connais pas celui là...

Écrit par : Gambadou | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'ai jamais lu Blondel mais je vais le découvrir bientôt (grâce à Caroline] et j'ai bien hâte de découvrir enfin cette plume qui touche tant de personnes!

Bon anniversaire à ton coeur! :)

Écrit par : Karine :) | 14/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ cuné : ;)
@ unevilleunpoeme :je vs en prie (mais il est déjà bien connu ici)
@ ankya : il faut que tu le découvres alors
@ gambadou : il vient de sortir
@ karine : merci:)

Écrit par : amanda | 14/01/2009

Répondre à ce commentaire

N'étant pas dans une humeur contemporaine, je vais attendre un petit peu pour le lire. Mais je le lirai, c'est sûr, c'est Blondel tout de même !

Écrit par : Caro[line] | 19/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ caro : je te le passerais si tu veux

Écrit par : amanda | 20/01/2009

Répondre à ce commentaire