Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« VOLEURS A LA DOUZAINE – DONALD WESTLAKE | Page d'accueil | MEURTRES EN BLEU MARINE – C.J. BOX »

16/01/2009

DES VENTS CONTRAIRES – OLIVIER ADAM

 

Des vents contraires, c’est l’histoire de Paul Anderen qui tente de survivre depuis que sa femme est partie sans un mot. adam.jpgPourquoi ? Comment ? Où ? Paul n’en sait rien et depuis son départ il flotte, ballotté sur les vagues d’une existence qui part à vau l’eau : enfants, boulot. Alors il quitte la région parisienne et s’installe à Saint Malo, où son frère qui gère l’auto-école familiale lui propose un emploi de moniteur.

 

Des vents contraires est un roman lumineux. Parce qu’à travers la tristesse insondable qui plombe les pages perce une lueur vacillante mais bien présente : l’amour désespéré de Paul pour ses enfants. Le ton oscille entre souffrance et joies. La souffrance devant l’absence, l’incompréhension, la douleur, et quelques moments de joie, de partage, des corps qui se serrent et s’étreignent pour s’insuffler un peu de chaleur ou d’amour.

 

On y croisera des personnages recalés par la vie : la férocité de la vie les unit, ils se reconnaissent et ne se jugent pas : un autre père dévasté par un divorce, une vieille dame solitaire, un commissaire groggy qui regarde grandir sa fille sans oser l’approcher… Des écorchés qui tentent de s’accrocher au quotidien, en s’imbibant un peu et souvent beaucoup de gin ou de vodka, pour se réchauffer le cœur, en contournant les règles pour grappiller quelques minutes de bonheur.

 

Il y a aussi ces deux enfants ravagés par l’absence de leur mère, qui s’accrochent à leur père comme à une bouée, mais qui sont eux même la bouée de leur père. Unis, soudés, désespérés, roc ô combien fragile qui tente de survivre au désespoir.

 

Des existences fracassées, brisées, une météo tempétueuse, une ville sublimée par le récit, il y a dans ce roman une force incroyable, celle qui pousse à avancer, malgré les tempêtes, les vents, la douleur qui vrille le cœur et le broie toujours plus fort. Et puis, à travers les nuages, là-bas loin dans le brouillard, on aperçoit une toute petite lueur qui annonce l’apaisement, qui scintille tant bien que mal et promet qu’un jour, peut-être, la vie réussira à s’adoucir.

 

 

 

 

Des vents contraires, Olivier Adam - Editions de l'Olivier, 255 pages

 

 

Les avis de Cuné et Clarabel

06:25 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : olivier adam, douleur, absence, saint malo, tempête, alcool | |  Facebook

Commentaires

Tu en parles vraiment bien...

(J'ai commencé le C.J. Box et je tremble comme une feuille ! Tu n'as pas fait de billet ?)

Écrit par : Cuné | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

On retrouve toujours plus ou moins les même thèmes chez Olivier Adam mais ses histoires sont très puissantes et il décrit si bien sa Bretagne natale !

Écrit par : sylire | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Un très joli billet, c'est vrai.

Écrit par : cathulu | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Ma rencontre avec O. Adam ayant été un désastre, je passe. Mais c'est vrai que tu me donnerais presque envie. :))

Écrit par : fashion | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'viens de l'acheter... Pis Saint-Malo... Soupir(s)...

Écrit par : LVE | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'aurais pu laisser le même commentaire que Fashion ! Comme je te l'ai dit hier, je n'ai pas aimé "Je vais bien, ne t'en fais pas" (alors que j'avais adoré l'adaptation cinématographique), donc je n'ai aucune envie de re-tenter un Olivier Adam. Donc je passe mon tour malgré ton avis sur ce dernier roman !!!

Écrit par : Caro[line] | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ cuné : j'ai adoré et j'aime parler ce que je j'adore :) billet cjbox lundi je crois ou mardi
@ sylire : c'était mon premier Adam (bien que falaises soit ds ma pal) j'ai envie de poursuivre...
@ cathulu : thanks
@ fashion : alors là, quasiment sure que tu n'aimerais pas (je me trompe peut-être, ceci dit ;)
@ LVE : ton nom n'est pas breton... (le mien non plus et j'adore cette ville, donc ma remarque est idiote, je sais :)
@ caro[line] : tu n'as pas à dire "malgrè"... je ne donne pas mon avis pour que tt le monde s'y range ;)

Écrit par : amanda | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

C'est dommage de passer à côté, Caro[line], parce que des livres comme "Passer l'hiver" ou encore "Falaises" sont remarquables.

Écrit par : LVE | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Cela fait un petit moment que je tourne autour celui-ci. Je n'ai encore jamais lu cet auteur, j'avoue que le thème me fait un peu peur et ton billet...vient de me convaincre ( de le lire, de l'émotion de cette lecture )

Écrit par : Emmyne | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

"Falaise" m'a beaucoup touchée, "Passer l'hiver" moins. Celui-là est en commande.

Écrit par : Flo | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Naaaaaaaaaaaan, je sais. Mais même si tu as beaucoup aimé, cela ne me motive pas à le lire ! ;-)

Écrit par : Caro[line] | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Ouch, je crois que je prends les choses trop à coeur pour réussir à le lire, celui-là !

Écrit par : Anne la provinciale | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai dit "presque"... :D
Et je suis sûre aussi que je n'aimerais pas. Entre le style et les histoires, cet auteur me hérisse le poil. C'est pas beau à voir. :)))

Écrit par : fashion | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Celui-ci pourrait être l'occasion idéale pour "essayer" O. Adam ;)

Écrit par : In Cold Blog | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ LVE : je les note alors:)
@ emmyne : ah mais tu aimerais, je pense
@ flo : vais aller voir si tu as as parlé
@ Caro : ;)
@ anne : tu as un petit coeur tout mou qui fond facilement ?!
@ fashion : j'ai quasiment mais j'en suis sure en fait, là, clairement, la divergence de nos goûts serait encore plus flagrante ;)
@ ICB : pour moi essayer a été l'adopter ;)

Écrit par : amanda | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'avais beaucoup aimé "A l'abri de rien",(ainsi que l'adaptation en téléfilm) et j'ai hâte de pouvoir prendre "Des vents contraires" à la bibliothèque !

Écrit par : aproposdelivres | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Je l'ai reçu il y a quelques jours, je le lis très bientôt. La petite lueur que tu mentionnes à la fin de ton très joli billet me donne espoir :))

Écrit par : lily | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Depuis le temps que j'en entends parler de cet auteur, j'ai bien envie de le découvrir et ce livre semble parfait ! ;-)

Écrit par : Florinette | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

(Oooh mince alors, j'ai pourtant regardé l'émission, mais je ne t'ai pas vu !! :-(()

Écrit par : Florinette | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé "Falaises", "Je vais bien ne t'en fais pas" et "A l'abri de rien"...je crois que je ne vais pas pouvoir passer à côté de celui là ;-)

Écrit par : enna | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Et « Je vais bien, ne t'en fais pas » est très bien aussi ;-)

Écrit par : Anne | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas cet auteur (mais l'adaptation de "Je vais bien, ne t'en fais pas" m'avait bien plu.)
Les billets sur ce livre semblent faire l'unanimité.
Peut-être commencerais-je par un poche ?

Écrit par : Leiloona | 17/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu Falaises et Passer l'hiver, qui m'ont beaucoup plu. Je vois que le thème de la mère est encore présent dans celui-là. Je me demandais : n'est-ce pas redondant à force, même si Olivier Adam écrit remarquablement bien ?

Écrit par : jeanjean | 17/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ aproposdeslivres : j'espère que tu aimeras:)
@ lily : il devrait te plaire, la fin est superbe j'ai versé une larme;)
@ florinette : je suis ravie d'avoir commencé par celuici et j'ai envie d'en lire d'autres à présent (pas regardé l'émission encore mais je ne pense pas qu'on voit bcp le public)
@ enna : lequel as tu préféré ?
@ anne : noté alor:)
@ leiloona : je ne saurais lequel te conseiller, mais Falaise semble être très apprécié, quoique très triste il me semble
@ jeanjean : je ne saurais vous dire si c'est redondant ou pas, je n'ai lu que celui-ci. Ceci dit, certains auteurs placent leur "oeuvre" ds une continuité (thème récurrent, message étalé sur plusieurs romans...) sans que celà soit redondant. L'absence peut-être à plusieurs niveaux : mère / épouse / enfant.. et l'auteur s'engager sur un aspect et point de vue différent à chaque livre...

Écrit par : amanda | 18/01/2009

Répondre à ce commentaire

@jeanjean : et bienvenue ici, au fait:)

Écrit par : amanda | 18/01/2009

Répondre à ce commentaire

Pour "je vais bien ne t'en fais pas" (qui est presque une nouvelle) un des aspect de l'intrigue était perdu "à cause" du film (excellent, à voir) que j'avais vu peu de temps avant. Je ne sais pas le quel j'ai préféré entre "Falaises" (la dépression d'une femme vu au travers des yeux de son fils devenu adulte) et "A l'abri de rien" (la dépression d'une femme avec pour fond les emigrés clandestins qui veulent passer en Angleterre) Je les ai aimé tous les deux, j'ai beaucoup aimé l'écriture et la façon dont il évoque la dépression et les conséquences sur l'entourage. Cela dit, je ne les conseillerai pas si on n'est pas très bien dans ses baskets parce qu'ils sont vraiment très réalistes dans le mal être intérieur...J'ai vraiment le souvenir d'une belle écriture.

Écrit par : enna | 18/01/2009

Répondre à ce commentaire

Wow c'est vraiment une excellente critique. Et comme tu laisses entrevoir une lueur, j'ai vraiment envie de tenter le coup avec cet auteur. Ça devrait réconforter l'éternelle optimiste en moi. :)

Écrit par : Frisette | 18/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ enna : merci:)
@ frisette : merci aussi... oui il y a une lueur, je ne l'ai pas trouvé si noir que ça (mais bon, on ne rit pas non plus, hein !)

Écrit par : amanda | 19/01/2009

Répondre à ce commentaire

ces livres sont toujours dans le même ton mélodramatique

Écrit par : pom' | 20/01/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas lu cet auteur mais j'ai tendance à me décourager par le fait qu'il semblerait que ce soit des lectures sombres. Ceci dit, peut-être un jour, quand je serai dans une passe lecture moins "ado" et "fifille"!!

Écrit par : Karine :) | 21/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ pom : peut-être, je n'ai lu que celui ci pour ma part. Et sous le "melodrmatique", j'y ai vu bcp de chaleur et d'humanité

Écrit par : amanda | 22/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ karine : ce n'est effectivement ni adi ni fifille :)

Écrit par : amanda | 22/01/2009

Répondre à ce commentaire

du très bon Olivier Adam, comme on l'aime.
Malgré le desespoir de voir sa femme revenir, le gouffre dans lequel Paul s'enfonce, les moments qu'il partage avec ses enfants rendent le livre gai.

Écrit par : So | 05/02/2009

Répondre à ce commentaire

@ so : ce que j'ai aimé, ce sont justement ces brefs instants où la douceur et l'amour pour ses enfants apaisent la douleur :)

Écrit par : amanda | 06/02/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas Olivier Adam. Je note ! Merci !

Écrit par : Theoma | 04/03/2009

Répondre à ce commentaire

je viens de terminer "passer l'hiver", recueil de nouvelles du même auteur. Décidemment ces personnages sont souvent brisés par la vie et une météo maussade est souvent de la partie...

Écrit par : lucie | 28/12/2009

Répondre à ce commentaire

@ lucie : ça fait partie de l'atmosphère ;)

Écrit par : amanda | 29/12/2009

Répondre à ce commentaire

Une lecture sympathique mais qui ne m'a pas touchée plus que ça. Un côté un peu répétitif qui m'a lassé, sans doute. Par contre, je me suis laissée porter par les sublimes descriptions de paysages.

Écrit par : Violaine | 20/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ violaine : pour ma part j'ai plongé dans cette tourmente :) et oui les paysages sont sublimes :)

Écrit par : amanda | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire