Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« AU BON ROMAN – LAURENCE COSSÉ | Page d'accueil | LA FORMULE PRÉFÉRÉE DU PROFESSEUR – YOKO OGAWA »

11/02/2009

IMPARDONNABLES – PHILIPPE DJIAN

Quand on a vu sa femme et sa fille aînée brûler vives sous ses yeux, alors qu’on tentait de protéger sa fille puînée de ce djian.jpgspectacle, il est difficile de continuer de vivre. Veuf, père effondré, Francis, l’écrivain idolâtré, se réfugie au Pays Basque et épouse, quelques années plus tard, Judith, l’agent immobilier qui l’aide à se reconstruire. Ou plutôt à tenter de se reconstruire : Francis n’écrit plus, Alice, sa fille rescapée sombre dans l’autodestruction. Peu à peu, l’un et l’autre parviennent à retrouver un fragile équilibre. Francis produit quelques nouvelles, Alice, libérée de la drogue, devient comédienne, et, qui plus est, comédienne à succès. La disparition d’Alice (enlèvement, décès, fuite ?), quelques années plus tard, vient scier les piliers sur lesquels Francis avait cru baser sa nouvelle vie.


 

Dans le récit de Francis, on apprendra les choses en filigrane, au fil des événements qu’il semble piocher dans sa mémoire, sans ordre chronologique. On passe du présent au passé, on fait un saut dans le futur, chaque paragraphe, tous plus ou moins longs, parfois très brefs, distille un peu plus d’informations sur la brochette de personnages qui composent le roman.

 

Au fil des pages, on apprend un peu plus sur Alice, l’adolescente brisée par le décès de ses mère et sœur, adolescente fragile qui oublie sa douleur et la solitude dans les bras de Roger, toxicomane, qui deviendra plus tard son mari en même temps qu’un banquier respectable, puis dans l’illusion d’une carrière de comédienne. Au fil des pages, on rencontre Jeremy, ex gosse devenu ex taulard puis jardinier dépressif, sans doute le personnage le plus attachant du roman. Anne-Marguerite, dite AM, la détective qu’engage Francis, ou Judith, sa femme, devenue de plus en plus indépendante (financièrement et psychologiquement) au fil des années et d’un mariage qui de délite lentement mais sûrement.

 

Mais c’est évidemment le personnage de Francis qui est le plus intéressant (et sans doute le plus plausible). Et intéressant ne peut pas forcément dire sympathique. Ex auteur à succès, l’homme se complaît dans une souffrance qui devient prétexte à ne plus communiquer. Mais il appose à cette souffrance une distance, un recul, une analyse constante des faits qui évite un mélo larmoyant dont on n’aurait que faire. L’homme analyse et observe les agissements de ses proches à travers son seul prisme personnel : aucune compassion, aucune compréhension. Égocentrique, aveugle aux autres, se référant sans cesse à Hemingway, voilà l’auteur narcissique incapable de voir ses proches autrement qu’à travers lui, sa souffrance, ses besoins. Et du coup, tous les autres sont coupables. Pas lui. Il porte un regard sur les événements lucide, souvent, totalement aveugle parfois. Le regard d’un homme de 60 ans qui s’aperçoit que la vie qu’il a bâtie est finalement étonnement fragile, voire bancale. Rempli d'autodérision, aussi.

 

Alors, au final, que dire ? La plume, le style à la fois haché (sauts dans le temps, détails à peine distillés, voire occultés (le lecteur devinera pourquoi Alice a disparu sans que Philippe Djian l’explique clairement ou en donne une vague explication un peu plus tard) et finement travaillé (la narration est toujours fluide, le style est très agréable et les sauts dans le temps sont pas gênants, au contraire). Le personnage de Francis est subtilement dessiné. Seul bémol, les quelques clichés qui surgissent ici ou là : l’adultère de Judith, dont on devine très vite qui est son amant, ou les  pseudo-aventures d’Alice avec des comédiens célèbres et ses manigances de carriériste) : là, je l’avoue, je reste mitigée sur ces points là.

 

 

 

Impardonnables, Philippe Djian - Gallimard 233 pages

 

 

 

Les avis de Thom et Lily.

Commentaires

J'ai renoué avec Djian il y a peu ; j'aime assez. Mais celui-là vraiment, ça va me plomber je le sens !

Écrit par : Ys | 11/02/2009

Répondre à ce commentaire

Jusqu'ici je fuis cet écrivain. Marquée par "37,2 le matin", le film, pas le livre, j'ai toujours eu l'impression que je n'aimerais pas ses livres. Il faudrait peut-être que j'essaie un jour.

Écrit par : Manu | 11/02/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas lu Philippe Djian depuis... une éternité ! Mais ce roman me semble plutôt alléchant (je dois aimer les êtres torturés !)

Écrit par : kathel | 11/02/2009

Répondre à ce commentaire

Ce roman a l'air très dur... est-ce qu'on en sort déprimé ?

Écrit par : Ankya | 11/02/2009

Répondre à ce commentaire

C'est celui qui a écrit Doggy Bag, ça? J'étais assez mitigée alors je ne suis pas certaine d'être tentée par ce livre, même s'il semble assez différent... Certainement pas en grand format, en tout cas!

Écrit par : Karine :) | 12/02/2009

Répondre à ce commentaire

Je l'ai mis dans ma LAL. Je ne connais pas du tout cet auteur mais le livre doit être très prenant.

Écrit par : belledenuit11 | 12/02/2009

Répondre à ce commentaire

@ Ys : en fait je ne l'ai pas trouvé si noir que ça, sans doute un effet de la distance qui y est mise :)
@ manu : je n'ai pas lu 37², mais peut-être vais-je essayer
@kathel, karine : je n'ai pour ma part aucun point de comparaison
@ anky : non, (il m'en faut plus:)
@ belledenuit11 : il se lit vite, et je ne m'y suis pas ennuyée non plus

Écrit par : amanda | 13/02/2009

Répondre à ce commentaire

Finalement, je l'ai vu à "La grande librairie" et je trouve que son discours sur l'écriture est très intéressant...

Écrit par : Ys | 13/02/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai + kadoré : Maudit manège, Lent dehors (mes 2 préférés), Crocodiles...
Il y en a que je n'ai pas aimé, et d'ailleurs, je ne me rappelle + des titres, NORMAL, quant on n'aime pas!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

MA LEROY

Écrit par : leroy | 17/02/2009

Répondre à ce commentaire

moi aussi je reste mitigée sur l'intrigue qui en fait des tonnes, des choses très intéressantes sur la place de l'écriture dans la vie d'un écrivain , sur la culpabilité,
lu jusqu'au bout, mais il a quand même fallut que je m'accroche!

Écrit par : sylvie | 09/04/2009

Répondre à ce commentaire

@ sylvie : tu es plus dure que moi :)

Écrit par : amanda | 10/04/2009

Répondre à ce commentaire

Cet auteur publie énormément de romans dont certains à succès, il a toujours des détracteurs mais surtout il a toujours des lecteurs... CQFD

Écrit par : charles | 16/08/2010

Répondre à ce commentaire

c'est un très bon auteur,meme si des passages de ces livres sont plus lent,je l'aime vraiment bien,en plus c'est ma copine qui me les offrent à chaque fois;)!

Écrit par : pieer | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

du talent ,une grande plume!

Écrit par : lizette | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

à recommander à tous ceux qui veulent apprendre à parler le " Français " !
..... et à l'écrire. C'est un livre qu'il faudrait presque lire à voix haute, tant la musique est belle, concise , sans temps morts

Écrit par : Philippe Garnier | 27/08/2011

Répondre à ce commentaire

Encore un livre que je ne connaissais pas de cet auteur... Apparemment il y a une bonne intrigue ? On peut le trouver en ligne, style la fnac ou amazon ? Merci. Sarah.

Écrit par : Sarah | 01/11/2011

Répondre à ce commentaire