Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'HISTOIRE D'UN MARIAGE - ANDREW SEAN GREER | Page d'accueil | ANGELICA – ARTHUR PHILLIPS »

04/03/2009

DANS LE SCRIPTORIUM – PAUL AUSTER

Un homme se réveille dans une chambre, enfermé, amnésique. Il ne sait où il est, la chambre est fermée, des étiquettes sur les scriptorium.jpgmeubles et les murs indiquent le nom des objets « mur » « lampe » « fenêtre »… Sur la table (« table ») un manuscrit et des photographies. Des personnes lui rendent visite et semblent le connaître. Est-ce un hôpital, une prison ? Qui est-il et qui sont-ils ?

 

M. Blank, puisqu’il s’agit du nom de cet homme, est confronté à des personnages qu’il ne connaît pas. Surgissent-ils de son passé ? Sont-ils des personnages de romans lus ? Les a-t-il fait souffrir ? Aimés ?

 

Et ce manuscrit, qu’il est forcé de lire, est-ce lui qui l’a écrit, un autre ? Pourquoi lui demande-t-on d’en imaginer une suite ?

 

N’ayant pas lu tous les romans de Paul Auster, je n’ai pas reconnu toutes les références à ses précédents romans : Anne Blume, John Trause, Peter Stillman, Marco Fogg apparaissent, disparaissent. Et d’autres encore que je n’avais encore jamais croisés mais que je brûle de connaître.

 

C’est un roman très court et pourtant dense, l’auteur distille des clefs de lectures que l’on saisit une à une, avec chacun sa propre interprétation, sa propre sensibilité vis-à-vis du récit : quête d’identité (qui est-il, qu’a-t-il fait ?), culpabilité (pourquoi est-il là ?), enfermement, histoire d’un pays (le manuscrit, où la Confédération désigne les Etats-Unis, l’engagement dans une guerre provoquée, voulue, calculée, spoliation d'un territoire...), création, écriture (l’auteur confronté à ses personnages). Et même si la fin est assez prévisible, je crois que chacun peut y faire un voyage différent. Quant à moi, l’écriture de Paul Auster coule comme une rivière où je m’abandonne, me laisse flotter et dériver, avec souvent la même impression de plénitude.

 

 

Dans le scriptorium, Paul Auster - Babel 146 p

 

 

Les avis d’autres blogueurs sur Blog-O-Book, ainsi que ceux de Laurent, Bernard

08:36 Publié dans *Litterature Anglo-saxonne* | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

Commentaires

Je ne lis pas ton billet aujourd'hui, ce livre est dans ma PAL... depuis quelques temps déjà !

Écrit par : kathel | 04/03/2009

Répondre à ce commentaire

Chic, je ne l'ai pas lu celui-là, et ce que tu en dis me tente !

Écrit par : Leiloona | 04/03/2009

Répondre à ce commentaire

contente de vous relire avec une chronique de ce superbe roman !

Écrit par : mireilledesfosses | 04/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ kathel : j'attends ton avis donc ;)
@ leiloona : si tu aimes l'univers de PA, tu devrais aimer je pense
@ mireilledefosses : merci bcp :)

Écrit par : amanda | 04/03/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu ce livre sans connaitre les titres précédents, et j'ai reconnu des personnages de fiction et un écrivain qui naviguait en eau trouble dans son œuvre.
J'ai lu beaucoup de billets disant qu'il fallait avoir lu les autres titres de cet auteur pour pouvoir vraiment l'apprécier. Il est certain que nous n'en aurons pas fait la même lecture, mais j'ai beaucoup apprécié ma lecture et je pense que je reviendrai vers cet univers étrange, que je trouve moi, par contre, inquiétant et légèrement angoissant.

Écrit par : sylvie | 04/03/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé ce bouquin.

Écrit par : Spencer | 04/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ sylvie : avoir lu les livres précédents permet évidemment de reconnaître les personnages, mais je ne les connaissais pas tous et celà nne m'a pas gênée (sans doute parce que, ayant reconnu les autres, je savais qu'ils venaient tous de ses autres romans).. et je n'ai jamais trouvé le roman angoissant (suis-je passée à coté ? nous avons tous nos propres lectures et ressentis)
@ spencer : tu avais lu d'autres Auster auparavant ?

Écrit par : amanda | 06/03/2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Amanda, cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de Paul Auster. J'avais beaucoup sa trilogie New-Yorkaise et quelques autres comme Tombouctou. Et puis j'ai abandonné cet auteur. J'ai lu le Scriptorium parce que j'aime le titre et j'ai lu d'abord lu en anglais. C'est bien mais c'est comme les autres, je les oubliés dès que je les ai lus et je le regrette. Bonne soirée.

Écrit par : dasola | 06/03/2009

Répondre à ce commentaire

ca m'a donné envie de découvrir les personnages que je ne connais pas, du coup.

Écrit par : pom' | 08/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ dasola : tu n'as pas à regretter de ne pas t'en souvenir.. c'est ainsi, c'est tout. (pas lu Tombouctou)
@ pom' : moi aussi :)

Écrit par : amanda | 09/03/2009

Répondre à ce commentaire

Je m'étais promis de lire son roman "Brooklyn Follies" parce que c'est manifestement son oeuvre la plus appréciée, mais j'ai commencé par "La nuit de l'oracle", qui ne m'avait pas du tout convaincue...
Seulement, avec ta description de "Dans le scriptorium" me refroidit encore un peu plus de me forcer à poursuivre la découverte : en effet, l'intrigue est quasiment la même que celle de "La nuit de l'oracle"... !
Je risque de me faire des ennemis mais... Cet auteur manquerait-il d'imagination? :/

Écrit par : Reka | 28/05/2009

Répondre à ce commentaire

@ reka : je crois surtout que l'écriture et les rapports auteurs / personnages sont des thèmes récurrents chez Auster. IL vaut peut-être donc mieux poursuivre avec Brooklyn Follies, où ces thèmes sont un moins omniprésents ?

Écrit par : amanda | 29/05/2009

Répondre à ce commentaire