Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« MONNAIE DE SINGE – WILLIAM FAULKNER | Page d'accueil | UN MEURTRE EST IL FACILE ? AGATHA CHRISTIE »

23/03/2009

L’autre moitié du soleil – Chimamanda Ngozi Adichie

Nous sommes à Lagos, au Nigéria au début des années 60. Le jeune Ugwu, 13 ans, entre au service de Odenigbo, un universitaire adichie.jpgengagé. Odenigbo rencontre Olanna, une jeune femme issue de la bourgeoisie Nigériane. De son coté, Kainene, la sœur jumelle d’Olanna, entrepreneuse prospère et ambitieuse, devient la maîtresse de Richard Churchill, un pseudo journaliste / écrivain, passionné par l’ethnie Igbo et ses racines.

 

En ce début des années 60, l’élite Nigériane rêve d’une prospérité nouvelle pour son pays fraîchement indépendant. On rêve, on débat, on se projette, la bonne société fustige l’influence des anciens colons anglais, tout en envoyant ses enfants étudier à Londres et épousant les modes de vies occidentaux. Mais l’ancien colon a pris soin de stigmatiser les clivages ethniques  entre les musulmans du Nord et les chrétiens Igbos de l’Est. A la fin des années 60, après un premier coup d’état, et les massacres répressifs qui s’ensuivent, la province de l’Est déclare son indépendance et proclame la naissance du Biafra. La guerre civile est déclarée, le génocide va commencer.

 

A travers les 5 personnages principaux, Chimananda Ngozi Adachie propose une fresque attachante sur une page sanglante de l’histoire du Nigéria. Des rêves idéalistes à la famine et à la guerre, nous suivons Olanna et son idéaliste de mari, décidés coûte que coûte à faire vaincre la province du Biafra. Nous suivons Kainene d’un peu plus loin, dans ses rapports complexes avec Richard, formant avec lui un couple mixe peu conventionnel.  Le jeune Ugwu apporte un peu de fraîcheur parmi ces nantis qui vont connaître la guerre et la faim et perdre leurs possessions.

 

Les destins ravagés des personnage apportent un coté romanesque qui ne déplaira pas aux amateurs d’histoires attachantes (il y a de l’amour, des jalousies, des pleurs) et donnent sans doute au roman un coté plutôt convenu, axé principalement sur leurs personnalités, leurs désarrois face à la guerre et la chute de leurs idéaux.

 

Mais, au-delà, il y a l’emprise de la Couronne Britannique qui supporte le Nigéria pour ne pas perdre les réserves de pétrole du Biafra, influence de l’occident sur une jeune république indépendante, les modes de vie Nigérians, les coutumes africaines matinées de sorcellerie et de sorts, et surtout, la naissance et la disparition presque aussi soudaine d’un pays éphémère décimé par un génocide sanglant. Pour tout cela, c’est un roman agréable qui laisse un bon souvenir.

 

 

 

L’autre moitié du soleil , Chimamanda Ngozi Adichie – Gallimard, 499 pages

 

Lu pour le Prix des Lectrices ELLE 2009, catégorie Roman

 

 

Les avis de Bab’s, Gangeous, Anna Blume et de Thierry Colet

Commentaires

Avais-tu lu L'hibiscus pourpre ? C'est un de mes coups de cœur de l'année dernière...

Écrit par : kathel | 23/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ kathel : non, pas lu "l'hibiscus pourpre" :(

Écrit par : amanda | 23/03/2009

Répondre à ce commentaire

Rien que pour en savoir un peu plus sur cette page de l'histoire du Nigeria, ce titre me tente beaucoup!

Écrit par : Isabelle | 23/03/2009

Répondre à ce commentaire

Ça m'intrigue aussi! Je n'irai jamais en Afrique par peur des serpents mais je suis fascinée par l'histoire et les coutumes de tous ces pays. Je note même si ton avis est nuancé.

Écrit par : Frisette | 24/03/2009

Répondre à ce commentaire

Un très bon souvenir de lecture, une plongée très bien mise en scène dans ce que fut la guerre du Biafra. On s'attache aux différents personnages, dans leurs évolutions sous l'influence de celle de l'Histoire...
Merci, chère Amanda, pour la référence.
@ Frisette,
En 20 années passées en Afrique, je ne suis tombé qu'une seule fois sur un boa... mort brûlé par un feu de brousse alors qu'il digérait une proie. La probabilité que vous tombiez sur un serpent est donc assez faible... C'est un encouragement à faire un tour chez moi.
Bien à vous.

Écrit par : Gangoueus | 24/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ isabelle : dans ce cas il faut le lire, c'est très instructif
@ frisette : tout dépend où tu vas en Afrique pr les serpents. Et, si tu t'intéresses aux cultures de ce continent et son histoire, tu devrais aimer (même si, effectivement, il y a un coté "romanesque", mais les personnages sont bien croqués
@ gangeous : je vous en prie!

Écrit par : amanda | 24/03/2009

Répondre à ce commentaire

Je prends note de vos commentaires à propos des serpents. Je vais y réfléchir alors... J'ai vraiment une peur panique de ces bestioles. C'est la seule qui me fait peur d'ailleurs.

Mais chose certaine, j'ai bien envie de découvrir cet auteur.

Écrit par : Frisette | 25/03/2009

Répondre à ce commentaire

Un livre atypique bien tentant !

Écrit par : freude | 25/03/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu ton billet seulement en diagonale parce que j'ai bien l'intention de lire ce roman! J'avais adoré le premier de l'auteur, "L'hibiscus pourpre". (en plus, les titres sont tellement beaux...)

Écrit par : Mo | 25/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ frisette : uniquement les serpents ? je t'avoue que les araignées et moi... ce n'est pas le grand amour :)
@ freude : pas atypique, non (parce que le coté romanesque est plutôt classique) mais intéressant pour l'histoire
@ Mo : j'espère que tu aimeras donc (et oui, les titres sont très beaux)

Écrit par : amanda | 26/03/2009

Répondre à ce commentaire

Oui, oui que les serpents et autres bestioles similaires comme les lézards, geckos et compagnie. J'en vois un, je hurle et me sauve à toutes jambes. Mais aucun problème avec les araignées, les vers, les larves ou autre animal étrange ou pas ragoûtant. Et je ne sais pas d'où ça vient...

Écrit par : Frisette | 27/03/2009

Répondre à ce commentaire

Comme Frisette, je n'irai jamais en Afrique pour plusieurs raison : serpents, grosses araignées poilues, malaria, maladies, méchantes mouches et perspective de millions de vaccins (j'ai horriblement peur de tout ce qui est aiguilles) mais le pays m'intrigue par ailleurs. Je pense que je commencerai par l'hibiscus pourpre pour découvrir cet auteur!!

Écrit par : Karine :) | 27/03/2009

Répondre à ce commentaire

j'avais beaucoup aimé mais je suis d'accord avec toi sur l'intrigue qui tourne beaucoup autour des personnalités attachantes des deux auteurs, c'est vrai que j'y avais été sensible...Il faut que je découvre alors l'hibiscus pourpre!merci pour ton billet amanda.

Écrit par : Bab's | 27/03/2009

Répondre à ce commentaire

très beau billet !

Écrit par : odilette | 28/03/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai plutôt bien aimé ce titre car les personnages féminins sont très attachants...mais bon encore des horreurs, la guerre...pfff...besoin de faire une pause douceur après ELLE, quand même !!
Alors, si tu as ri avec un livre, c'est encore mieux !!!

Écrit par : antigone | 29/03/2009

Répondre à ce commentaire

je suis d'accord, ELLE ne nous a pas épargnées
je lis "ma vie Balagan" et là encore, on déguste ...
je suis en manque de livres "détendants"...

Écrit par : odilette | 29/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ karine, frisette : les filles, il faut vous libérer de tout ça !!
@ bab's : j'ai très envie aussi de lire "l'hibiscus pourpre" :)
@ antigone, odilette : j'avoue que j'aime ce genre de roman, et que je préfère, même.. "ma vie balagan" est dur, oui, mais j'ai trouvé le ton assez distant (dû sans doute à la personnalité de MLI et sa capacité à prendre de la distance et à garder une sacrée dose d'humour et de détachement).

Écrit par : amanda | 29/03/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai vraiment bien aimé aussi ce roman, et malgré la guerre (ça m'a beaucoup moins gênée que pour d'autres livres de la sélection de ELLE) parce qu'on s'attache plus aux personnages, on voit tout de leur point de vue. Du coup, je note "l'hibiscus rouge"!

Écrit par : enna | 02/04/2009

Répondre à ce commentaire