Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L’IMAGE DANS LE TAPIS – HENRY JAMES | Page d'accueil | LA VIEILLE ANGLAISE ET LE CONTINENT – JEANNE-A DEBATS »

08/04/2009

MUSC – PERCY KEMP

Monsieur Eme, à soixante-dix ans bien sonnés, est ce qu’on pourrait appeler quelqu’un bien de sa personne. Il attache une kemp.jpgimportance toute particulière à sa mise, choisit ses vêtements avec soin, ne sort que soigneusement vêtu et parfumé. Parfumé avec la même fragrance depuis moult années, cette fragrance appelée Musc conçue dans une parfumerie de Grasse. Un beau matin, la maîtresse de Monsieur Eme lui fait remarquer que son odeur a changé, très discrètement, très légèrement, mais a changé tout de même.

 

 

C’est la plume si personnelle, à la fois exigeante et totalement séduisante que l’on retrouve ici. Nous suivons Monsieur Eme et son rapport à Musc (le parfum devient un personnage intégral de l’histoire) son rapport à lui-même, aussi, aux autres, aux femmes, à la vie (sa vie étant toute conditionnée à son odeur, à ce qu’il émet), à la fois fascinés par le personnage et son besoin vital, essentiel, de retrouver SON parfum. Difficile de la décrire, difficile de préciser exactement pourquoi le roman est un bijou, parce que tout est dans le style, la façon si fluide dont Percy Kemp arrive à nous happer, nous chopper avec son sexagénaire jamais ridicule (et pourtant !) souffrant d’une obsession olfactive et prêt à tout pour retrouver ces effluves, en être à nouveau imprégné. Pe'rcy Kemp nous coince, nous enchaîne à son histoire, jamais dénuée d’un humour distant et pourtant bien présent.

 

Un vrai petit régal, donc.

 

 

Cuné a senti la même chose.

 

 

Commentaires

Oh là, oui, je l'avais lu à sa sortie, tu me le rappelle. Je m'y étais laissée prendre aussi.

Écrit par : Emmyne | 08/04/2009

Répondre à ce commentaire

Bien reçu ce matin. Je m'y plonge dès demain (j'ai un livre à finir pour le boulot). Merci.

Écrit par : Solène | 08/04/2009

Répondre à ce commentaire

C'est très tentant. Merci de nous mettre au parfum ;)

Écrit par : Pimprenelle | 08/04/2009

Répondre à ce commentaire

Ton résumé me fait drôlement envie. Je note ce livre dans ma LAL !

Écrit par : Ankya | 08/04/2009

Répondre à ce commentaire

@ emmyne : je trouve qu'il arrive à nous arrimer à l'obsession de son personnage, avec talent :)
@ solène : j'espère qu'il vous plaira !
@ pimprenelle : bien dit !
@ ankya : note, je t'en prie !

Écrit par : amanda | 09/04/2009

Répondre à ce commentaire

Je comprends d'autant mieux le souci de monsieur Eme qu'un des drames de ma vie fut celui où Armani cessa de commercialiser Armani pour femme... Jamais retrouvé "mon" parfum. Snif...

Écrit par : Cécile de Quoide9 | 09/04/2009

Répondre à ce commentaire

Lu il y a longtemps, mais j'avais bien apprécié.

Écrit par : hydromiel | 11/04/2009

Répondre à ce commentaire

@ cécile : tu as trouvé un remplaçant ?
@ hydromiel : nous sommes plusieurs, donc ;)

Écrit par : amanda | 11/04/2009

Répondre à ce commentaire

Dévoré ce week-end. J'ai adoré même si je garderai toujours une tendresse particulière pour "Le Vrai cul du diable" puisque c'est le roman qui m'a fait découvrir l'univers de Percy Kemp.

Écrit par : Solène | 14/04/2009

Répondre à ce commentaire

@ solène : j'avoue qu'entre les deux mon coeur balance, mais en faveur de celui-ci :)

Écrit par : amanda | 14/04/2009

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette critique positive puisque ce roman m'attend, m'attend, m'attend...
J'ai décidé d'acheter peu de livres cette année, et je m'y tiens, pour faire diminuer ma PAL, alors peut-être que Musc sera lu avant le 31 décembre 2009!

Écrit par : Sophie | 16/04/2009

Répondre à ce commentaire

@ sophie : bonne lecture alors ;)

Écrit par : amanda | 17/04/2009

Répondre à ce commentaire