Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LE GOÛT ÂPRE DES KAKIS – ZOYÂ PIRZÂD | Page d'accueil | ENVOYEZ LES COULEURS – DONALD WESTLAKE »

22/05/2009

MONTEDIDIO - ERRI DE LUCA

Montedidio (la Montagne de Dieu) est un quartier de Naples où grouillent les enfants, crient les vendeurs de pizza, de poulpe et deluca.jpgles pêcheurs fraîchement revenus de mer. C’est le quartier où vit le narrateur, un jeune garçon de treize ans, qui va devenir un homme.

L’enfant a quitté l’école pour travailler chez un ébéniste et couche sur papier ses journées (« J’écris en italien parce qu’il est muet, et que je peux y mettre les choses de la journée, reposées du vacarme du napolitain ».) C’est ce récit que nous suivons, parsemé d’expressions napolitaines, la langue des gens simples et du quotidien. Le jeune garçon a reçu un boumerang pour son anniversaire, et s’entraîne à le lancer, entraîne ses muscles, son corps pour maîtriser l’objet. Ce lancer auquel il s’entraîne, et qui symbolisera l’envol final vers l’âge adulte. Autour de lui, Mast’Erico, l’ébéniste plein de sagesse, son père plein de tristesse depuis que sa femme est malade, Don Rafaniello le cordonnier, un juif rescapé des camps qui veut rejoindre Jerusalem, plein de bonté et de douceur. Don Rafaniello  fabrique gratuitement des chaussures pour tous les pauvres du quartier et dit au garçon que sa bosse sur son dos abrite les ailes qui lui permettront de s’envoler pour Jerusalem.

 

Il y a aussi, Don Ciccio, le propriétaire de l’immeuble, vil, véreux, vicieux. Et surtout Maria, celle auprès de qui l’adolescent découvre l’amour, sent son corps se transformer, sa voix muer, ses sens s’éveiller.

 

Un très joli récit, servi par une langue à la fois dépouillée et très visuelle, très simple et pourtant très poétique, dans une atmosphère douillette mais pleine de vie, celle des années après guerre, où se mêlent espoirs et pauvreté, rudesse et entraide. C’est le passage à l’âge adulte, l’apprentissage de l’amour, de la force, de la sagesse, de la colère aussi, et tout en douceur, en clarté et en simplicité. Ravissant.

 

Montedidio, Erri De Luca

Folio, 230 pages – août 2007

 

L’avis de Papillon 

Extrait :

« Sur la promenade du bord de mer e long de la villa communale, nous passions à l’heure où les pêcheurs tiraient à terre le deux bouts de câble du grand filet. Il y avait six hommes à chaque bout, ils tiraient d’un coup tous ensemble, le plus vieux leur donnait le signal. Le câble tournait sur leurs épaules, les pieds croisés, ils poussaient de tout leurs corps, ils traînaient la mer à terre. Le filet s’approchait, large, avec lenteur, tandis que les deux câbles s’entassaient en anneaux sur la route. Quand il arrivait en bas, les poissons lançaient des étincelles, tout le blanc de leurs corps éclatait, ils tapaient de la queue par centaines, le sac renversait au sec tout le tas de vie volée aux vagues, papa disait : « voici le feu de la mer ». L’odeur de la mer était notre parfum, la paix d’un jour d’été une fois le soleil couché. Nous restions silencieux, serrés les uns contre les autres, ça a duré jusqu’à l’année dernière, jusqu’à l’année dernière j’étais encore un enfant. »

 

Géraldine, qui a gagné le jeu Blondel il y a quelques mois,  a eu la gentillesse de m’offrir ce livre. Un très bon choix, puisque je me promettais depuis longtemps de découvrir cet auteur. Un grand, très grand merci à vous, Géraldine.

Commentaires

Comme vous le dites et par rapport à votre billet, c'est un très joli récit qui doit se laisser lire facilement.

Écrit par : Hambre | 22/05/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup beaucoup Erri de Luca !! Je le note, au vu de ton billet... Je te conseille vivement "Au nom de la mère" : http://antigonehc.canalblog.com/archives/2009/03/28/13150075.html

Écrit par : antigone | 22/05/2009

Répondre à ce commentaire

Voilà un auteur que je ne connais pas. Ma nouvelle bibliothécaire l'adore alors je ne devrais pas tarder à m'y mettre

Écrit par : sylire | 22/05/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu un roman de lui qui m'avait bcp plu : "Trois chevaux", il me semble...

Écrit par : fashion | 23/05/2009

Répondre à ce commentaire

@ hambre : tout à fait :)
@ antigone : Au nom de la mère... la vie de Marie : c'est un sujet un peu casse-cou non?
@ sylire : alors il faut te laisser tenter !
@ fashion : Trois chevaux a l'ai très bien, oui, je n'ai eu que des échos positifs, ce sera sans doute ma deuxième rencontre avec Erri De Luca.

Écrit par : amanda | 23/05/2009

Répondre à ce commentaire

Comme Fashion, je n'ai lu que "Trois Chevaux" (sur les conseils de mon libraire de l'époque) et j'avais adoré le style de l'auteur...
Poursuivre avec "Montedidio" me semble une évidence après ce billet.

Écrit par : In Cold Blog | 23/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je me souviens de la couverture de ce roman lors de sa sortie en poche, mais je l'avais oublié ... Et comme je suis à la recherche d'auteurs italiens à lire en ce moment (les vacances d'été ?!), je le note pour le découvrir ! En plus, la thématique me convient parfaitement ...

Écrit par : Nanne | 23/05/2009

Répondre à ce commentaire

Montedidio est un vrai bonheur ! Et je trouve que Eri de Luca mériterait d'être plus connu !

Écrit par : Papillon | 24/05/2009

Répondre à ce commentaire

Il y a longtemps que j'entends parler de ce roman. Ton billet va s'en doute accélérer son acquisition! :)

Écrit par : Lucile | 24/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'entends que du bien de cet auteur, il va falloir faire un essai !

Écrit par : freude | 24/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu il y a assez longtemps, c'est le côté "simple et poétique" qui me reste en mémoire...

Écrit par : kathel | 24/05/2009

Répondre à ce commentaire

...Je suis bien contente..! (et pour "Au nom de la mère"...oui le sujet peut paraître casse-cou, mais...c'est vraiment très particulier, très beau, extrêmement touchant..)

Écrit par : Géraldine | 24/05/2009

Répondre à ce commentaire

ICB : pour ma part je suis ravie d'avoir découvert cet auteur !
@ Nanne : moi aussi je suis très preneuse de lectures italiennes.. sans doute un parfum d'été à venir :)
@ papillon : je connaissais son nom comme étant celui d'un bon auteur, souvent plébiscité, mais je ne sais pas s'il est très connu ou pas (sans doute trop peu)
@ lucile : accélère, accélère !
@ freude : oui il le faut !
@ kathel : simple, oui, mais il y a beaucoup de sens (et de travail) sous cette simplicité
@ géraldine : encore merci !!

Écrit par : amanda | 25/05/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai tendance à bien aimer les récits de passage à l'âge adulte. Why not!!

Écrit par : Karine :) | 26/05/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai vraiment beaucoup aimé au nom de la mère, et depuis, je me dis que j'ai envie de connaitre d'autres titres. J'en ai déjà noté, mais pas celui là. Je retiens, ton billet donne envie de le découvrir.

Écrit par : sylvie | 01/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ karine : je pense que tu aimeras
@ sylvie : retiens, c'est vraiment une lecture toute en simplicté et authenticité.

Écrit par : amanda | 01/06/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu ce livre mais bizarrement j'avais eu beaucoup de mal à me concentrer dessus...

Écrit par : Léthée | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Beau petit livre que Montedidio. Emouvant, bien écrit: j'ai adoré.

Écrit par : Nicolas | 09/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ lethée : peut-être es tu moins sensible à ce style ?
@ nicolas : bienvenue ici. Avez vous lu d'autres livrres de Erri De Luca ?

Écrit par : amanda | 10/06/2009

Répondre à ce commentaire