Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LA VOIX DU COUTEAU – PATRICK NESS | Page d'accueil | MONTEDIDIO - ERRI DE LUCA »

20/05/2009

LE GOÛT ÂPRE DES KAKIS – ZOYÂ PIRZÂD

Kaki n.m : Fruit du plaqueminier, jaune oranger, à pulpe molle et sucrée (Larousse).pirzad.jpg

 

 

La plume de Zoyâ Pirzâd est comme un kaki : colorée, toute en douceur et en saveur. Jamais molle,  elle coule avec limpidité, sans effets de style superflus ni fadeur.

 

C’est une jolie découverte que cette auteure, dont j’avais entendu parler ici ou là, sans jamais avoir pris la peine d’ouvrir ses précédents ouvrages. C’est chose faite avec « Le goût âpre des kakis », recueil de cinq nouvelles dans lesquelles Zoyâ Pirzâd dresse quelques tableaux de vie, quelques portraits de femmes (mais aussi d'hommes) dans la société iranienne contemporaine.

 

Que ce soit par la hantise des tâches chez une jeune femme qui s’acharne à effacer, nettoyer, laver, astiquer, frotter, lessiver, qui oublie dans son obsession son mariage malheureux ("Les tâches", au style très économique, presque télégraphique, où les scènes se succèdent sans superflu, comme la solitude que ressent la jeune femme), que ce soit dans un appartement, qu’une jeune femme vend et que l’autre achète (l’une est ne supporte pas le poids et l’assujettissement à un mari maniaque et traditionaliste, l’autre au contraire est une femme d’intérieur accomplie, mais toutes deux sont amères et désabusées par leurs vies ("L’appartement")), chacune de ces nouvelles propose un portrait bref mais saisissant d’une société iranienne moderne (les femmes travaillent, fument, divorcent) où les traditions sont encore omniprésentes, parfois lourdes, parfois pleines de grâce (hospitalité, politesse, respect). Une jeune femme dévouée mariée à un artiste insaisissable (« Le père Lachaise), un jeune employé humble qui observe son patron marié à une mégère (« L’harmonica ») ou la solitude d’une femme que le destin a privée d’enfant (Le goût âpre des kakis ») complètent ces petits tableaux et en font une mosaïque réaliste et pleine de tendresse pour ces pans de vies iraniennes.

 

 

Des hommes et des femmes, heureux ou malheureux, une culture exquise, de frustrations et des désirs, des solitudes et des familles unies, un très joli recueil, qui se lit avec plaisir.

 

Naina en parle aussi.

 

 

Le Goût âpre des kakis, Zoyâ Pirzâd

Zulma, 219 pages, mai 2009

 

 

L’avis de Pagesapages.


 

Commentaires

Once more, synchro pile-poil, le voici dans ma BAL, thankssssssssssssssss ! :-D

Écrit par : Cuné | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

Le sujet me dit bien, mais je n'aima pas trop les nouvelles, bon je note quand même ! J'adore les couvertures de Zulma !

Écrit par : freude | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

C'est le livre du jour ! Il ne peut que me tenter, Naina et toi l'avez aimé, je suis dans une période où je lis volontiers des nouvelles et je n'ai encore pas suffisamment découvert l'Iran (littérairement parlant !)

Écrit par : kathel | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

C'est un livre qui m'a l'air original, par les thèmes proposés et qui peut être intéressant. Apparemment vous pouvez voir mes commentaires, c'est bien alors...car cela fait un moment que vous êtes dans mes liens....

Écrit par : Hambre | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

Les prochains mois seront iraniens -voire même pirzadiens- ou ne seront pas!!! J'avais renoncé à la lire, mais je cède... Et puis j'aime les couvertures bien pétantes de Zulma (ça c'est de l'argument...)

Écrit par : keisha | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

Ton commentaire m'a bien intéressée car ce livre fait parti des futures acquisitions de la bibliothèque de mon entreprise dont je m'occupe bénévolement.
Pour ma part, je n'aime pas les couvertures de cet éditeur : je les trouve trop agressive pour les yeux, encore que celle-ci est plutôt soft...

Écrit par : aproposdelivres | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

J'avais déjà noté "on s'y fera" du même auteur, je vais donc noter celui-ci, aussi.

Écrit par : antigone | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

"On s'y fera" ne m'avait pas convaincue (et avait suscité des avis très divers). Mais comme il s'agit de nouvelles, ce n'est pas avec celui-ci que je donnerai une nouvelle chance à cet auteur.

Écrit par : Brize | 20/05/2009

Répondre à ce commentaire

@ cuné : welcome :)
@ freude : j'aime de plus en plus les nouvelles !
@ kathel : c'est un Iran loin des clichés, et une jolie plume qui me donne envie de lire les autres romans de ZP
@ hambre : je ne dirais pas original (d'autres ont abordé les mêmes thèmes) mais vraiment sympathique
@ keisha : tu as tout à fait raison :) et j'aime bcp les couvertures de Zulma, mais aussi, tout simplement, leurs livres : le papier est de qualité, le format très bien, ils sont très bien faits !
@ aproposdeslivres : elles ne sont pas toutes agressives, regarde celles de JMBlas de Robles, Marcus Malte (soupir) ou Pascal Garnier... c'est assez soft, non ?
@ antigone : si nos goûts concordent encore, tu devrais l'aimer !
@ brize : tu n'aimes pas les nouvelles ? Je trouve au contraire que c'est un bon moyen de "tester" un auteur à qui on veut donner une seconde chance, ou de le découvrir, parfois.

Écrit par : amanda | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

quand j'aurais fini les livres de Landerneau, je te l'emprunterais bien

Écrit par : Stéphanie | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

Amanda, j'ai une réticence avec les nouvelles, parce que j'aime bien être "plongée" dans un roman, immergée au point que je n'ai pas envie qu'il prenne fin : le format de la nouvelle me donne donc l'impression que je vais être frustrée, car à peine installée dans le récit, je vais en être délogée.

Écrit par : Brize | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

Passionnée par la culture de ce pays si diversifiée, si riche, je note !

Écrit par : liliba | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

Il me tente bien celui-là ! J'avais lu Comme tous les après-midi que j'ai beaucoup aimé donc...

Écrit par : BelleSahi | 22/05/2009

Répondre à ce commentaire

Et me voilà, une fois de plus, tentée... :) Bon week-end Amanda !

Écrit par : Celsmoon | 22/05/2009

Répondre à ce commentaire

@ stéphanie : d'accord !
@ brize : je te cmomprend, et j'adhère. Ceci dit, les petits récits comme les nouvelles me permettent aussi de saisir quelques instantannés de vie (j'ai dû déjà le dire, ça !)
@ liliba : note donc, tu aimera certainement
@ bellsahi: donc note aussi ;)
@ celsmoon : bon week end à toi aussi !

Écrit par : amanda | 22/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'avais pas été emballée par "On s'y fera", mais j'aime bien les nouvelles. Du coup, contrairement à Brize, je serais plutôt tentée par ce recueil : d'après ce que tu dis, il semble reprendre les qualités que j'avais trouvées à "On s'y fera" sans les défauts... A voir, si le destin le met sur ma route! ^_^

Écrit par : Lucile | 24/05/2009

Répondre à ce commentaire

Ecoute, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter à ce que tu dis de ce recueil de nouvelles, tout est juste ! :-D
J'ai pris beaucoup de plaisir à déambuler dans l'Iran contemporain de Zoyâ Pirzâd, je trouve qu'elle est malicieuse dans ses récits et c'est une vraie bouffée de fraîcheur, merci encore !
Je fais suivre directement à Stéphanie, plutôt qu'il repasse par chez toi :-D
(Ma nouvelle préférée est aussi "L'appartement" !)

Écrit par : Cuné | 26/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne pensais pas relire cet auteur après "On s'y fera" mais je te fais confiance... merci pour ce joli article :)

Écrit par : Lou | 26/05/2009

Répondre à ce commentaire

@ lucile : tu devrais aimer :)
@ cuné : je t'en prie :)
@ lou : je t'en prie aussi !

Écrit par : amanda | 27/05/2009

Répondre à ce commentaire