Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« ELLE c'est fini : papotages | Page d'accueil | DU BON USAGE DES ETOILES – DOMINIQUE FORTIER »

29/05/2009

LES ENGAGES – JOSEF LADIK

Paris, 2045. Anne Ripley, DRH de la Compagnie (société chargée de centraliser, organiser, gérer les questions de sécurité de ladik.jpgl’Etat), amorce une bombe électromagnétique près de Gorgone, le système central de sécurité où sont stockées toutes les données concernant l’ensemble de la population. L’explosion déclenche émeutes, folies, affolement, et provoque la perte de mémoire de la jeune femme.

 

Les services de sécurité ont quelques semaines à peine pour stimuler la mémoire d’Anne et remonter la piste des terroristes.

 

Dans cette société futuriste mais pas si lointaine, les dérives sécuritaires sont à leur comble : recensement et contrôle de la population grâce à une puce électromagnétique implantée dans le cerveau, les anciens attentats et émeutes ont plongé la population dans une anxiété permanente, donnant toute liberté à l’Etat d’étendre son contrôle sur le pays. Un groupe de « traqueurs », opposants à l’Etat totalitaire, va tenter de récupérer Anne et détourner les plans du gouvernement.

 

 

 

Je n’avais pas lu « Le maître des noms », le premier volet paru l’an dernier, mais quelques retours en arrière m’ont permis de me plonger sans souci dans ce deuxième volet. Et plonger est bien le terme qui convient. On y plonge, on s’y enfonce, et ne peut le lâcher avant d’avoir touché le fond, perdu le sommeil et avoir été secoué plus d’une fois par les nombreux rebondissements, étonnants et implacables.

 

 

Manipulation des masses par un état totalitaire, dirigé par un Président nerveux et colérique, (aimant les montres suisses, ça c’est pour l’anecdote) (dont seul le titre est donné, jamais son nom, le réduisant à une entité suprématiste et glaciale), psychoses sécuritaires, détournement de l’information, nous voilà dans un futur suffisamment argumenté pour être crédible, et qui, dans les dernières pages, offre un retournement de situation saisissant.

 

Un page turner diablement efficace, qui ne bouleversera peut-être pas le genre, mais fera oublier, pour quelques heures, tout le reste. Pas si mal, en fin de compte, non ?

 

 

 

Les engagés, Josef Ladik

Editions First, 413 pages, mai 2009

 

 

 

L’avis de Dda, du Biblioblog, sur le premier volet « Le maître des noms »

Commentaires

Grace à ton billet, je vais lui redonner une chance !:)

Écrit par : cathulu | 29/05/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu le premier l'été dernier. L'intrigue était plutôt pas mal mais il y avait beaucoup de coquilles et de phrases plutôt bancales qui m'ont pas mal énervée ! Je veux bien prêter ce premier volume à qui souhaite commencer par le début.

Écrit par : SBM | 29/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas très tentée, tant mieux pour ma LAL !

Écrit par : kathel | 29/05/2009

Répondre à ce commentaire

@ cathulu : je pensais que tu l'avais lu en fait
@ SBM : c'est très gentil à toi !
@ kathel : ok :)

Écrit par : amanda | 29/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis quasi sûre qu'il va me plaire :) je note, je note :)

Écrit par : celsmoon | 29/05/2009

Répondre à ce commentaire

Rebondissements inattendus, intrigue prenante... j'en ai besoin ces temps-ci. J'essaierai peut-être mais si ce n'est pas mon thème de prédilection au premier abord!

Écrit par : Karine :) | 29/05/2009

Répondre à ce commentaire

@ celsmoon : note !
@ karine : si tu n'es pas chargée à Books (ou autour) je te le passe.

Écrit par : amanda | 01/06/2009

Répondre à ce commentaire

Ton billet est intéressant mais le thème du livre ne me plaît pas. C'est dommage !!!

Écrit par : Hambre | 01/06/2009

Répondre à ce commentaire

Ca ne m'aurait pas du tout attirée sans ton billet enthousiaste... Si je le croise, un jour... :)

Écrit par : Lucile | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre lecture et à celles qui ont laissé des commentaires, toujours intéressants (rien n'échappe à Gorgone ;-).

Dans les Engagés j'ai essayé de mettre l'accent sur les interactions entre les personnages, le rythme et les rebondissements, sur fond de préoccupations sociales, pour celles et ceux qui utilisent les technologies pour le meilleur, mais pourraient se les voir imposer pour le pire.

Écrit par : Josef Ladik | 07/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ lucile : ok !
@ joseph ladik : merci de votre passage ; pour le pire... c'est le cas dans les Engagés avec un exemple édifiant qui parait à la fois totalement iréel, mais finalement assez plausible. Le retournement final m'a bluffée, je dois dire.

Écrit par : amanda | 07/06/2009

Répondre à ce commentaire