Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« BOOKS AND THE CITY 2009 THE END | Page d'accueil | AU DELA DU MAL – SHANE STEVENS »

10/06/2009

DE MANIERE A CONNAITRE LE JOUR ET L’HEURE – NICOLAS CAUCHY

The big deal. Mon Big Deal. Mon apothéose, mon apogée, mon heure de gloire, celle qui résonnera longtemps comme le gong, le zénith de ma carrière, de ma vie, de ma famille. Je suis l’homme d’un empire et j’ai 54 ans aujourd’hui.

 

Ma femme, mes fils, mes belles-filles et mes petits-fils sont venus fêter ça. Ensemble, nous allons arroser cette victoire, célébrer dignement la signature du contrat qui scellera mon triomphe et fera de mon empire le plus fort et le plus indestructible. L'Empire. Le mien.

 

Mais voilà : dans ma maison bourgeoise, ce 21 juin où le soleil devrait briller sans la moindre parcelle d’ombre, Gabriel mon ami d’enfance vient sonner. Gabriel mon vieux copain, porteur d’une nouvelle. Gabriel que je fous dehors, Gabriel l’oiseau de malheur. Ils sont tous là, Sophie, Alexis, Guillaume, Pierre, Camille, Amélie et les enfants. Ils sont tous là et ne savent pas encore que dans une semaine, je serai mort et qu’ils se retrouveront ici le 27 juin pour m’enterrer.

 

**


cauchy.jpg

 

Un roman choral où tour à tour chacun des membres de la famille de Jean, l’entrepreneur, le grand bourgeois décédé, prend la parole et raconte ses frustrations, ses colères, ses jalousies et ses rancoeurs et ouvre les portes de cette famille finalement ordinaire ; un roman servi par un style fluide, concis et efficace, parfaitement maîtrisé. Un roman qui se lit avec avidité, dans lequel on plonge brutalement pour en ressortir impressionné et ravi.

 

**

 

« Alors nous aurions consulté nos vieux agendas, et il aurait suffit de quelques mots écrits, le titre d’un ballet de Forsythe, The loss of small details, pour se souvenir de la lumière entre nous deux, de la chaleur qui nous avait pris à la sortie du théâtre du Chatelet, de la foule encore, à cette heure-là, et de cette discussion enflammée avec Benjamin – tu te souviens de lui ? – dans un café du coin, sur l’avenir de la chorégraphie dans un contexte mécanisé par la suprématie des ordinateurs.

 

Et maintenant, même date, trente ans auparavant.

 

-         Regarde ce que j’avais noté : « Confo, clic-clac, 8h30 / 12h30. »

 

La date de livraison de notre premier achat commun, pour notre studio de la rue des Saint Pères, notre nid d’amour, c’est facile de l’appeler comme ça aujourd’hui, hein ? Un bocal pour deux poissons seulement, qui nous obligeait à vivre empilés, ce qui nous allait bien en tant que sardines filiformes, l’un contre l’autre devant la télé, l’un dans l’autre dans ledit clic-clac, toi sur moi au fond de la mini-baignoire où je n’arrêtai pas de me brûler contre le robinet d’eau chaude.

 

Continuant par hasard, remontant le temps, nous serions tombés sur une première date vide, suivie d’une semaine complète, puis de tout un mois sans rien. Nous nous serions affolés, disant : « Attends, je vais regarder sur le mien, il doit bien y avoir quelque chose », tournant en même temps les pages vides, sinon, ici ou là, un rendez-vous chez le docteur Untel, un comité exécutif, une couleur pour toi chez JM Robin, et puis plus rien, des pages et des pages privées de vie, sans plus aucune trace de nous, qui avons continué à vivre pourtant non ? Toutes ces années, qu’avons-nous fait ? Rien de très précieux, rien qui mérite d’être conservé, que du perdu pour toujours, quelqu’un sera passé derrière nous pour ramasser les restes et les aura jetés. Ca n’avait pas d’intérêt.

 

Et nous aurions conclu : nos agendas, s’ils sont vides, c’est que nous n’avons plus d’histoire commune. On pourrait en raconter le début, sur une pièce de Mishima. Mais comment dire la fin ? On ne sait même pas où ça s’est arrêté. »

 

 

 

 

De manière à connaître le jour et l’heure – Nicolas Cauchy

Robert Laffont, 286 pages, juin 2007

 

 

 

 

Merci à Caroline pour le prêt ! Les avis de Cuné, Tamara, Laure, Sylvie (qui spoile), Lucile, Laiezza,

Et la lettre que Laetitia a écrit à Nicolas C après avoir lu ses livres !

 

 

 

07:09 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

Commentaires

Merci pour cette jolie découverte !!!

Écrit par : Hambre | 10/06/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime bcp les extraits, je note immédiatement. Merci ;-)

Écrit par : Theoma | 10/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu il y a un petit moment et il m'avait à moi aussi beaucoup plu !

Écrit par : clochette | 10/06/2009

Répondre à ce commentaire

super :)
je suis la suivante sur la liste? ou il part autre part?
(c'est bien connu, je n'ai pas grand chose à lire :))

Écrit par : Stéphanie | 11/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne fais qu'un rapide passage l'éclair car je dois partir travailler, mais je suis ravie ravie ravie ! ;-)

@ Stéphanie : Ce n'est pas comme si j'avais deux romans chez moi pour toi... ;-)

Bonne journée à toutes !

Écrit par : Caroline | 11/06/2009

Répondre à ce commentaire

Tu ne l'avais pas encore lu ? Ça m'étonne que Caroline n'ai pas réussi à te convaincre plus tôt de le faire :D

Écrit par : In Cold Blog | 11/06/2009

Répondre à ce commentaire

Bon allez, je n'interviens pas souvent sur les blogs, mais là, voilà, ton billet du jour me va droit au cœur pendant cette période de doute et même de panne, depuis que Laffont a refusé mon nouveau manuscrit ; plus qu’une incapacité à m’y remettre, une amnésie : ah bon, j’ai écrit des livres ? C’est là quand même ; ça existe. Malgré tout.
Ma réponse (à quelle question ?), c’est pour te dire merci.

Écrit par : Nicolas | 11/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ hambre : je t'en prie!
@ theoma : tu fais bien de noter (il faut aussi noter son premier roman)
@ clochette : ah ! our une fois nous partageons le même avis !!
@ stéphanie : je ne sais plus qui est après, je vais demander à C. Et... ce n'est pas comme si tu n'avais aucun roman à lire, oui, même le ou les miens qui sont déjà chez toi !!
@ caroline : bonne journée alors:)
@ ICB : convaincue, je l'étais, en attente aussi, qu'il arrive !
@ nicolas : merde alors. Tu as essayé chez d'autres que RL ? Oui tu as écrit des livres. Deux. Très bons d'ailleurs. Alors persiste. Et, pour répondre à ta non question : je t'en prie :) et en plus, une bise. Non, deux.

Écrit par : amanda | 11/06/2009

Répondre à ce commentaire

Amanda, une nouvelle soirée littéraire ca vous dis ? Ce ne sera pas le prix des lectrices, mais une soirée authentique organisée par Stéphane Million Editeur qui publie de jeunes auteurs ! les infos sont ici :http://albertine.vefblog.net/9.html#SOIREE_LITTERAIRE_mardi_16_juin_BORDEL_a_la_Galeri

Écrit par : ALbertine | 11/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ albertine : c'est adorable et j'aurais eu plaisir à vous revoir (parce que je suis sure de vous "situer" physiquement depuis la soirée ELLE !) mais je prends l'avion tôt le 17 et ce serait déraisonnable pour moi de participer à la soirée Bordel du 16 :) merci encore :)

Écrit par : amanda | 11/06/2009

Répondre à ce commentaire

Alors que les livres de l'auteur, a priori, ne m'attiraient pas en raison des thèmes traités (pourvu qu'il ne revienne pas fureter par ici, Nicolas !), tu as présenté ce roman de telle sorte que tu m'as donné envie de le lire (t'es trop forte, Amanda... et il y a quelque chose à la fin de ton billet qui m'a fait sourire, me rappelant notre conversation au dîner de Books ;) !). Et puis il y a ce bel extrait que tu cites, avec ce passage que je trouve extraordinairement frappant : "Toutes ces années, qu'avons- nous fait ...".
Et comme ce roman (ça, c'est pour rassurer Nicolas, si malgré tout il revient par ici ! ) figure au catalogue de plusieurs des annexes du réseau des bibliothèques de ma ville (preuve que ce livre a connu un beau succès), peut-être serai-je impardonnable si je ne le lis pas ?

Écrit par : Brize | 12/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ Brize : Après la bourde que tu as faite l'année dernière au repas de Books (tu te souviens ?), tu n'as pas d'autres choix que de lire un roman de Nicolas Cauchy !!!

Écrit par : Caroline | 12/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ brize : je plussoie ce que te dis Caro : lis ses romans !!

Écrit par : amanda | 13/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ Caroline : euh, en fait, je me souviens d'une bourde commise à la remise du Prix des lecteurs du livre de poche, mais pas au dîner de Books ! Donc, sois tu confonds, soit j'en ai commis 2... ce qui est tout à fait possible !!!
signé : Gaston (poussé à la confusion Nicolas/David... because y'en-a-qui-ont-des-auteurs-chouchous-que-je-mélange ;)!)
Bon, je ne veux pas aggraver mon cas, mais en lisant le billet d'Amanda, j'en étais encore à essayer de mettre le bon visage sur le nom !

Écrit par : Brize | 13/06/2009

Répondre à ce commentaire

Encore un auteur que je ne connais pas... je finis par me sentir vraiment inculte à force de lire tous vos billet sur des livres dont je n'ai jamais entendu parler ;-)

Écrit par : liliba | 14/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ liliba : tss... on ne peut pas tout connaitre (même si, ici, Nicolas Cauchy nous a largement été présenté, vanté, par Caroline :))

Écrit par : amanda | 15/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je me souviens l'avoir dévoré ! ;-)
Bonne semaine Amanda, à bientôt, bisous !

Écrit par : Florinette | 15/06/2009

Répondre à ce commentaire