Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Yellow city | Page d'accueil | Manhattan story »

25/06/2009

LE CINQUIEME EVANGILE – MICHEL FABER

Le monde du livre est en ébullition.

On a retrouvé enfoui dans un musée irakien, soigneusement caché dans une statue de femme enceinte, un manuscrit écrit en araméen. Theo Griepenkerl, universitaire et spécialiste de l'araméen, traduit le manuscrit : il s'agit des mémoires de Malchus, qui a accompagné le Christ jusqu'au Mont Golgotha, et a recueilli ses dernières paroles.faber.jpg

Le manuscrit est une bombe pour nombre de chrétiens de part le monde. Pour les musulmans et juifs aussi. Dan Brown peut aller se rhabiller avec son Da Vinci Code, en quelques semaines 28 millions d'exemplaires sont achetés par des hordes de lecteurs enflammés.

Bon. En fait, Theo est plutôt opportuniste et au fond de lui pas très convaincu de l'intérêt historique du journal de Malchus, qu'il trouve en fait « chiant, très chiant ». La minuscule maison d'édition qui édite le roman non plus, mais tous deux vont se trouver totalement dépassés par le succès et l'impact du manuscrit.

J'ai souvent ri à la lecture de ce nouveau roman de Michel Faber. Le ton est délicieusement ironique, satirique, et le petit monde de l'édition en prend pour son grade. Publier, vendre, faire vendre. Même des merdes s'il le faut, tant pis si l'on gruge le lecteur et tant mieux pour les ventes. Hilarant, aussi, le passage où Theo dévore les commentaires des internautes sur Amazon et se délecte des polémiques et âneries qui y sont déposées.

Le vague historien devient auteur à succès et prend la grosse tête. Il dépasse même Dan Brown, c'est dire (!).

En dehors de l'humour, ne pas s'attendre à une histoire crédible ou vraisemblable. J'ai peut-être regretté que l'histoire reste très superficielle et peu fouillée, et que le roman se termine quelque peu en « eau de boudin », mais il m'en reste un souvenir drôle, assez irrévérencieux et gentiment provocateur.

Sympathique, donc, divertissant, mais largement en dessous de « La rose pourpre et le lys » (avec lequel de toute façon il n'est comparable ni pour le style ni pour l 'histoire).

 

Le cinquième évangile, Michel Faber,

Editions de l'Olivier, 197 pages, juin 2009

 

L'avis de Cuné que je remercie pour le prêt.

 

 

 

Commentaires

A cause du titre, je pensais à un énième épigone de Dan Brown, mais en fait, c'est plutôt une caricature on dirait...

Écrit par : Ys | 25/06/2009

Répondre à ce commentaire

Ah ce livre me tente, surtout que cet auteur m'intrigue depuis longtemps car je le croisais de temps à autres sur un forum il y a quelques années, sans même savoir qu'il écrivait à l'époque :)
J'ai "Le rose pourpre et le lys" chez moi, mais je ne l'ai encore pas lu...

Écrit par : Cryssilda | 25/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ Ys : plus qu'une caricature du roman de DN lui-même, c'est une caricature de l'accueil fait à ce genre de roman ;)
@ cryssilda : il faut lire "la rose pourpre..." : loong, mais bon ;)

Écrit par : amanda | 25/06/2009

Répondre à ce commentaire

Ah voilà un livre que j'adorerais lire cet été! Il faudrait que je l'emprunte à la biblio. Ca m'a l'air hilarant!

Écrit par : Juliann du BookieBlog | 27/06/2009

Répondre à ce commentaire

Il est toujours bon de moquer un système devenu un peu trop obnubilé de chiffres et qui oublie bien vite les lettres !
Je note celui-ci dans mes lectures à venir en tout cas…
:-))

Écrit par : Filaplomb (éditeur de bonnes nouvelles) | 30/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ juliann : oui, c'est drôle :)
@ filaplomb : bienvenue ici :)

Écrit par : amanda | 01/07/2009

Répondre à ce commentaire