Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« CARREFOUR DES NOSTALGIES – ANTOINE LAURAIN | Page d'accueil | LE MEC DE LA TOMBE D’A COTE - KATARINA MAZETTI »

28/08/2009

LE ROI DU CINEMA MUET - INDRAJIT HAZRA

Nous sommes à Calcutta au début du vingtième siècle. Le jeune Abani Chetterjee voit la carrière de son père, fonctionnaire deshazra.jpg Chemins de Fer Indiens, brutalement interrompue après un stupide incident. L’arrivée de son oncle au sein du foyer familial va lui ouvrir les portes du bioscope indien, encore frémissant, tout juste né et prenant peu à peu la place du théâtre auprès des spectateurs.

Le jeune Abani deviendra technicien, souffleur, puis enfin acteur de ce nouvel art tout juste balbutiant quoique encore muet : le cinéma (bioscope, donc).

 

De la carrière d’un jeune candide devenu étoile montante du cinéma, la vie pleine d’entrain de Calcutta, la montée du nationalisme en Inde, à travers la carrière ascendante d’Abani, nous voici plongés dans une fable agréable nous racontant la naissance puis la chute d’un acteur adulé.

 

C’est amusant, notamment les nombreux passages sur le métier de comédien, souvent tourné en dérision (non pas le métier lui-même, mais dans l’approche que Abani en a, totalement dépassé par son succès, ou celle des producteurs), c’est intéressant du point de vue historique (naissance du cinéma muet, approche des industriels et des spectateurs vis-à-vis de ce nouvel art vis-à-vis du théâtre, montée du nationalisme). Les chapitres sont entrecoupés d’ « Entractes » qui nous plongent dans des scenarii souvent édifiants (le récit du tournage du « Trou noir de Calcutta est assez drôle et nous montre bien comment un cinéaste peut assaisonner l’histoire pour la rendre vendable, donc bankable), l’histoire de ce jeune homme est touchante, mais, en lisant certains critiques sur des sites anglo-saxons, évoquant nombreux jeux de mots et allusions historiques précises, je ne saurais dire si la traduction ne reflète pas les jeux de mots ou si je manque de connaissance en histoire de l’Inde : j’ai passé un assez bon moment, ai apprécié la caricature d’un nouveau bioscope se voulant commercial, quitte à vendre du sein pour faire venir le public, mais je ne crierais pas au chef d’oeuvre non plus.

 

 

Leiloona en parle aussi aujourdhui.

 

 

 

  

Le roi du cinéma muet – Hindrajit Hazra

Le cherche midi, Août 2009, 370 pages

challenge-du-1-litteraire-2009.jpg

 

Commentaires

Comment vendre un film, je n'en sais rien, mais pour comment vendre un livre, il suffit de te lire ! Malgré ton avis mitigé sur la fin, l'idée m'intéresse beaucoup, je note précieusement pour mon propre challenge du 1%...
La couverture est belle, on dirait vraiment une jaquette de film !

Écrit par : erzébeth | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

Je le note aussi, bien envie de le découvrir.

Écrit par : Stephie | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup la couverture ! Mais je viens de lire "Si loin de vous" sur la période du cinéma muet, alors je passe !

Écrit par : kathel | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

Décidément, le cinéma muet est à l'honneur ! Noté !

Écrit par : freude | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

Billet prévu dans la journée pour ce livre ! :D
Et je partage le même point de vue que toi.

Écrit par : Leiloona | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

@ erzebeth : je l'ai laissé à ma mère, je ne peux pas te l'envoyer, dommage
@ stéphie : j'espère qu'il te plaira donc!
@ kathel : c'est vrai qu'après Nina Revoyr, c'était un peu beaucoup, peut-être, pour moi
@ freude : ;)
@ leiloona : je surveille ton billet donc:)

Écrit par : amanda | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

C,est un thème vraiment à l'honneur ces temps-ci... Bon, pour ma part, je vais attendre un peu... je ne sais pas si le cinéma muet en Inde m'intéresse autant que le cinéma muet à Hollywood... je suis bizarre, parfois!!

Écrit par : Karine:) | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

Juste par curiosité, c'est écrit en anglais ou en hindi ou autre langue de l'Inde ? Apparemment le cinéma tient une très grande place en Inde, alors c'est une bonne idée de roman !

Écrit par : levraoueg | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne lis pas ton billet car je vais le recevoir grâce à BOB :) Je garde ce billet en mémoire pour revenir voir ton avis dès que j'aurais lu le mien :)

Écrit par : Ankya | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

@ karine : pour ma part, j'ai trouvé cette "plongée" ds le cinéma indien plus intéressante parce que moins connue, mais je suis aussi bizarre parfois;)
@ levraoueg : tu me poses presque une colle puisque le livre est à 750 km d'ici, mais de mémoire c'est traduit de l'anglais, j'en suis quasi sûre
@ ankya : bonne lecture donc;)

Écrit par : amanda | 28/08/2009

Répondre à ce commentaire

Pas réussi à entrer dedans, malgré une réelle bonne volonté : c'est amusant, je l'ai laissé moi aussi (mais à ma belle-mère) qui était tentée :)

Écrit par : Cuné | 29/08/2009

Répondre à ce commentaire

@ cuné : il manque quelque chose à ce roman. Un petit plus, un truc qui entraîne le lecteur...

Écrit par : amanda | 30/08/2009

Répondre à ce commentaire

Bon ben ça y est je l'ai abandonné. Je ne sais pas. Le style peut être ? Je n'ai pas été réceptive à cette histoire, au style, aux évènements.

Écrit par : Ankya | 05/10/2009

Répondre à ce commentaire