Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LES HEURES SOUTERRAINES – DELPHINE DE VIGAN | Page d'accueil | A la table de Yasmina - Maruzza Loria, Serge Quadruppani »

09/10/2009

A POIL EN CIVIL – JERRY STAHL

Nous sommes à Marylin city, qui aurait pu s'appeler Monroe City mais Marylin c'est plus sympa. Tony Zank est un braqueur à la petite semaine, accro au crack (et à plein d'autres substances hallucinogènes) qui surgit dans la maison de retraite stahl.jpgoù se trouve sa mère. Ce qu'il veut, c'est lui extorquer le nom de l’infirmière qui a volé une photo qu’il avait soigneusement dissimulée sous le matelas de maman, pensant que personne n'irait chercher sous une vieille peau son plus précieux trésor. Il est accompagné de son complice Mc Cardle, aussi fêlé que lui. Maman, puisqu'elle ne veut rien dire, passe par la fenêtre. Elle ne saute pas, c'est Tony qui la balance.

 

Simultanément, Tina, l’infirmière en question, assassine sans le vouloir son mari en lui faisant boire une mélange céréales- débouche évier- verre pilé. Et comme l’inspecteur qui mène l’enquête tombe aussi sec fou amoureux d’elle, elle va s’en sortir, l'heureuse femme.

 

Donc, si vous avez bien suivi, Toni et Mc Cardle veulent la photo. Tina a la photo. Toni et Mc Cardle partent donc à sa recherche. Parce que cette photo vaut de l’or, dans la mesure où on y voit un certain George W. (oui, George W. le seul, l'unique) en très intéressante posture, au vu de son visage radieux et de son sourire épanoui devant le traitement... buccal que lui inflige la maire de Marylin city, qui n’est autre que l’ex-femme du flic qui est amoureux de Tina… Pour sûr qu'une photo des.... soyons polis, ... parties de Georginou, ça vaut la peine de se battre pour la récupérer, hein ?

 

Vous êtes toujours là ou vous voulez une aspirine ?

 

Déjanté, loufoque, le roman démarre en grande pompe et on s’amuse beaucoup. Situations barrées, personnages croqués avec humour, le tout est comique tout en traçant un portrait acide d’une certaine Amérique, celle des petites banlieues, des politiciens du dimanche, des flics arrivés là par hasard et des truands minables qui entrent dans le métier à 6 ans et moins, faute d’autre perspective.

 

On se marre, il y a du Westlake là-dedans… au début. Sauf que Westlake, c’est hilarant, je suis fan, mais ça ne se passe pas systématiquement en dessous de la ceinture et ce n’est pas sanguinolent juste pour le plaisir de voir le sang gicler à chaque page.

 

Du coup, au bout de 318 pages et moult chevilles arrachées avec ligaments en tendons qui pendouillent (surtout si ce sont celles d’un caïd de 5 ans armé d’un colt 45 et shooté à l’héro), viols, scènes de sexe gratuites et intentionnellement gore, je pose. Même si certains retournements de situations continuent à me faire sourire, le reste me gonfle un peu. D'autant que je me contrefous des testicules de W.

 

Zut, j'ai été triviale, là.

 

 

 

A réserver aux amateurs du genre.

 

A poil en civil, Jerry Stahl, Rivages Noir, 460 pages.

L'avis du Cafard Cosmique, davantage conquis et qui à ce roman un coté "tarantinesque".

 

 

 

Commentaires

"assassine sans le vouloir son mari en lui faisant boire une mélange céréales- débouche évier- verre pilé. " quelle étourdie!:) pour une fois la couv' criarde et racoleuse semble bien correspondre au contenu...

Écrit par : cathulu | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

J'avoue, je suis juste venue pour le titre, rires !

Écrit par : Stephie | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

Encore il se serait agit de Barak, bon, pour la beauté de la chose peut-être, mais doubleyou.. :)

Écrit par : Cuné | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

Tu m'as tout l'air d'être dans un trip polar "fendar". Je ne pense pas que je lirai celui-ci, mais ton billet est trop drôle et le commentaire de Cuné aussi (je suis d'accord avec elle, mais c'est le "doubleyou" qui me fait rire)

Écrit par : virginie | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

Aaaaah, du sanglant. Vivement la prochaine pleine lune !

Écrit par : LVE | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

Tu t'es abonnée aux polars aux titres délirants ?

Écrit par : Ys | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ cathulu : au bout de 318 pages je n'avais toujours pas compris le rapport avec ce maillot de bain:)
@ stephie : ;))
@ cuné : tout à fait !
@ virginie : le libraire me l'a vanté comme un cousin de Westlake à mourir de rire... ben, non, finalement !
@ LVE : je me demande si un vrai truc de loups garous et autres "vampiretés" e serait pas mieux, tu sais !
@ Ys : j'aime les titres délirants !

Écrit par : amanda | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

Zut, ça commençait bien, avec l'ambiance loufoque-déjantée ! Mais le côté gore, très peu pour moi (encore, quand c'est un film, on peut toujours fermer les yeux (même si on n'échappe pas aux bruits sinistres) mais là !!!) !

Écrit par : Brize | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

Heu... des trucs pendouillants, même si c'est déjanté, je pense que je vais passer!!! Brrrr!

Écrit par : Karine :) | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'aurais pas daigné soulever ce roman si je l'avais trouvé exposé sur un présentoir, et je ne le ferai pas davantage après avoir lu ton article, Amanda ;)
De toute façon, j'imagine mal qu'un roman puisse être rendu loufoque quand on le saupoudre à la consommation de drogues...
Ze passe.

Écrit par : Reka | 10/10/2009

Répondre à ce commentaire

318 pages sur 460 c'est pas mal quand même !

Écrit par : Emeraude | 11/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ brize : tout à fait : j'aime beaucoup Tarantino par exemple, mais là... non;)
@ karine : même pas au petit déjeuner ?!
@ reka : pour la drogue, c'est souvent un moyen de moquer ou dénoncer.. et là, ils sont tellement accros qu'ils sniffent n'importe quoi, pourvu qu'il y ait de l'alcool...
@ emeraude : oui, mais en me forçant, tout en souriant (j'ai râlé dès le milieu, mais un retrournement m'a fait bien rire, donc je continuai.. et puis au bout d'un moment je me suis dit que bon.. j'avai autre chose à faire ou à lire:)

Écrit par : amanda | 12/10/2009

Répondre à ce commentaire

mais dis donc, ce roman c'est trop canon; on y trouve des actions assez woooooooooooooow; tuer son mari sans le savoir!!!!!!!!!! mais c'est trop dingue et çà paraît intéressant surtout qu'il diffère d'un grand nombre de romans..........

Écrit par : Rudie | 12/10/2009

Répondre à ce commentaire

rudie : heu... oui, tout dépend des goûts :)

Écrit par : amanda | 14/10/2009

Répondre à ce commentaire

mais bien sûr Amanda; dis-moi, j'ai raison où j'ai pas raison

Écrit par : Rudie | 16/10/2009

Répondre à ce commentaire

Gloups!
Je pourrais être tenté... tout cela me rappelle, dans une certaine mesure, "American Rhapsody" de Joe Eszterhaz - qui parlait d'un autre président US, beaucoup plus rock'n'roll que son successeur...

Écrit par : Daniel Fattore | 19/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ daniel : je n'ai pas lu American Rhapsody" !

Écrit par : amanda | 20/10/2009

Répondre à ce commentaire