Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« ET MES BOUGIES ? dit Perette | Page d'accueil | 5 OCTOBRE, 23H33 – DONALD HARSTAD »

07/09/2009

COMME LA GRENOUILLE SUR SON NENUPHAR – TOM ROBBINS

Moi, quand je serais grande, je serai trader. Je ferais du fric, du pognon, j’écraserai tous les autres et j’aurai le plus bel robbins.jpgappartement dans le plus beau des buildings. J’aurai une Porsche et je montrerai à tout le monde qu’une petite nana des Philippines peut, elle aussi, se faire sa place au soleil, surtout à Seattle.

 

Gwendolyn sacrifie donc au rêve américain de pouvoir, d’argent et de réussite les quelques réticences morales qu’elle pouvait garder de ses origines modestes. (« L’argent. Le bel argent. Q-Jo soutient que c’est ton avidité de richesses matérielles qui est à l’origine de l’apparition des vingt-trois cheveux gris (elle les a comptés) dans ta crinière brune de  Philippine, mais tu sais que ce n‘est pas vrai : c’est le sang gallois du coté de ta mère qui est en cause. Et de toute façon il n’y a pas d’avidité en toi, pas de vulgaire cupidité IL s’agit plutôt d’un besoin biologique. C’est cela. A l’approche de la trentaine, tu entends le tic-tac de l’horloge. Seulement, toi, ce n’est pas des bébés que tu veux faire, c’est du fric. Tu ressens l’envie d’enfler, de devenir grosse de pognon et d’expulser des dollars en argent comme une machine à sous. »)

 

Quelques arrangements avec l’éthique ne vont pas l’empêcher de grimper les marches de la réussite, sauf que cette veille de Vendredi Saint la bourse s’effondre et les marchés s’écroulent. La voilà bien dans la mouise, la petite. Il faudra qu’elle rencontre un ancien trader exilé à Tombouctou, que le singe régénéré et kleptomane de son petit ami s’enfuie, que sa meilleure amie disparaisse pour que l’univers de Gwendolyn change subitement de perspective.

 

Métaphorique, rempli d’une imagination aussi débordante qu’abracadabrante, le style de Tom Robbins est un vrai détonateur : ça pulse, ça bondit et rebondit, le tout a l’air complètement barré mais recèle une vraie et implacable critique de notre bonne vieille société de consommation, Gwendolyn représentant à elle seule tout ce que le Nouveau Monde peut contenir de jeunes loups prêts à tout pour réussir. Ambition quand tu nous tiens…

 

Farfelu, donc, et drôlissime.

 

Sauf que.

 

Sauf que au bout d’un moment, l’humour parfois scatologique et souvent en dessous de la ceinture m’a quand même bien agacée.

 

Sauf que la façon dont Larry, le trader repenti, soigne son cancer m’a…. enfin, c’est cette scène qui m’a donné envie de tout arrêter. J’ai continué, parce qu’il y a quand même beaucoup d’humour et une sacrée bonne dose de cynisme derrière cette histoire ahurissante, mais bon… au final, ce n’est pas pour moi. Pas le moment peut-être, parce qu’en général ce genre d’humour ne me fait pas peur, mais là, ça n’a pas marché.

 

 

Comme la grenouille sur son nénuphar, Tom Robbins

Gallmeister, Août 2009, 424 pages

 challenge-du-1-litteraire-2009.jpg

 

Un grand merci à Brize pour le prêt !

Cathulu et Papillon, comme Brize, ont beaucoup aimé.

Commentaires

J'en suis au premier quart du livre, je ne ressens pas encore de fatigue, je verrai bien la suite des évènements ..

Écrit par : Aifelle | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

Ouais, bon, humour scatologique à excès... je passe ;)

Écrit par : Stephie | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

Je crois qu'il n'est pas pour moi ! L'univers des traders, de la bourse, du crach boursier, même avec de l'humour, je goûte à dose homéopathique ... Et puis, il y en a encore 658 à découvrir !

Écrit par : Nanne | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

Mouip', c'est vulgaire une Porsche...

Écrit par : LVE | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

question d'une inculte... ça veut dire quoi, scatologique? J'étais tentée mais comme Nanne, cet univers m'attire peu de prime abord... Le côté décalé m'attirait.

Écrit par : Karine:) | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

Zut c'est dommage, il me tentait beaucoup. Maintenant, il me tente encore mais un peu moins...

Écrit par : Restling | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

Brize en avait si bien parlé que je le voulais (sans le dire)... mais tu m'as grillée ...Bon, je vais négocier ça avec Brize...

Écrit par : keisha | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ aifelle : bonne fin de lecture alors:)
@ stephie : comme tu veux !
@ Nanne : 658, si tu comptes les découvrir tous... bon courage !
@ LVE : j'en parlerais à mon voisin... ;)
@ karine : quelque chose de scatologique a un rapport avec les excréments (tu dois connaître ça avec les petits enfants qui passent en général par une phase "pipi caca" vers 5 ans... C'est très décalé, ceci dit, ça pourrait te plaire:)
@ Restling, Keisha : il faut essayer par vous même, j'ai parfois un coté très "puritain" :)

Écrit par : amanda | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

Je me le garde donc ce baratineur de première !:)

Écrit par : cathulu | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

Ca ne m'a pas semblé si scatologique que ça... ;-)
C'est vrai qu'il y a beaucoup de scènes qui se passe dans les toilettes, mais d'un autre côté les écrivains qui abordent franchement la question du cancer du colon ne courent pas les rues...

@Cathulu : faudra que tu partages avec moi !

Écrit par : Papillon | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

En parlant de scatologique, as-tu entendu parler d'une auteure nommée Roche, qui a écrit les zones humides? j'ai lu quelques extraits et des chroniques... faut avoir le coeur bien accroché!

Écrit par : choupynette | 07/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ cathulu : je te le laisse:)
@ papillon : je dois être trop prude par moments :)
@ choupynette : j'en ai entendu parler, mais je ne l'ai même pas feuilleté, il me semble que je n'aimerais pas...

Écrit par : amanda | 08/09/2009

Répondre à ce commentaire

C'est vrai, la scène n'est pas très glamour mais, que veux-tu, au moins il s'agit d'un traitement naturel ! Quant aux autres notations qui t'ont agacée, j'avoue que je les ai trouvées plutôt marrantes mais je sais bien que nos lectures suscitent d'un individu à l'autre des réactions très diverses. Malgré cela, tu as pu apprécier la plume de l'auteur et son humour, je pense que ça valait le détour !

Écrit par : Brize | 08/09/2009

Répondre à ce commentaire

Ah, je n'avais pas retenu chez Brize que ce roman regorgeait d'humour bien gras ... bon, je passe définitivement mon tour. ;)

Écrit par : Leiloona | 08/09/2009

Répondre à ce commentaire

Ton billet me refroidit sacrément (je pensais que c'était ce genre d'humour) ! Mais la bonne nouvelle c'est que tu as déjà fait ton 1% !

Écrit par : levraoueg | 08/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ brize : tu as raison, je ne regrette absolument pas d'avoir lu Tom Robbins... mais celui-ci n'était pas pour moi, voilà tout!
@ leiloona : l'humour bien gras ne compose pas tout le roman, heureusement, mais j'ai bloqué sur une scène, puis deux... et du coup je suis devenie réfractaire à la suite, qui regorge pourtant de bonnes choses
@ levraoueg : ;))

Écrit par : amanda | 09/09/2009

Répondre à ce commentaire

Mince alors, je l'ai noté en rouge. Scato ? Pas trop envie surtout avec mon fiston qui est dans sa période caca depuis deux ans. Il paraît que ça dure encore quelques années :-((

Écrit par : Theoma | 11/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ theoma : ça m'a agacée, oui, mais d'autres ont aimé, à toi de voir

Écrit par : amanda | 11/09/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis assez d'accord avec toi.
J'aime le côté déjanté (et moi, je trouve les scènes en dessous de la ceinture plutôt réussies), mais il manque un truc pour que ça soit vraiment réussi. C'est un livre intéressant, pas un grand livre.

Écrit par : AnnaKa | 30/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ annaKa : nous sommes d'accord!

Écrit par : amanda | 01/10/2009

Répondre à ce commentaire