Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« MANHATTAN NOCTURNE – COLIN HARRISON | Page d'accueil | LA BOUFFE EST CHOUETTE À FATCHAKULLA – NED CRABB »

28/09/2009

TROIS FEMMES PUISSANTES – MARIE NDIAYE

Norah, Fanta, Khadi. Trois femmes africaines aux prises avec la souffrance et sous l’emprise des hommes. Le roman de Marie ndiaye.jpgNdiayé est composé de trois histoires distinctes (même si l’une ou l'autre apparaît fugacement dans le récit des autres femmes) : Norah, personnage principal du premier récit, est avocate, vit à Paris avec sa fille, son compagnon et la fille de celui-ci. Appelée par son père, elle retourne au Sénégal et retrouve son frère, Sony, emprisonné pour meurtre. Le deuxième récit est conté par Rudy, le mari de Fanta, désespéré de perdre celle qui a quitté l’Afrique pour le suivre. Khadi, dans la troisième histoire, n’a plus que sa dignité humaine pour tenir debout, avancer dans la misère et l’isolement le plus total.

 

Certes, Norah est sans cesse écartelée, déchirée entre sa conscience et ce père immonde qui rejetait l’existence de ses filles en attendant UN héritier, mais Norah a appris à se battre seule et s’est construite, tant bien que mal, avec ce sentiment d’inutilité profonde qu’avait semé en elle son géniteur. Certes Fanta a abandonné son pays pour suivre un homme qui l’aime trop mal, mais elle érige un mur de silence qui la protège et l’isole. Certes Khadi n’a rien, doit vendre son corps pour survivre, mais elle garde sa dignité, son identité, qui lui permet d’avancer et de rester debout, malgré tout.

 

Trois femmes puissantes est un roman dont la puissance m’aura peu touchée, et encore moins renversée. Sans m’endormir dessus, comme Papillon, je l’ai lu en restant plus ou moins à distance, selon les histoires : curieuse parfois, assommée à d’autres moments (le deuxième récit notamment), remuée, c’est vrai, par l’histoire de Khady, je ne peux nier que ces portraits de femmes sont touchants et qu’apparaissent en filigrane la violence faite aux femmes, leur position dans une société où les femmes sont laminées.

 

Marie NDiaye ne dénonce pas, ne milite pas ouvertement, elle propose des histoires où tout est dit à mots couverts, où il suffit de fermer les yeux pour atteindre l’indicible, la souffrance et la honte. Alors pourquoi ce roman, qui touche à quelque chose d’universel, de poignant, de douloureux, m’a-t-il laissée indifférente ? C’est la plume de Marie Ndiaye qui m’a rebuté. Des phrases longues, denses, des pensées qui se noient dans d’autres pensées, des phrases courtes et sèches, dont certaines m’ont paru lourdes (« Combien pesant devait être aujourd’hui, songeait Norah, le démon assis sur le ventre de Sony. »), je ne suis pas endormie, non, mais souvent ennuyée par le ton monocorde (et ce surtout dans le deuxième récit qui m’a tellement agacée que je me suis arrêtée plus d’une fois, mes pensées s’envolant bien loin du roman). Le troisième récit sauve le tout ; l’histoire de Khadi m’a remuée, il y a quelque chose de lumineux dans cette souffrance indicible, une dignité dans la déchéance infiniment respectable.

 

Du coup je me retrouve fort circonspecte, au moment de classer cette lecture dans mes catégories. Pas mal ? Sans plus ? J’hésite.

 

Ce sera Pas mal. Pour l'histoire de Khadi.

 

 

Trois femmes puissantes, Marie NDiaye

Gallimard, 317 pages, août 2009

 

 

Cathulu a eu le » cœur serré » en refermant son exemplaire,  Fashion le recommande et lui a trouvé des « figures féminines bouleversantes » (merci pour le prêt, d'ailleurs !), Lily qualifie ce roman d’ « important, bouleversant, unique et nécessaire ». Quant à Papillon, ce roman l’a laissée perplexe et elle a trouvé le style insupportable.

06:42 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : afrique, exil, souffrance, position des femmes, douleur | |  Facebook

Commentaires

Dans le 2 ème récit, la tension monte mais la femme est trop en creux. On ne voit pas assez ses déceptions...

Écrit par : cathulu | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

Je tenterai (en bibliothèque), mais il faudra que le style m'accroche car, pour ce qui est de la thématique des histoires, je la trouve décidément très (trop) sombre...

Écrit par : Brize | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

Ce que tu dis à propos de l'écriture de cette auteure ne m'étonne qu'à moitié...
Je l'ai vue à la Grande Librairie :
http://www.france5.fr/la-grande-librairie/index.php?page=article&numsite=1403&id_rubrique=1406&id_article=12875

Il se dégageait de cette femme une froideur que je ne saurais expliquer.
Bien sûr que ça n'empêche pas de la lire mais pour ma part elle attendra encore un peu ;)

Écrit par : Cynthia | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

Si quelqu'un s'est endormi dessus, je passe... je viens de terminer Le jeu de l'ange qui a à peu près eu le même effet!!

Écrit par : Jules | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

Beaucoup d'échos, mais une envie totalement absente...

Écrit par : LVE | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis en train de le lire, et c'est vrai que le premier récit m'a pour l'instant déçu. TRop froid, et un style trop ampoulé. Je commence le deuxième... je verrai bien.

Écrit par : elfe | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ cathulu : j'ai trouvé que son mari occupait trop l'espace, du coup, il cannibalise les ressentis du lecteur..
@ brize : je te comprends :)
@ cynthia : merci pr le lien, j'ai entendu parler de cette émission (pas vue) je vais aller voir ça par moi-même
@ jules : d'autres ont aimé, tu sais, tout est question de perception et attentes personnelles :)
@ LVE : même avec une glace chantilly de Berthillon ?!
@ elfe : j'attends de lire ton avis alors !

Écrit par : amanda | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

des phrases longues... brrr je passe

Écrit par : Stéphanie | 28/09/2009

Répondre à ce commentaire

J'en ai un peu assez de ces auteurs qui écrivent pour ne rien dire avec des phrases et des paragraphes qui n'en finissent pas! Je crois que je vais passer mon chemin pour ce roman!

Écrit par : Mireille | 29/09/2009

Répondre à ce commentaire

Les avis sont mitigés : au départ je voulais à tout prix le lire, mais je suis de plus en plus sceptique ... et puis, il y en a d'autres qui me font sacrément de l'œil ! ;)

Écrit par : Leiloona | 29/09/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu un roman d'elle l'an dernier et j'avais eu du mal à accrocher.

Écrit par : Stephie | 29/09/2009

Répondre à ce commentaire

Cet avis est important pour moi car j'hésitais à le lire. Et comme il y a tant d'aures bon romans qui m'attendent, je passerai mon tour.

Écrit par : valérie | 29/09/2009

Répondre à ce commentaire

les trois récits étaient intéressants et pourtant je ressors de cette lecture inchangée et je passe à autre chose sans plus m'en souvenir!

Écrit par : esmeraldae | 29/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ stephanie : je ne pense pas qu'il te plairait
@ mireille : je n'irai pas jusqu'à dire qu'elle écrit pour ne rien dire non plus.
@ leiloona : le mieux est sans doute que tu le feuilletes en librairie ou biblio et en lises quelques pages pour voir:)
@ stephie : j'ai envie de "confirmer" en lisant un autre roman de cet auteur, pour savoir si je suis vraiment hermétique au style, en revanche:)
@ valérie : ;))
@ esmeraldae : c'est un peu ça : au final, rien de marquant pour moi...

Écrit par : amanda | 30/09/2009

Répondre à ce commentaire

Il ne me tente pas du tout, c'est rare avec moi :) J'ai lu une interview de l'auteur et ça m'a encore moins convaincue. Si elle a le Goncourt je renoncerai définitivement (je suis très vilaine, je sais ;)) !

Écrit par : Lou | 30/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ Lou : oui, tu es très vilaine !

Écrit par : amanda | 01/10/2009

Répondre à ce commentaire

Je l'ai noté mais il y a bcp trop de billets mitigés. Je le trace !

Écrit par : Theoma | 01/10/2009

Répondre à ce commentaire

Le mot fatidique a été prononcé : ennui !
Je ne m'arrêterai pas sur ce titre, il y a trop de lectures attrayantes en attente...

Écrit par : Marie | 01/10/2009

Répondre à ce commentaire

Bon, voici un commentaire pas très encourageant. Ma PAL est dense, alors on attendra la sortie en poche...

Écrit par : Gangoueus | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

Je te rejoins assez dans ta critique, si ce n'est que pour moi, la dernière histoire ne relève pas suffisamment l'ensemble. A mes yeux, la première est pas mal et donne bon espoir pour la suite mais la deuxième est assez affreusement ennuyeuse, tandis que la troisième ne m'a pas rebutée mais pas particulièrement touchée non plus. Certains passages font mouche, mais beaucoup se diluent dans l'ennui. Je resterai mitigée. Quant à mériter le Goncourt...

Écrit par : Violaine | 19/12/2009

Répondre à ce commentaire

@ violaine : enntièrement d'accord pr le Goncourt... d'autres le méritaient plus, à mon humble avis :)

Écrit par : amanda | 20/12/2009

Répondre à ce commentaire

Norah, avocate à Paris, est mère d'une petite fille, elle vit avec son compagnon allemand et son enfant. Elle retourne au Sénégal à la demande de son père qui n'est plus que l'ombre de la figure tyrannique qui se plaisait à l'humilier. Son frère Sony a été emprisonné, accusé d'avoir tué sa belle-mère avec qui il avait une relation amoureuse.
Rudy Descas était professeur de littérature au lycée français de Dakar. Une obscure bagarre avec deux de ses élèves qui s'en prirent à l'honneur de son père (assassin de son ami et collaborateur, il se suicide en prison) l'exclut du monde de l'enseignement. Il rentre en France avec sa femme africaine, Fanta et leur fils Djibril. Il sera condamné à vendre des cuisines et à subir une vie minable, incapable d'offrir à sa famille une vie heureuse à l'abri du besoin.
Khady Demba vient de perdre son mari. Après un court séjour chez sa belle-famille, elle tente de rejoindre en France sa cousine Fanta ; commence alors une terrible descente aux enfers.

Trois femmes puissantes est composé de trois récits au cours desquels les femmes sont victimes du mal (=mâle). Norah se pisse dessus encore à 40 ans lorsqu'elle pense à son père ; Fanta végète dans un village en Aquitaine, prise au piège ; Khady souffre les pires humiliations en se prostituant pensant ainsi recueillir suffisamment d'argent pour rejoindre le territoire européen.
Ce livre est l'histoire de trois ascensions qui entraînent ces trois femmes vers une chute vertigineuse et fatale.
L'écriture de Marie Ndiaye est exigeante, précise, introspective. Par moments, l'on se perd dans ses phrases longues, comme se perdent ses personnages, victimes de notre monde.
MD dépeint la relation France-Afrique avec toutes les illusions perdues de ses trois femmes. Son écriture est riche de contrastes ; elle est à la fois psychologique, intime, réaliste et féministe.
Ce livre est une scarification de la femme africaine qui porte les stigmates que lui inflige l'occident.
La narration de MD est comme une plaie ouverte de laquelle coule le sang, tantôt à flot, tantôt au compte-goûte, laissant le lecteur dans la révolte et l'impuissance.
Si Trois femmes puissantes est un livre magistralement écrit, de par sa diversité narrative, l'intérêt des trois récits est inégal. Reste la précision épatante des mots et le style très personnel de l'auteure.

FAA
http://faranzuequearrieta.skyrock.com
http://faranzuequearrieta.free.fr

Écrit par : faranzuequearrieta | 02/01/2010

Répondre à ce commentaire

Trois parties distinctes, trois histoires auxquelles j'ai plus ou moins accroché.
Celle de Kady Demba est très forte, et j'ai trouvé la première excellente aussi.
L'écriture est très particulière.
Il a fallut que je m'accroche pour la seconde...donc, j'ai tendance à dire et à penser que c'est la moins réussie. Mais c'est très personnel et subjectif.

Écrit par : sylvie | 22/01/2010

Répondre à ce commentaire

L'histoire de norah est la plus reussie à mon avis ,mais ce n'est pas l'histoire d'une femme puissante bien au contraire. C 'est l'histoire d'une femme qui regresse et qui finit par être mangée par son pére Ne se retrouve t-elle pas à la fin du récit sur l'arbre auprés de lui? Comme son pére elle abandonne sa fille.Elle urine 2 fois sous elle au cours de l'histoire...je pense aussi que l'auteur régle un peu ses comptes avec son pére. Fanta est une femme puissante face à un mari raté abimé par son enfance.Sa puissance s'affirme par l'intermédiaire de la buse et elle a gagné, elle reléve la tête.Je n 'ai pas aimé la troisiéme histoire du tout assez banale. Même si j'ai aimé ce mélange de merveilleux er de religieux ,surtout dans la premiére histoire je n'ai pas été convaincue par ce livre .

Écrit par : cathou | 13/03/2010

Répondre à ce commentaire

Comme toi, la dernière histoire, celle de Kadhy m'a beaucoup touchée mais j'ai bien aimé aussi le récit des retrouvailles de Norah mais le titre reste pour moi une énigme

Écrit par : Bénédicte | 17/03/2010

Répondre à ce commentaire

Je suis aussi restée très "à distance" des ce roman, de ces femmes puissantes... Une lecture un peu laborieuse

Écrit par : ChezLo | 28/03/2010

Répondre à ce commentaire

un livre qui suscite bien des réactions : enthousiasme, rejet... et c'est ce qui est bien, sans doute

Écrit par : amanda | 29/03/2010

Répondre à ce commentaire

Ce livre est d'une finesse et d'une subtilité d'écriture à couper le souffle. Je ne me suis jamais ennuyée, au contraire il est passionnant du début à la fin. Il nécessite, cependant, une bonne concentration et une ouverture d'esprit très large pour réussir à capter l'essence de ce qui est écrit. A vraiment mérité le prix Goncourt.

Écrit par : elkalowel | 26/09/2011

Répondre à ce commentaire