Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LA BOUFFE EST CHOUETTE À FATCHAKULLA – NED CRABB | Page d'accueil | LES HEURES SOUTERRAINES – DELPHINE DE VIGAN »

02/10/2009

LAIT NOIR – ELIF SHAFAK

J'avais décidé de ne pas lire le dernier livre d'Elif Shafak. Même si j'avais aimé « La bâtarde d'Istanbul » et moins « Bonbon Palace », quand j'ai lu que Elif Shafak publiait un livre dans lequel elle racontait sa dépression postnatale, je me suis immédiatement détournée : allaitement, dépression…les histoires nombrilistes dans lesquelles un écrivain tourne autour de sa propre personne ont le don de m'agacer. Pourtant ici ou là, je lisais du bien de Lait Noir. Mes réticences commençaient à lait noir.jpgs'effilocher. Le doute à pointer son nez, la curiosité à me titiller. Et puis le billet de Sylvie m'a convaincue d'aller voir par moi-même de quoi il en retournait exactement.

 

Que Sylvie en soit remerciée, donc !


 

Ce n'est pas un roman, ni tout à fait une autobiographie, pas véritablement un essai non plus. Plutôt  un ouvrage hybride dans lequel Elif Shafak, avec une verve érudite et décalée raconte les hésitations, les atermoiements, les multiples contradictions qui composent la personnalité féminine face à la maternité. S'appuyant sur sa propre expérience, en étayant ses propos de nombreuses références empruntées à des écrivaines célèbres (Virginia Woolf, Zelda Fitzgerald, Simone de Beauvoir, Sylvia Plath, Halipe Edip Adivar....) , cette jeune maman écrivaine livre ici un ouvrage dépourvu de lourdeur et de démagogie et rempli d’humour.

 

En effet, le sujet est traité de façon décalée grâce à l’apparition de personnages fictifs « Le choeur des voix intérieures » : six voix illustrées par des petites bonnes femmes, chacune représentant une des facettes de la personnalité féminine : Miss Ego-Ambition, Miss Cynique-Intello, Miss Intelligence-Pratique, Madame Derviche, Miss Satin-Volupté, Maman Gâteau (je vous laisse aller voir chez Sylvie les descriptions drolatiques de ces sacrées bonnes femmes). Et ces petites voix, nécessairement caricaturales mais toujours très drôles et affûtées, illustrent à quel point une femme peut être tiraillée entre ambition, travail, maternité, féminité, besoin indépendance et épanouissement intellectuel.

 

Peur de perdre indépendance et épanouissement intellectuel en se sacrifiant pour ses enfants, peur de perdre sa féminité, peur d’être incapable de tout concilier («C'est seulement maintenant que je prends conscience d'un fait : l'influence sur moi de Miss Satin-Volupté est bien plus importante que je ne le pensais. En réalité, j'ai terriblement peur de grossir, de m'enlaidir... » « Pourquoi dis-tu cela ? Ne puis-je donc devenir mère et travailler en même temps ? Bien sur que si, fulmine Miss Ego-Ambition. Du moment que tu acceptes de faire les deux à moitié, rien ne t’empêche de devenir piètre mère et piètre écrivain… Miss Cynique-Intello prend le relais : Mais si tu vises plus haut, tu es obligée de faire un choix. »), c'est ce déchirement que raconte Elif Shafak (et pas seulement une dépression postnatale qui n'occupe que les 40 dernières pages).

 

D'aucuns lui reprocheront sans doute d'enfoncer des portes ouvertes et d'être une énième variation sur le sujet. D’être un peu foutraque en empilant les genres. Peut-être. Mais, en introduisant des djinns maléfiques, des petites bonnes femmes à la langue bien pendue, un style imagé où les racines stambouliotes de l'auteur affleurent à chaque page, Elif Shafak évite le piège du pamphlet féministe et revanchard en proposant un texte rempli d'humour, d'autodérision et de pas mal de subtilité sur ce grand paradoxe.

 

Décidément, je ne regrette pas de l'avoir lu.

 

Lait noir, Elif Shafak

Phebus, 345 pages, août 2009

challenge-du-1-litteraire-2009.jpg

 

 

 

 

Une autre Sylvie l'a lu aussi, et approuvé.

Esmeraldae l’a lu aussi.

 

Et une interview d’Elif Shafak sur le site du Magazine Littéraire.

 

Commentaires

J'avais exactement les mêmes réticences que toi... et ton billet serait bien en train d'achever de les faire tomber !

Écrit par : Brize | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

Dis-donc Perrette, tu sais qu'écouter Flaubert en conduisant, même lu par la jolie voix de Marie-Christine Barrault, c'est encore plus dangereux que le téléphone portable !!!!
Allez, rangez-vous sur le bas-côté et sortez-moi les papiers du véhicule ;o)

Écrit par : In Cold Blog | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ brize : il est vraiment sympathique, je me suis reconnue ds pas mal de pages (sauf après naissance, là, plus du tout !!)
@ : ICB : ;-D

Écrit par : amanda | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

J'avais envie de l'emprunter à la bibli mais il venait de sortir... une autre fois sans doute, je suis tentée par le choix de traiter ce sujet avec humour.

Écrit par : kathel | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

Repéré chez Sylvie également, j'hésite toujours. On verra bien s'il croise ma route à la bibliothèque !

Écrit par : Flo | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

Je me permets de t'envoyer un tag assez sympathique : http://enlivrezvous.typepad.fr/enlivrezvous/2009/10/des-tags-et-des-livres.html ! A bientôt !

Écrit par : Céline | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

j' avais lu de mauvaises critiques et comme j'avais adoré La Batarde d'Istanbul, ça m'avait chagrinée. Du coup, je me laisserais bien tenter.

Écrit par : valérie | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis décidemment de plus en plus intriguée! Je vais attendre son arrivée à la bib!

Écrit par : chiffonnette | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

Il est sur ma pal!! Et hop il remonte d'un cran!!

Écrit par : elfe | 03/10/2009

Répondre à ce commentaire

Le billet de Sylvie m'a fortement envie de découvrir cet auteur, mais je ne pense pas que ce soit le bon moment pour moi de lire un tel livre. ;)
Peut-être pour plus tard.

Écrit par : Leiloona | 03/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ kathel : tentez, vous verrez bien ;)
@ céline : je vais aller voir ça !
@ valérie : j'ai moi aussi bcp aimé "la bâtarde d'Istanbul". On retrouve sa façon d'écrire, très colorée, mais ce n'est pas un roman aussi bigaré, c'est différent. Intéressant et plaisant !
@ chiffonnette : je ne me souviens pas si tu as déjà lu Elif Shafak..
@ elfe : ;)
@ leiloona : hum... pourquoi n'est-ce pas le moment ???!!

Écrit par : amanda | 03/10/2009

Répondre à ce commentaire

comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences!!

Écrit par : esmeraldae | 03/10/2009

Répondre à ce commentaire

Tiens tiens ! Bonbon palace ne m'avait pas donné envie de poursuivre l'aventure. Je note ton intérêt dans un coin de ma tête.

Écrit par : Theoma | 07/10/2009

Répondre à ce commentaire

Oh, merci pour ce billet, c'est un sujet qui m'intéresse énormément et je n'ai jamais rien lu de l'auteure, même si ses livres sont dans ma LAL depuis un bail. J'espère que mon libraire l'aura.

Écrit par : Melanie B | 08/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ esmeraldae : exactement !
@ theoma : come toi, j'avais été refroidie par Bonbon palace, mais finalement, il est bien celui-ci (mais ne pas s'attendre à quelque chose comme la Bâtarde d'Istanbu :)
@ melanie : je te conseille dans ce cas de commencer par la Bâtarde d'Istanbul !

Écrit par : amanda | 09/10/2009

Répondre à ce commentaire

oh! merci Amanda, tu me fais plaisir en parlant de ce billet comme ça:)
Je suis heureuse d'apprendre qu'il t'a décidée à l'ouvrir ce livre, parce que je l'ai vraiment beaucoup aimé et je l'ai même trouvé jubilatoire.
C'est bien d'insister sur le fait qu'il est loin de se résumer à la dépression post-natale:)

Écrit par : sylvie | 11/11/2009

Répondre à ce commentaire

@ sylvie : je t'en prie :) (et merci encore, donc !!)

Écrit par : amanda | 12/11/2009

Répondre à ce commentaire