Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L’ENFER DES REVES – THEODORE ROSZAK | Page d'accueil | VILLE NOIRE VILLE BLANCHE – RICHARD PRICE »

18/11/2009

DANS LES LIMBES – JACK O’CONNELL

Dans les limbes, dans un état incertain, vague, flou, un état dont les contours resteront nébuleux et jamais définis, voilà l’état connell.jpgdans lequel je termine le roman de Jack O’Connell. Avec pourtant la certitude, la conviction profonde d’avoir lu là un roman que je relirais et relirais sans aucun doute.

 

Parce que sous l’apparence, l’appellation « Thriller » se cache autre chose que le simple roman à suspens plus ou moins saupoudré de fantastique qu’évoque la quatrième de couverture.

 


 

L’histoire, si tant est qu’elle puisse être résumée en quelques lignes, se tient une poignée de personnages : Sweeney, pharmacien de son état, est embauché par la clinique du Docteur Peck pour gérer l’office pharmaceutique de la clinique, réputée pour le traitement et l’étude des cas de coma, et dont le fait de gloire se résume à deux réveils et à des traitements révolutionnaires encore au stade d’étude. Sweeney pourra ainsi veiller sur son fils Danny, lui-même dans le coma depuis un an. Kerry, la femme de Sweeney et mère de Danny, s’est donné la mort quelques mois après l’accident de Danny. Sweeney rencontre l’équipe du Docteur Peck, sa fille Alice Peck elle-même neurologue, Nadia Rey l’infirmière, ainsi qu’une bande de bikers étranges qui semblent en avoir bien long sur les pratiques du Docteur Peck. Ce que veut Sweeney, c’est que Danny se réveille. Il lui lit chaque jour un passage de « Limbos » un comics auquel Danny était particulièrement attaché, dans lequel des monstres de cirque évoluent sous la conduite de Chick, l’enfant-poulet, le héros préféré de Danny.

 

Difficile à résumer et je m’en garderais finalement bien. Jack O’Connell explique dans la préface qu’il a commencé son roman comme un « livre qui aurait pu se vendre en 1956 dans une gare routière de Greyhound, … une histoire totalement dépouillée, sans fioritures, alimentée par une intrigue unique qui fouaillerait comme une balle les entrailles du lecteur ». Mais la lecture inopinée d’un manuel sur l’aphasie va l’emmener finalement beaucoup plus loin.

 

Au fil des chapitres, les récits concernant Sweeney succèdent aux épisodes de Limbos, le comics préféré de Danny. Petit à petit les deux histoires se rejoignent, se lient, s’imbriquent intimement pour ne plus faire qu’une dans l’esprit du lecteur qui suit tour à tour Sweeney (qui découvre que la clinique abrite de pratiques douteuses sous la houlette d’un médecin à la fois visionnaire et dangereux), cette bande de bikers sous psychotropes qui ressemblent étrangement aux monstres de Limbos, et les personnages du comics dans leur quête d’un monde où, enfin, ils pourront vivre en paix, et quitter ce Géhenne où ils sont emprisonnés.

 

Comme le disait Cuné, on peut trouver plusieurs sens à Dans les limbes : quête d’un monde libre où l’esprit sera enfin en paix (Chick et ses amis en route pour une liberté rêvée, Danny et son état de comateux, les bikers et leurs usages de psychotropes), impact de l’écrit et des récits sur le lecteur (l’influence de Limbos sur l’enfant se révèlera primordiale), culpabilité et la colère d’un père incapable de se pardonner l’accident de son fils, mais aussi où va notre esprit, dans quel espace peut-il s’évader, dans quel univers créé par notre inconscient, influé par nos lectures, peut-il s’immerger profondément, se réfugier ?

 

C’est un univers à la fois gothique (clinique bâtie sur une haute falaise, murs noirs, ambiance souterraine, atmosphère à la fois glauque et fantastique), terre à terre (traitements neurologiques, froideur d’un environnement médical), et imprégnée de bande dessinée (personnages et histoire de Limbos) : un univers troublant parfois, déroutant à plus d’une reprise, un univers qui laisse au lecteur plusieurs clefs qu’il lui reviendra d’essayer, de comprendre, de rejeter ou d’adopter.

 

C’est un livre qui vous happe pour vous déposer ensuite sur le bas coté, avec vos questions, votre ravissement, et vous donne envie d’y replonger tout de suite pour trouver une autre clef, tenter un autre chemin, retrouver cette histoire (ces histoires) pour y trouver votre place, en tant que lecteur.

 

Totale adhésion, en ce qui me concerne.

 

 

L’avis de Cuné « un roman qu'on ne peut pas classer, un genre d'uppercut qui a le pouvoir de générer une fan-attitude, de séparer le monde entre ceux qui l'ont lu et les autres, ceux qui l'ont aimé et ceux qui ont tort ;o) » Elle n’a pas tort J

 

Celui de Jean-Marc Lahérrère « Mais si vous vous abandonnez à lui, à son rythme, à sa poésie, à sa langue, vous ne saurez sans doute pas où l’auteur vous a amené, mais vous saurez, avec certitude, que le voyage a été à jamais marquant. ».

 

 

 

 

Dans les limbes, Jack O’Connell

Rivages / thriller, 355 pages, octobre 2009

 

Commentaires

Ah je me régale, quel beau billet, quelle joie que tu partages ma fan-attitude !

Écrit par : Cuné | 18/11/2009

Répondre à ce commentaire

Grrr.... c'est le bruit que je fais en mangeant la table d'impatience ! Et il s'appelle Sweeney en plus, grrrr..... !

Écrit par : Ys | 18/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis en train de le terminer mais je vois que tu l'as aimé ainsi que Cuné et je suis dans le même état d'esprit! Allez je retourne le lire!

Écrit par : Mango | 18/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je reste sceptique malgré l'enthousiasme des unes et des autres... Ce doit être cette histoire de poulet héros de comics qui me perturbe ! ;-)

Écrit par : kathel | 18/11/2009

Répondre à ce commentaire

Que de réactions enthousiastes ! Gothique, BD, comics : les bons ingrédients sont réunis pour me rendre ce thriller attirant !

Écrit par : Marie | 18/11/2009

Répondre à ce commentaire

@ cuné : merci de nous l'avoir fait découvrir surtout :)
@ Ys : je n'oublie pas :)
@ mango : chic ! j'ai hâte de lire ton avis donc !
@ kathel : mais non... ce n'est qu'un petit garçon à bec de poulet... rien de méchant, nous sommes dans Limbos, un univers de Comics (Cuné parlait de Tim Robbins, c'est une très bonne comparaison, avec des personnages hors normes et trés trés attachants) Il y a au contraire une bonne dose de rêve dans ces parties, même si elles parlent de "monstres" comme on les voit dans les foires, et ils sont particulièrement humains, et beaucoup plus que leurs accolytes "normaux"). Mais fais comme tu veux, hein ?!
@ marie : il est vraiment très bon, et pour moi ce n'est pas un vrai thriller, c'est autre chose, que l'on catalogue difficilement, un suspens, oui, mais en fait, on s'en fiche, du suspens...

Écrit par : amanda | 18/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je dois dire que je suis maintenant dans les limbes à mon tour après la lecture de ton billet. Vais-je le lire ? Oui ? Non ? Je suis intriguée mais hésite. On verra ce qui ressort du brouillard.

Écrit par : Theoma | 20/11/2009

Répondre à ce commentaire

@ theoma : ce brouillard ne peut que s'éclaircir si tu lis le livre..... ;)

Écrit par : amanda | 20/11/2009

Répondre à ce commentaire

Pour le moment, je l'ai mis dans ma LAPN (Liste Au Père Noël)! Je dis pour le moment, car je peux encore changer d'avis : j'ai l'impression que ça pourrait me plaire (et l'enthousiasme des lectrices, lui, me plaît !)mais ce n'est qu'une impression...

Écrit par : Brize | 20/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je viens de lire l'avis de Mango qui est tout aussi positif : un livre à noter donc ... ;-)

Écrit par : Lounima | 21/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je vais le lire grâce à BOB, et rien que le résumé m'a beaucoup intriguée. Voir qu'il y a de bons avis me motivent d'autant plus à le découvrir.

Écrit par : Ankya | 21/11/2009

Répondre à ce commentaire

Hum... je l'avais loupé chez Cuné, c'lui-là... maintenant j'ai pas d'autres choix que le noter pour quand il sortira en poche (c'est ma nouvelle lubie : attendre qu'un roman sorte en poche avant de le lire !!!). En tout cas, on sent bien que ce roman est à lire. Et puis moi aussi je vais faire partie de ceux qui l'ont lu. :-)

Écrit par : Caro[line] | 21/11/2009

Répondre à ce commentaire

ben dis donc... On peut dire que tu sais donner envie...

Écrit par : juliette | 21/11/2009

Répondre à ce commentaire

@ brize : tu vas bientot pouvoir le lire, voir mon mail :)
@ lounima : oui, à noter :)
@ ankya : j'ai hâte d'avoir tes impressions donc:)
@ caro : si tu veux je te le prête après Brize
@ juliette : ah bah merci :) et bienvenue ici surtout :)

Écrit par : amanda | 21/11/2009

Répondre à ce commentaire

Pourquoi pas ! Merci :-)

Écrit par : Caro[line] | 21/11/2009

Répondre à ce commentaire

Ca y est, je suis allée à la FNAC. Je l'attaque dès que j'ai fini Saramago. J'espère que je ne serai pas dans la catégorie de ceux qui ont tort !...

Écrit par : Solène | 24/11/2009

Répondre à ce commentaire

@ solène : :))

Écrit par : amanda | 24/11/2009

Répondre à ce commentaire

Il y a aussi la catégorie de ceux qui ont tort mais on les aime quand même ;o))

Écrit par : Cuné | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

Ca y est, je suis en plein dedant et envoûtée... Merci encore pour le tuyau.

Écrit par : Solène | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

Dedans c'est mieux... ça craint pour quelqu'un qui bosse dans l'édition !

Écrit par : Solène | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

@ cuné : ;))
@ solène : ah... j'en étais sûre !! (et pour la faute, don't worry !!)

Écrit par : amanda | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai fini hier. J'ai beaucoup aimé l'univers de Limbo. J'ai eu un peu peur vers la fin de me perdre et puis finalement la chute est vraiment extra. Un vrai coup de coeur. Ouf, sinon Cuné et toi vous n'auriez plus voulu me parler...

Écrit par : Solène | 14/12/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai fini hier. J'ai beaucoup aimé l'univers de Limbo. J'ai eu un peu peur vers la fin de me perdre et puis finalement la chute est vraiment extra. Un vrai coup de coeur. Ouf, sinon Cuné et toi vous n'auriez plus voulu me parler...

Écrit par : Solène | 14/12/2009

Répondre à ce commentaire

@ solène : d'une part Cuné et moi t'aurions toujours parlé, rassure toi, d'autre part, je ne doutais pas du tout de ta réaction sur ce livre !

Écrit par : amanda | 15/12/2009

Répondre à ce commentaire