Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LA DELICATESSE – DAVID FOENKINOS | Page d'accueil | LA SANCTION – TREVANIAN »

30/11/2009

UN PETIT BOULOT – IAIN LEVINSON

Pas facile, de trouver de quoi payer ses factures, ses dettes, ses bières et son abonnement au câble quant on vit dans une levinson.jpgpetite ville du Wisconsin où le principal employeur a plié bagages et est allé s'installer là où la main d'oeuvre est moins chère, moins exigeante et moins regardante sur les conditions d'emploi. Quand tout ce qui ressemble de près ou de loin à une possibilité de travail rémunéré a peu à peu disparu. Dans cette petite ville, Jake Scowran est au chômage depuis des mois. Ses indemnités fondent petit à petit. Aussi quand Ken Gardocki, le bookmaker local et trafiquant de drogue à l'occasion lui propose de tuer sa femme contre 5000 dollars, Jake n'hésite pas tant que ça. Après tout, c'est un boulot comme un autre. Suffit juste de le prendre comme ça, un boulot, rien d'autre (« Je sors du bureau et remonte dans ma voiture, pas le coeur lourd comme un homme qui vient de renoncer à toutes ses valeurs, mais euphorique comme un type qui vient de décrocher un boulot ».) Et finalement... les bons employés se voient toujours confier des tâches additionnelles, non ?

 

 

Ce court roman est savoureux, truffé d'humour noir et de petites piques acerbes qui picotent là où ça fait mal ; une petite fable grinçante à souhait, qui nous lance sur les traces d'un apprenti tueur doué sans le faire exprès, et d'une petite clique tout aussi bien croquée : du bookmaker véreux mais pas trop méchant quand même (« Dans une ville où les trois quart des hommes ont été licenciés au cours des neuf derniers mois, les affaires qui profitent du désespoir sont florissantes ») qui ne fait finalement que fournir un job à Jake, puis un autre, et encore un autre, en passant par Tommy le pompiste qui propose un vrai boulot à Jake par amitié ou Brecht, le cadre ambitieux de la world compagnie venu inspecter cette station service qui ne rapporte pas assez (« Le registre des émotions dont il dispose est limité parce que ce type est obsédé par la cupidité et la conviction qu'elle est récompensée. Je suppose qu'il réussissait plutôt bien au collège, et qu'à un certain stade de son développement personnel il a appris qu'un caractère impitoyable rapporte gros. Il a peut-être une fois eu un boulot d'été auprès d'un homme qui ne s'intéressait qu'à l'argent et en gagnait énormément, et il a écouté cet homme, il se le répétait peut-être même dans sa voiture ».).

 

Jake le tueur prend son nouveau job très au sérieux, s'applique à réussir ses missions, tout en puisant dans sa culture cinématographique les bases et la formation qui lui manquent. Un autodidacte du crime qui s'en sort finalement pas trop mal, tout en restant un brave type quand même, faut pas charrier.

 

Le tout est raconté avec cet humour détaché, très second degré qui fait toujours mouche l'air de rien, et forme avec brio un récit caustique où les modèles économiques qui piétinent les laissés pour compte et ne veillent qu'au résultat et aux actionnaires sont insolemment pointés du doigt, avec humour et beaucoup de dérision. Ce roman a beaucoup été comparé au « Couperet » de Westlake. Pour ma part, dans le ton et l'humour distillés avec une délicieuse et piquante perfidie, il me rappelle quelque part le film « The full monty »... Après tout, il faut bien vivre, non ? Et quitte à perdre ses valeurs, autant tuer ceux qui ont déjà vendu les leurs au plus offrant. Les personnages de The full monty se débarassent de leur pudeur, Jake, lui, vend son âme au diable. Du moment que ça rapporte.

 

Un petit boulot, Iain Levinson

Ed. Liana Levi, 210 pages, 2004

 

 

L'avis de Delphine que je remercie pour le prêt (yep, you made my day :) !

 

Les avis de Fashion, Polar Noir, Choco et Goelen et Dasola.

 

Commentaires

Pourquoi pas un récit caustique sur l'association chômage et meurtre, en effet, surtout pour une première approche de cet auteur!

Écrit par : Mango | 30/11/2009

Répondre à ce commentaire

je note !!!

Écrit par : lucie | 30/11/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai ADORE ce roman, j'adore cet auteur, tous ses 3 livres sont fabuleux. A lire d'urgence : "les tribulations d'un précaire"...

Écrit par : juliette | 30/11/2009

Répondre à ce commentaire

" tous ses 3 livres"... Magnifique! Quand j'aime, je ne fais pas dans la mesure...

Écrit par : juliette | 30/11/2009

Répondre à ce commentaire

Intéressant ce parallèle avec Full Monty ! je n'y avais pas pensé mais c'est assez juste.

Écrit par : Choco | 30/11/2009

Répondre à ce commentaire

@ mango : il faut tenter, je t'assure:)
@ lucie : oui !!
@ juliette : je note donc (j'en ai entendu bcp de bien :)
@ choco : pourtant c'est différent, mais je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser ;)

Écrit par : amanda | 01/12/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu "tribulations d'ubn précaire" très grinçant aussi sur le monde du travail aux US mais sans crime ! Je note celui ci.

Écrit par : Flo | 01/12/2009

Répondre à ce commentaire

Tu as toujours le chic pour nous trouver des polars sympas et dont on pas entendu parlé! Celui-ci a tout pour me plaire, je le note!

Écrit par : Titine | 01/12/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Amanda, j'avais bien apprécié ce court roman à la fin amorale (billet du 17/02/08). Cela serait même bien qu'il y a une suite. Ian Levison est un auteur à suivre. Bonne fin d'après-midi.

Écrit par : dasola | 01/12/2009

Répondre à ce commentaire

Je l'ai repéré je ne sais plus où et ton avis me donne bien envie!!

Écrit par : lancellau | 02/12/2009

Répondre à ce commentaire

@ flo : celui-ci me fait très envie aussi ;)
@ titine : j'espère que tu aimeras !
@ dasola : je vais voir ton billet !
@ lancellau : laisse toi tenter, il te plaira sans doute :)

Écrit par : amanda | 03/12/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai été plutôt déçu par ce livre. J'en attendais peut-être trop. Toujours est-il qu'il me fait l'effet d'être un "sous-Couperet". Un petit boulot m'a paru assez long, malgré ses 200 pages: le style n'est pas d'une grande fluidité et c'est parfois ennuyeux. On sourit parfois, mais là encore, je m'attendais à un humour plus présent. Bref, un roman pas mal, pas de quoi sauter au plafond. Je ne lirai probablement pas d'autre texte de cet écrivain.

Écrit par : Nicolas | 06/05/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai été plutôt déçu par ce livre. J'en attendais peut-être trop. Toujours est-il qu'il me fait l'effet d'être un "sous-Couperet". Un petit boulot m'a paru assez long, malgré ses 200 pages: le style n'est pas d'une grande fluidité et c'est parfois ennuyeux. On sourit parfois, mais là encore, je m'attendais à un humour plus présent. Bref, un roman pas mal, pas de quoi sauter au plafond. Je ne lirai probablement pas d'autre texte de cet écrivain.

Écrit par : Nicolas | 06/05/2010

Répondre à ce commentaire