Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Billet à la va-vite avant les vacances | Page d'accueil | PRIX DU MEILLEUR POLAR DES LECTEURS DE POINTS »

29/12/2009

A BOUT DE COURSE – RICHARD STARK

Où nous découvrons (ou retrouvons, si on est un adepte de Stark alias Westlake) Parker le braqueur. Parker veut braquer une stark.jpgbanque, découvre que l'un des gars sur le coup est un flic, le réduit au silence, se demande comment il va faire, trouve quelques complices et le voilà qui prépare le braquage d'un convoi de fonds. A priori facile, l'affaire est dans le sac et vogue le Parker. Sauf que l'une des personnes sensées leur indiquer le bon fourgon est la femme du directeur de la banque, maîtresse d'un ancien employé lui même ancien taulard, qu'un chasseur de prime va s'en mêler, que le directeur de la banque n'est pas tout à fait idiot, qu'une jeune fliquette vient enquêter et tout ne se déroule pas aussi bien que Parker l'avait escompté. Damned, tout va mal et Parker tente de tenir la route, en bon cartésien qu'il est.

 

Il est pas mal, ce Richard Stark. Pas mal parce qu'on retrouve ce qu'on aime chez Westlake : une équipe un peu branlante, des situations cocasses et des retournements imprévus qui finissent pas partir en vrille. Pas mal parce que le style est concis, pas de circonvolutions inutiles, ça avance et Parker se retrouve évidemment dans le pétrin.


 

Mais ce pétrin là m'a moins enchantée que ceux dans lesquels mon cher Dortmunder (autre héros de l'auteur qui sévit dans les romans signés Donald Westlake) finit par se retrouver et pédaler dans la semoule. Va savoir pourquoi et d'ailleurs je suis bien en peine de l'expliquer. Peut être parce que Parker est entouré d'incapables, oui, mais d'incapables amateurs, qui prévoient mal les choses et se laissent gouverner par leurs jalousies ou rancoeurs personnelles. Les bras cassés de Dortmuner, on les connait, on les retrouve dans la plupart des aventures de Westlake, comme une équipe de clowns cambrioleurs que l'on est heureux de retrouver et que l'on se délecte à imaginer à l'avance dans de nouvelles aventures rocambolesques. Ici aussi Parker manque de chance, certes, mais je n'y pas trouvé les fou rires qui s'emparent de moi avec Dortmunder. Et la fin m'a laissé perplexe, le roman s'arrête abruptement et même si on devine la suite (qui est de toute façon suggérée quelques pages plus tôt), je reste sur une impression mitigée. Pas mal, mais pas aussi bien que Westlake. Quant à l'Homme de la maison, qui l'a lu juste avant moi, il l'a terminé un grand sourire aux lèvres. Comme quoi....

 

 

 

 

A bout de course, Richard Parker

Rivages thriller, Octobre 2009, 268 pages.

 

 

L’avis de Jean-Marc Lahérrere

 

Commentaires

Westlake, what else? mais jamais lu de cet alter ego. Moi ausi j'adore Dortmunder et ses complices, bêtes et pas méchants.

Écrit par : keisha | 29/12/2009

Répondre à ce commentaire

Un auteur du genre que je devrais découvrir, en commencant peut-être par un autre titre!

Écrit par : lancellau | 29/12/2009

Répondre à ce commentaire

Bon si c'est juste bien, je fuis sans me retourner ;P

Écrit par : Stephie | 29/12/2009

Répondre à ce commentaire

Ah Westlake, quel bonheur absolu! Je suis fan de Dortmunder, je ne m'en lasse et je rigole toute seule en le lisant!

Écrit par : Titine | 30/12/2009

Répondre à ce commentaire

Pour découvrir Westlake, je suggère Jimmy the kid :) Mais je compte bien essayer avec un autre roman écrit sous le pseudo de Stark, quand même :)

Écrit par : amanda | 30/12/2009

Répondre à ce commentaire

Bon, je ne découvrirai pas Westlake avec celui-ci, alors!!! Bonne année un peu en avance, Amanda!

Écrit par : Karine:) | 30/12/2009

Répondre à ce commentaire

Peut être que c'est un polar pour mecs alors ? ;-)
J'en profite pour souhaiter une bonne année à ton blog :-)

Écrit par : Emeraude | 01/01/2010

Répondre à ce commentaire

Comme Emeraude, j'aurais tendance à penser que ce polar plaira peut-être plus aux gars... ;-)

Écrit par : Marie | 04/01/2010

Répondre à ce commentaire