Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« PRIX DU MEILLEUR POLAR DES LECTEURS DE POINTS | Page d'accueil | ELLES SONT DE RETOUR..... »

03/01/2010

Guide de l’incendiaire des maisons d’écrivains en Nouvelle-Angleterre – Brock Clarke

Si je devais mettre le feu à une maison d’écrivain, je serais bien en peine de choisir laquelle. Il faudrait d’abord que j’aie une clarke.jpgtrès bonne raison de le faire. Parce qu’il a gâché certaines soirées de mes années collège ? Parce que j’ai eu cinq sur vingt en commentaire de texte alors que je pensais avoir rendu La Copie du siècle ? Parce qu’une autre fois j’ai eu 16 à l’oral en parlant d’un auteur que j’aimais moyen, en fait ? Sam Pulsifer, lui, il a mis le feu à la maison d’Emily Dickinson. Bon, en fait, il n’a pas fait exprès. Mais le problème, c’est que, en plus de cramer la maison de la poétesse, il a causé la mort de deux guides qui profitaient du calme de la maison pour s’ébattre sur le lit de la dame. Une partie de galipettes plus chaude que prévue, soit dit en passant…


Un roman un peu comme un feu de paille (désolée, l’occasion est trop tentante…). Tout démarre avec cet humour féroce que j’aime beaucoup. Nous suivons le brave Sam, plus victime que coupable, et apprenons quelques éléments de son passé. Un brave gars, donc, qui tend un peu trop à la procrastination et au « cafouillage » : il n’a pas voulu mettre le feu, n’a pas voulu tuer deux personnes, n’a pas avoué à sa femme avoir passé dix ans en prison pour incendie et homicide involontaire, n’a pas menti à ses parents en s’installant à quelques kilomètres de chez eux sans jamais aller les revoir, n’a pas… Bref, il subit, il supporte, mais est plutôt du genre passif. Un bon anti-héros, donc, que l’on peut aimer à défaut de trouver sympathique, pour son coté gaffeur, étourdi, balourd et maladroit. Un anti-héros accompagné de personnages beaucoup plus hauts en couleurs : ses parents, alcooliques finis, et notamment sa mère, ancienne professeur de littérature, le fils Coleman (celui dont les parents faisaient crac-crac dans la vénérable demeure quand le feu a pris… venu chercher vengeance), des lecteurs, des auteurs, des professeurs de lettres, des vendeurs de livres… et des livres et des histoires qui sont aussi partie intégrante du roman. Toute la première partie du roman est souvent drôle, l’humour y est mordant, les situations loufoques mettent le sourire aux lèvres. On y sent l’amour des livres, l’importance des histoires et leur poids sur nos vies, on savoure cet humour décalé.

 

Sam a reçu en prison des dizaines de lettres lui demandant d’incendier d’autres maisons d’écrivains… Pyromane, Sam ? Jamais de la vie. Il est rangé, maintenant, et a refait sa vie. Il suffira qu’il s’installe à quelques kilomètres des lieux du premier crime pour que la machine se remette en route : une maison d’écrivain est incendiée.. Il y a donc une personne qui tient à poursuivre l’œuvre innocemment commencée par Sam… C’est cette autre partie du livre qui m’a refroidie. Toujours de l’humour certes, mais les pseudo aventures de  notre sympathique looser m’ont lassée. Du rire, je suis passée au sourire, puis au soupir, parfois. Le tout est toujours sympathique, décalé, mais j’y ai trouvé moins de peps, les étincelles du début ont fini par s’éteindre et le feu d’artifice par tomber à l’eau.

 

Un roman dont les flammes s’éteignent un peu vite, selon moi.

 

 

Guide de l’incendiaire des maisons d’écrivains en Nouvelle-Angleterre – Brock Clarke

Albin Michel, septembre 2009, 429 pages

 

 

Les avis de Cuné, Papillon, Une tasse de thé, Emeraude, Dasola, Au coin du livre, Yv.

 

 

 

06:05 Publié dans *Litterature Anglo-saxonne* | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : incendie volontaire, humour | |  Facebook

Commentaires

Dommage, le genre de roman qui aurait pu me tenter. Je ne dis pas que je ne le lirai pas. A sa sorti en poche ou s'il croise ma route.

Écrit par : Manu | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

Commencé mais abandonné en route, et comme tout me tombe des mains en ce moment et que je n'ai même pas vu le feu d'artifice dont tu parles....

Écrit par : cathulu | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

Dommage l'idée était réjouissante mais il est dur de tenir la distance dans ce type de récit

Écrit par : Dominique | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

Je le lirai si mon chemin le croise. Mais j'emprunte les petits chemins en ce moment ;)

Écrit par : Stephie | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

Arff c'est dommage quand un roman perd de sa saveur au fil des pages. :(
J'ai l'impression que c'est souvent le cas quand un livre se veut comique.

Écrit par : Leiloona | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

Ce livre dort dans ma PAL, c'est à peine s'il rougeoie encore...

Écrit par : Ys | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

il peut plaire, j'ai été refroidie, mais d'autres ont aimé jusqu'au bout ::))

Écrit par : amanda | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

L'idée me tentait au point que je l'ai dans ma pile... je vais donc le lire quand même, sait-on jamais!!

Écrit par : Karine:) | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

Dommage ! Je l'avais repéré sur les étals de ma librairie favorite... j'attendrai donc sa sortie en poche !! ;-)

Écrit par : Lounima | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

C'est le second billet négatif que je lis sur ce roman...

Écrit par : Theoma | 04/01/2010

Répondre à ce commentaire

Et bien s'il croise ma route je tenterai! Je suis curieuse de voir quel effet il va me faire!

Écrit par : chiffonnette | 05/01/2010

Répondre à ce commentaire

Dommage, j'étais bien tentée mais comme d'autres, je vais attendre la sortie en poche et on verra bien...

Écrit par : zarline | 05/01/2010

Répondre à ce commentaire

karine, chiff : il faut vous faire votre propre opinion :)
@ lounima, zarline : il sortira d'ici qq mois en poche de tte façon
@ theoma : en général il a plu quand même :)

Écrit par : amanda | 06/01/2010

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord autant ce livre crée de l'attente et de l'envie par rapport au titre et à la teneur du propos -l'humour très tentant- autant il est décevant et bavard.

Écrit par : Yv | 06/01/2010

Répondre à ce commentaire