Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LE BON LARRON – HANNAH TINTI | Page d'accueil | QUATRE JOURS AVANT NOËL – DONALD HARSTAD »

14/01/2010

MEURTRE EN LIBRAIRIE – CAROLYN G. HART

Une fois n'est pas coutume, commençons par un extrait :

 

« Elle ouvrit les deux yeux et éclata de rire. IL était toujours aussi superbe, de haut en bas de son mètre quatre-vingt-huit. Et elle aurait reconnu n’importe où le moindre centimètre carré de son corps à lui, mince et musclé….

 

Max déplia une serviette Ralph Lauren à rayures bleues et blanches et se laissa choir par terre dans un jaillissement de sable.

 

-          Pourquoi as-tu mis trois mois ? demanda Annie.

 

Il passa une main dans sa tignasse blonde, emmêlée, et roula sur un coude pour la fixer de ses yeux bleu nuit.

 

-          Ta mère ne t’a pas appris que ça ne se faisait pas de poser des questions directes ?

 

Elle se mit péniblement en position assise et pêcha dans son sac de plage un flacon de Hawaïan Tropic recouvert d’une fiche couche de sable. S’efforçant d’ignorer le corps et les cheveux de Max, elle entreprit d’étaler sur ses jambes l’huile parfumée à la noix de coco, sans prêter attention au « hum hum » appréciateur de Max.

 

De ce coté ci, Broward's Rock donnait sur l'Altantique. Un ciel d'un bleu limpide formait une voûte au dessus de leurs têtes. L'air était chargé d'odeurs : eau salée, goudron, algues, parfum  de noix de coco émanant de l'huile solaire d'Annie. L'océan, d'un vert aussi riche qu’une soupe aux pois, s'étirait à perte de vue à l'est. Les vagues clapotaient doucement le long des onze kilomètres de sable gris.... Cette bande de plage était toute à eux... Appuyé sur le coude,  il contempla d'horizon d'un air pensif. Annie réprima le troublant désir de toucher son torse velu, la toison dorée qui luisait au soleil.

 

Brusquement il se redressa et tapa de la main sur le sol, envoyant du sable sur les jambes huilées d'Annie.

 

-        J'ai trouvé ! Annie, m'aimerais tu si j'étais prêtre ?

-        Max !

Il sourit jusqu'aux oreilles.

-        Anglican, bien sûr !

-        Max..

 

 Elle le repoussa des deux mains, mais il l'attrapa dans sa chute et ils roulèrent ensemble sur le sable. »

 

 

meurtre_librairie.jpgAlors ? Meutre en librairie est un roman policier ? Un roman d'amour sauce harlequin saupoudré de cartlandislme épicé saveur nuit d'été ? Et bien les deux mon colonel. Et les deux sont hilarants. Oui, hilarants. Parce que j’ai bien ri devant tant d’inepties.

 

Pour commencer, prenons l'intrigue à la base : une jeune femme hérite de son oncle une librairie spécialisée dans les romans policiers. La librairie est située sur une île de Caroline du Sud, une île sur laquelle se sont installés des auteurs de romans policiers, des riches oisifs et des vedettes : luxe calme et volupté, on nage en plein soap de télé américain. Dans sa petite librairie « Crimes à la demande », la jeune et jolie libraire (non, elle n'aurait PAS pu être moche et vieille) organise tous les dimanches soir une réunion- conférence avec les auteurs de l’île. Or, un dimanche, l'un des auteurs, qui s'apprête à faire des révélations fracassantes sur le passé de ces collègues (car TOUS ont un passé caché, tous, tous, y compris la libraire, aussi, secret qui se révèlera être probablement une des meilleures blagues du roman tellement il est ridicule) est subitement assassiné. Une fléchette empoisonnée dans le cou. Alors que la pièce vient d'être plongée dans l'obscurité. Ta dam....

 

L’homme était imbuvable, évidemment, tous avaient une bonne raison de le faire taire, tous sont donc suspects, y compris la libraire (blonde, aussi, et bronzée, au fait). Surtout elle. Pour prouver son innocence, elle n'a qu'une solution : mener sa propre enquête et trouver seule le coupable. Assistée en cela par son ami, confident et fiancé, le bel et riche (très très riche. Mais vraiment très riche, hein) Max Darling (ça ne s'invente pas un nom pareil. D'un autre coté, Johnny Smith, ça sonnait moins bien, j'imagine), qui surgit tel le sauveur masqué au volant de sa Porsche, l’insolence et le charme dévastateur en bannière.

 

Des écrivains cachant de honteux secrets (très honteux, du style celui-là, là-bas, il bat sa femme, le méchant, du coup, comme il écrit des livres pour enfants, ça "la fiche mal"), des meurtres qui se multiplient, une enquête menée tambour battant et neurones en roue libre par une libraire passionnée (ça fait trois mois qu'elle a hérité du vieil oncle, hein, donc ne lui en voulons pas pour son manque d'expérience), une île de nantis, un soleil de plomb, le tout avec quelques moments hommages à Agatha Christie (scène du crime dans un espace clos, avec un petit groupe de personnes abritant un assassin, on se croirait parfois dans Le crime de l'Orient Express) : l'idée de départ est amusante, voire rafraîchissante. Néanmoins, le traitement niaisement harlequinesque nuit gravement au déroulé du roman qui sombre souvent dans la pastiche niaiseuse à souhait. Quant à l'enquête en elle-même, disons tout de suite qu'elle manque cruellement de nuances, que tout est cousu de fil blanc. Aucun suspens donc, et rien de vraiment palpitant.

 

Ceci dit j'ai bien ri. Mais bon, autant relire un Agatha Christie, pour le coup.

 

 

 

 

 

Meurtre en librairie, Carolyn G. Hart

Editions Liana Levi Piccolo, octobre 2009, 302 pages

 

 

 

Les avis de Emeraude et Laurence, moyennement convaincues elles aussi.

 

Commentaires

Sans moi donc, mais ton billet m'a fait rire. Sans parler de l'extrait. :)))

Écrit par : fashion | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

(Je remarque que je ne suis pas la seule à aimer les poils, btw.:)))))

Écrit par : fashion | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

Harlequin 2 le retour, on dirait ^_^

Écrit par : keisha | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

Tiens, il a été réédité ! Je l'avais acheté à sa sortie il y a plusieurs années.
Rien d'exceptionnel, mais bon j'aime bien Agatha de temps en temps ! Ca repose des tueurs fous et déjantés !

Écrit par : freude | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

oui, ça ne m'avait pas vraiment convaincue à l'époque et aujourd'hui je n'en garde qu'un souvenir très très flou.... mais bon, je ne suis pas fan non plus des romans d'Agatha Christie ;-)

Écrit par : Laurence | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

C'est marrant, en lisant ton article, je me souviens vaguement l'avoir lu il ya longtemps...Le titre avait dû m'attirer à la médiathèque...mais à part le fait que la fille avait hérité d'une librairie specalisée j'avais tout oublié ;-)

Écrit par : enna | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

@ fashion : pour les poils, point trop n'en faut.. :)
@ keisha : c'est un peu ça...
@ freude : les Agatha sont très bien, eux !
@ laurence : j'aime beaucoup les romans d'Agatha Christie ! mais ici l'hommage se transforme en grossière imitation...
@ enna : il n'y a pas grand chose qui "marque", dans ce roman ;)

Écrit par : amanda | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

Et bien, je venais justement de l'emprunter hier à la bibliothèque intriguée par le titre... Grâce à ton billet, je vais le lire avec tout l'esprit critique qu'il se doit et j'espère rire...

Écrit par : Lau(renceV) | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

Œuvre toujours salutaire de prévenir quand un roman n'est pas bon, disons-le franchement! Merci de m'éviter la lecture d'un navet de plus! Je ne ris pas toujours quand ils se succèdent trop vite! :)

Écrit par : Mango | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

Un "genre Agatha", ça m'aurait plu (je me demande s'il n'est pas dans ma pile, d'ailleurs... faudrait que je vérifie) mais l'extrait... ooooh my god!!!!!

Écrit par : Karine:) | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

Lu il y a un bon moment (prêté par mon BP), je n'en garde quasiment aucun souvenir ! mais bon, moi j'aime Agatha et ça n'a rien de comparable !

Écrit par : doriane | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

Eh bien je ne me souvenais pas du tout de ce côté harlequinesque !! Je me souviens bien par contre avoir été plus que "moyennement convaincue"... disons clairement que je n'avais pas aimé du tout.
Et je n'en ai aucun souvenir... c'est quoi le ridicule secret de la libraire ???

Écrit par : Emeraude | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

J'hésite: j'aime les trucs un peu déglingués... mais vous m'avez l'air assez froide sur ce coup-ci.

Dans un registre plus grave et plus "France profonde", une autre librairie peut vous attendre avec "La Tentation de Clarisse" de Jean-Guy Soumy.

Écrit par : Daniel Fattore | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

bon, je vais rester dans mes Agatha alors .. mais merci pour ce billet hilarant :)

Écrit par : Carine | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

J'aurais bien ri avec toi mais je suis trop débordée pour lire des "inepties"!! Mais ton billet reste vraiment très agréable!!

Écrit par : lancellau | 14/01/2010

Répondre à ce commentaire

C'est marrant, Liana Levi, j'aurais dit qu c'était plutôt sérieux comme maison... (en même temps, si j'ai lu deux livres chez eux c'est le bout du monde...)
Mais là, j'hésite presque, tant je suis en panne!

Écrit par : Mo | 15/01/2010

Répondre à ce commentaire

Bon pas trop le temps pour des inepties supplémentaires en ce moment ;)

Écrit par : Stephie | 15/01/2010

Répondre à ce commentaire

@ lau(rence): ah !! il faudra faire un billet ou me dire ce que tu en as pensé !
@ mango : yep, parfois, quand tous les livres me tombent des mains, je désespère... et je prends un "vieux" livre que j'avais aimé et je le relis..
@ karine : quoi ? il est trop chou cet extrait, non ?!!
@ doriane : rien de comparable avec A. Christie, oui !
@ emeraude : si je te dis... "enfant".. ça te revient ?
@ daniel : merci pour le conseil, je vais me renseigner (France profonde ??)
@ carine : je t'en prie !
@ lancellau : merci aussi !
@ Mo : en panne de lecture ?
@ stephie : trop de copies nuit gravement à la santé tu sais !

Écrit par : amanda | 15/01/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai sincèrement cru que tu avais lu un Harlequin. Je passe sur ce titre mais l'extrait est vraiment très bien choisi ;)

Écrit par : belledenuit | 15/01/2010

Répondre à ce commentaire

France profonde?? En quelque sorte: l'histoire se déroule en Creuse...

Écrit par : Daniel Fattore | 15/01/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu il y a quelques années car le titre était alléchant ! Quel tas d'inepties, ma foi ! C'est un des rares bouquins dont j'ai réussi à me débarrasser sans scrupules !

Écrit par : Tamara | 15/01/2010

Répondre à ce commentaire

dire que j'ai failli l'acheter... ouf!

Écrit par : juliette | 15/01/2010

Répondre à ce commentaire

Je me souviens comme toi m'être bien amusée à la lecture de ce polar, ce n'est pas un grand roman mais un bon moment de détente et parfois c'est précieux

Écrit par : Dominique | 16/01/2010

Répondre à ce commentaire

@ belledenuit : oui, je toruve cet extrait... représentatif :)
@ daniel : ah oui, quand même ! (il parait que c'est une très jolie région, ceci dit !)
@ tamara : tu m'étonnes !
@ juliette : ;))
@ dominique : je te rejoins sur les lectures détente, ça fait du bien parfois ;)

Écrit par : amanda | 17/01/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai lu un ou deux romans de cet auteur il y a longtemps et n'en garde AUCUN souvenir !!! ;-)

Écrit par : cathe | 17/01/2010

Répondre à ce commentaire

@ cathe : :))

Écrit par : amanda | 18/01/2010

Répondre à ce commentaire

Au sujet de la Creuse: pour y avoir effectué quelques séjours, je confirme, c'est très joli - et très nature, aussi.

La Creuse est aussi le lieu d'habitat de la Word Company, une maison d'édition pour le moins originale: http://www.word-company.com .

Écrit par : Daniel Fattore | 18/01/2010

Répondre à ce commentaire

Un petit moment de rigolade dans un monde qui en manque cruellement, Amanda ... C'est bien dommage ce fiasco littéraire, car d'habitude les Éditions Liana Levi Piccolo ont de très bons romans ! Je me demande ce qui a pu leur prendre pour l'éditer ?!

Écrit par : Nanne | 20/01/2010

Répondre à ce commentaire