Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La vengeance du wombat et autres histoires du bush – Kenneth Cook | Page d'accueil | À QUOI SERVENT LES CLOWNS ? ANNE PERCIN »

08/03/2010

SEMPE A NEW YORK

sempe.jpg

 

Ce n’est pas d’un beau livre dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est d’un TRES beau livre. Un livre tout simplement magnifique, un bouquet de croquis qui se contemple avec ravissement, qui se respire, même, avec délectation.

 

Sempé à New York. Sempé le jeune dessinateur bordelais, pas sûr de lui, pas anglophone pour un sou, ou si peu, a confié quelques croquis à une journaliste du New Yorker. Quelques jours après, Sempé reçoit un coup de fil « Your cover is published » … Le 14 avril 1978 sera donc publiée la première des 101 couvertures que Sempé a dessinées pour ce prestigieux magazine. Une couverture toute simple, comme la qualifie Sempé lui-même, mais qui illustre si bien ce qui fait la touche « Sempé » : finesse du trait, délicatesse sempe 1.jpgde l’esquisse, épuration à l’extrême et pourtant tant de chose évoquées dans ce petit oiseau à la tête d’homme : notre businessman veut-il vraiment s’envoler ou rêve-t-il seulement un peu à sa fenêtre ? Va-t-il prendre son envol ou seulement se satisfaire de ce fugace instant arraché à la frénésie de son métier que l’on devine à son complet-cravate ?

 

 

Sempé dessine, croque ses personnages avec une finesse du trait qui confine à la précision de l’entomologiste : on devine la mélancolie, la tendresse, la grâce de ses petites danseuses, gymnastes, ou vieilles dames. On perçoit sous l’apparence anodine d’une situation banale la nostalgie du temps qui passe (couverture du 22 septembre 1980), le bonheur des retrouvailles et du temps passé ensemble. Il y a dans le regard de Sempé une tendresse incroyable pour ses personnages, on l’observe observer, on sent la caresse de son regard sur ce quatuor de trois vieilles dames et une petite fille qui jouent du violon après avoir tricoté en prenant le thé (couverture du 20 octobre 1980). Les petits personnages, tout petits dans le gigantisme de la ville, explosent littéralement, ils sont minuscules et pourtant on ne voit qu’eux. Je pioche au hasard de l’album des couvertures pour illustrer mon propos et je suis incapable de choisir, je les aime toutes. Leurs couleurs, leur finesse, toute la tendresse du dessinateur qui affleure sous son trait de crayon… il y a de l’humour mais pas de moquerie, ou alors une moquerie respectueuse, sempe D.jpgpleine d’affection, il y a un sens de l’observation vif, ardent, une capacité à saisir des sensations fugitives, éphémères, et surtout, dans la totalité de ces croquis, on sent des personnages un peu mélancoliques, mais souriants ou rêveurs, et, quelque part, toujours heureux.

 

Dans un entretien avec Marc Carpentier (ancien président de Télérama), Sempé confie son bonheur et ses hésitations, son humilité, son absence d’ambition et de calcul qui ont sans aucun doute favorisé sa réussite au sein du New Yorker (« Est-ce qu’il y a avait un sentiment de concurrence entre les dessinateurs du New Yorker ? Pas du tout. Là-bas la concurrence est telle que l’on oublie ce sentiment. On baigne là dedans. C’est comme ça. Mais qu’est ce qui fait l’unité du groupe alors ? Si je puis me permettre, l’élégance dans le travail. L’élégance. La légèreté, la suggestion, et jamais l’affirmation. ») Sempé raconte aussi son amour du jazz, sa découverte de la ville, ses premiers croquis, ses rencontres avec M. Shawn, président du New Yorker, Saul Steinberg, autre dessinateur new yorkais ou bien ce vieil homme indien qui travaillait au New Yorker et commentait ses croquis. Ce vieil homme qui était… aveugle.Ballerine-terrasse.jpg

 

Tout un univers, donc, que nous offre Sempé avec cet album : des instants de vie fugitifs autant que touchants, touchants parce que fugitifs, justement, saisis par un dessinateur amoureux d’une ville dans laquelle il n’a pas vécu mais en a saisi l’essence, en a respiré l’atmosphère pour la retransmettre avec beaucoup de délicatesse. Et si c’était ça le bonheur ?

 

 

 

 

Sempé à New York, de Jean-Jacques Sempé, Denoël, 300 p., 45 €.

 

Crédit photos : Galerie Martine Gossieaux (exposition à Paris, jusqu’au 27 mars 2010).

 

 

 

 

Commentaires

Oh la la ! A noter pour Noël prochain peut-être ! Je suis une fan inconditionnelle de Sempé, j'ai découvert très jeune ses dessins car mes parents avaient de nombreux albums à la maison.

Écrit par : bladelor | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Cela fait un bon moment que je veux l'emprunter à la biblio mais il est toujours sorti !!!

Écrit par : Joelle | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Un bel album, que j'ai déjà feuilleté plusieurs fois en librairie et dont tu parles bien joliment.

Écrit par : Brize | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

J'adore Sempé, mais je n'ai toujours pas trouvé le temps de regarder cet ouvrage (qui me fait pourtant sérieusement de l'oeil dans les rayons des librairies). ^^'

Écrit par : Lulu | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Ahhhh ... j'ai eu ce livre entre mes mains une bonne dizaine de fois .. et il a fini par être reposé autant de fois sur la tablette mais je crois que je vais craquer un jour très prochain

Écrit par : Kikine (Carine) | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Ne m'en parle pas ! J'en ai déjà acheté trois exemplaires, un pour nous et deux en cadeaux ! On ne se lasse pas de le regarder, de le décortiquer et à chaque fois on trouve de nouveaux détails !

Écrit par : virginie | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Merci pour le rappel: j'ai oublié de le signaler à ma belle-soeur qui est aussi fan de New-York !

Écrit par : cathulu | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Voilà une très jolie idée de cadeau pour un fan de New-York ! Je note !

Écrit par : kathel | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Que j'aime son coups de crayon qui apparaît si simple, si banal, avec ses tout petits personnages mais que l'on aperçoit partout, du premier regard ! J'aime les couleurs tendres, discrètes, à l'aquarelle, diluées et qui donne cette touche unique à chacun de des dessins ! Ses couvertures sont toutes magnifiques, comme l'ensemble de l'album que j'ai juste feuilleté ...

Écrit par : Nanne | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'ai noté comme livre cadeau, mais cette année j'ai opté pour le new yorker spécial livre
les deux doivent excellents

Écrit par : Michel | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

J'aime énormément le travail de Sempé. quelques coups de crayons et une gamme d'émotions !

Écrit par : Theoma | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Oh c'est beau, je l'ai lorgné plusieurs fois et là j'ai très envie de le voir!!

Écrit par : Ori | 09/03/2010

Répondre à ce commentaire

je fais aussi partie du fan club!

Écrit par : faelys | 09/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ Tous : oui, c'est un très beau livre à offrir ou à s'offrir, vraiment (le New Yorker spécial livres est bien aussi, souvent drôle ;)

Écrit par : amanda | 09/03/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'ai déjà vu en librairie et bien sûr, il me fait de l'oeil !

Écrit par : Manu | 13/03/2010

Répondre à ce commentaire

OMG ! Je suis "tombée en amour" devant la couverture. J'adore Sempé. Je file le chercher dès que je peux ! :D

Écrit par : Leiloona | 13/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ manu : ça ne m'étonne pa ;)
@ leiloona : dès que ton baby te laisse un peu de répit ?!

Écrit par : amanda | 14/03/2010

Répondre à ce commentaire

Je suis curieux de découvrir ce livre !!!

Écrit par : Marc | 03/07/2010

Répondre à ce commentaire