Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LES AMOURS DE LOLA – AMANDA EYRE WARD | Page d'accueil | SHIBUMI – TREVANIAN »

24/02/2010

LES AILES AILES DU SPHINX – ANDREA CAMILLERI

Le voilà donc, ce fameux commissaire Montalbano dont j’entends parler depuis longtemps. Une soixantaine d’années, plutôt camilleri.jpgvieux loup solitaire quoique plus ou moins fiancé avec Livia, un peu bougon et pas très loquace. Ici, Montalbano enquête sur le meurtre d’une jeune femme retrouvée assassinée, la tête emportée par un tir à bout portant. Seul moyen d’identification, un tatouage sur l’épaule représentant un papillon. Ses recherches le conduisent à une organisation – pardon : association – catholique venant en aide aux immigrées des pays de l’Est.

 

 

C’est donc un roman policier plutôt classique, on recherche le meurtrier, on pénètre dans les secrets d’une organisation catholique qui se révèlera pas si catholique que ça. Rien de très original pourrait-on dire, si ce n’est en premier lieu la langue si pittoresque de Camilleri : le tout, truffé d’expressions siciliennes et de parlé régional, est admirablement traduit par Serge Quadruppani. On pourrait au début se méprendre et se lasser de ce phrasé étrange (« La première pirsonne » « il s’était depuis longtemps fourré dans la coucourde qu’il était marié avec enfants » « il s’était fait tard et il avait un ‘pétit qui le mangeait vivant » les e remplacés par des i (« Rin à faire », « ou bien quelque chose qu’il avait pinsé pendant que Fazio téléphonait au notaire » ou bien les a en début de verbe « Picarella on aretrouva » « il adécida de s’allumer ‘ne cigarette »)) puis on s’habitue très facilement pour finir par se laisser bercer par ce langage coloré.

 

 

Le tout est souvent drôle, quelques remarques lancées par Montalbano, des piques ici et là sur la faillite du système italien, des apartés culinaires qui vous mettent souvent l’eau à la bouche, et surtout un commissaire fichtrement attachant : en bref, même si l’intrigue purement policière ne brille pas par son originalité et sa complexité, le roman est avant tout et surtout agréable pour la langue, le personnage et cette ambiance sicilienne, truculente et savoureuse.

 

 

Jolie rencontre, donc.

 

 

 

Les ailes du sphinx, Andrea Camilleri

Fleuve noir, 261 pages, janvier 2010

 

 

L’avis de Claude Le Nocher

 

 

 

Ps : j’avais en tête d’utiliser ce roman pour réaliser le challenge de Chiffonnette « A lire et à manger ». Or, il se trouve que la seule recette entièrement détaillée est celle du ‘mpanata de cochon » avec chou-fleur, saucisses, pommes de terre, huile de friture, saindoux, pâte à pain…. Pas tentée ! Je trouverai autre chose ailleurs !

 

Commentaires

Hé, hé, tu m'as bien fait rire avec ta recette ...:)

Écrit par : emmyne | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Je pensais justement à toi l'autre jour en apercevant tous les titres de Camilleri au rayon poche, car je me souvenais que tu en cherchais de cet auteur !

Écrit par : Brize | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Une amie m'a conseillé les aventures de ce commissaire. Je découvrirai avec le premier opus, je pense

Écrit par : Stephie | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup les enquêtes de Montalbano et son langage si particulier ! Quant à la recette, c'est vrai qu'on peut rêver quelque chose de plus léger...

Écrit par : kathel | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Il a l'air pas mal ce roman mais là je suis en train d'exploser niveau lectures... j'ai trop de livres à lire pour le bureau. En parlant du challenge, on a publié il y a quelques années un roman indien dont je garde un très bon souvenir "Saveurs assassines" de Kalpana Swaminathan. Plusieurs personnes sont réunies pour un week end gastronomique avec un grand chef quand celui-ci est assassiné. C'est drôle et inventif et il y a plein de recettes de mets indiens. Il est épuisé chez nous mais je peux peut-être t'en retrouver une édition de poche si ça te tente.

Écrit par : Solène | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Il a l'air pas mal ce roman mais là je suis en train d'exploser niveau lectures... j'ai trop de livres à lire pour le bureau. En parlant du challenge, on a publié il y a quelques années un roman indien dont je garde un très bon souvenir "Saveurs assassines" de Kalpana Swaminathan. Plusieurs personnes sont réunies pour un week end gastronomique avec un grand chef quand celui-ci est assassiné. C'est drôle et inventif et il y a plein de recettes de mets indiens. Il est épuisé chez nous mais je peux peut-être t'en retrouver une édition de poche si ça te tente.

Écrit par : Solène | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Tiens, moi je n'accroche pas aec Camilleri... Il faudrait que je refasse une tentative, je note ce titre.

Écrit par : freude | 25/02/2010

Répondre à ce commentaire

Tiens, moi je n'accroche pas aec Camilleri... Il faudrait que je refasse une tentative, je note ce titre.

Écrit par : freude | 25/02/2010

Répondre à ce commentaire

tu n'as pas lu "on n'a pas toujours du caviar" dont j'avais parlé il y a quelques mois ? Je pense que ça pourrait te plaire et il y a tout plein de recettes ! (qui me paraissent à moi très difficile mais bon, je ne suis pas un exemple... mais ça, vous le savez très bien ;-))

Écrit par : Emeraude | 25/02/2010

Répondre à ce commentaire

@ emmyne : :))
@ brize : j'en ai vu hier !
@ stephie : je pense qu'ils peuvent se lire dans le désordre, mais on suit probablement moins les aventures personnelles du commissaire
@ kathel : il y at-til un titre que tu me conseilles particulièrement ?
@ solène : Ahh... si tu peux... oui, j'aimerais bien lire ce "Saveur assassines" (mais je peux le trouver aussi de mon coté !)
@ freude : le style doit rebuter parfois, j'imagine :)
@ emeraude : pas une experte ? n'as tu pas de cours à prendre ?!!!

Écrit par : amanda | 26/02/2010

Répondre à ce commentaire

Amanda, Camilleri est très prolifique, et je suis loin d'avoir tout lu ! Parmi les policiers avec Montalbano, j'ai beaucoup aimé La voix du violon ou Chien de faïence.
Dans un genre différent, plutôt conte ancré dans la Sicile profonde, il y a Marizza Musumeci ou La concession du téléphone (ce dernier, il faut que je le lise !)

Écrit par : kathel | 26/02/2010

Répondre à ce commentaire

Je n'avais pas été séduite par le parler couleur locale :-/

Écrit par : Manu | 27/02/2010

Répondre à ce commentaire

@ kathel : thanxs !
@ manu : je conçois que ça ne plaise pas à tous :)

Écrit par : amanda | 01/03/2010

Répondre à ce commentaire

Pour ton challenge « A lire et à manger » je te conseille l’excellent recueil collectif de nouvelles « Psychopathes et compagnie » dont je viens de parler chez moi.

Écrit par : Cécile de Quoide9 | 04/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ cécile : merci, je note :)

Écrit par : amanda | 04/03/2010

Répondre à ce commentaire