Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« LES 3 ERREURS DE MA VIE – CHETAN BHAGAT | Page d'accueil | DOCTEUR A TUER – JOSH BAZELL »

17/03/2010

La saison des mangues introuvables, Daniyal Mueenuddin

la_saisons_des_mangues_introuvables.jpgMaîtres et valets au Pakistan, ou histoires de pouvoir et de survie dans le Pakistan féodal et rural, tel pourrait être le second titre du recueil de nouvelles de Daniyal Mueenuddin.

 

KK. Harouni est un riche propriétaire terrien de Lahore. L’homme est placide, distant, se préoccupe peu de ses affaires ni de sa famille qu’il entretient néanmoins avec la sérénité de celui pour qui payer suffit et remplace largement l’étalage de sentiments. Autour de lui gravite une galerie de régisseurs, chauffeurs, cuisiniers, enfants, qui sont les principaux acteurs des huit nouvelles du recueil (huit nouvelles assez longues pour être presque des petits romans).

 

Que ce soit avec Saleema ou Husna, jeunes femmes pour qui la séduction est la seule arme possible pour tenter de subsister (Saleema séduit les cuisiniers des maisons pour lesquelles elle travaille pour obtenir un lit où dormir, et surtout fuir un mari héroïnomane ; Husna, jeune servante, devient la maîtresse de KK Harouni et tente de s’élever au dessus de sa condition, sans succès), ou bien avec Zainab, deuxième épouse d’un régisseur, ces nouvelles nous content les désirs enfouis et secrets de ces femmes qui n’ont rien pour sortir de leur condition.

 

Les hommes aussi sont part intégrante des nouvelles : employés corrompus (Nawabdin l’électricien), juges à qui l’on graisse la patte (Les femmes brûlées), hommes détruits par l'usage des drogues, d’autres qui règnent en petits despotes sur leurs domaines respectifs.

 

Hommes, femmes, pauvres ou riches (Lily est une jeune fille de la bonne société de Karachi, les enfants de Harouni, aisés et vivent à New York ou Karachi), ce sont des rêves, des rêves enfouis ou qui commencent à poindre, et des échecs stridents  que nous raconte ce recueil. Une série de portraits touchants, dans un style à la fois coloré comme ce pays et langoureux comme le temps qui s’écoule avec engourdissement à l’ombre d’un manguier.

 

Un bien joli recueil, qui propose une vision du Pakistan qui pourrait nous sembler archaïque, à nous Occidentaux, mais n’en révèle pas moins une vision étonnante et, au final, pleine de tendresse, pour ce pays. Un dépaysement culturel, en quelque sorte.

 

 

 

La saison des mangues introuvables, Daniyal Mueenuddin

Buchet-Chastel, mars 2010, 307 pages

 

 

 

Les avis de Ajia et Joël (Biblioblog)

Commentaires

Merci pour ce beau billet qui résume bien ce recueil de nouvelle.

Ca donne envie de le lire afin de s'offrir un moment de depaysement.

Bonne journée, davydepoche

Écrit par : davydepoche | 17/03/2010

Répondre à ce commentaire

Il est sur ma PAL et j'ai vraiment très envie de m'y plonger.

Écrit par : Stephie | 17/03/2010

Répondre à ce commentaire

une lecture très originale et un pays que je connais mal pourquoi pas

Écrit par : Bénédicte | 18/03/2010

Répondre à ce commentaire

J'avais lu le billet tout à fait positif de Ajia et le tient vient confirmer,une littérature que je connais très mal et j'ai l'impression que c'est dommage

Écrit par : Dominique | 18/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ c'est un livre à découvrir pour les curieux ! (il y a quelque chose d'oriental dans l'écriture, quelque chose qui m'a fait penser à Zoya Pirzad, même si les personnages et situations sont très différents, bien sûr)

Écrit par : amanda | 19/03/2010

Répondre à ce commentaire

Je suis en train de le lire. Pour le moment j'accroche moins qu'avec Pirzad ...

Écrit par : Leiloona | 20/03/2010

Répondre à ce commentaire

Ce recueil me tente bien. Je le note dans ma LAL.

Écrit par : La Plume et la Page | 21/03/2010

Répondre à ce commentaire

Je viens de le finir et j'ai beaucoup aimé ce recueil... ;-)

Écrit par : Lounima | 22/03/2010

Répondre à ce commentaire

Je note celui-ci également. Il a l'air original, dans le sens où des romans pakistanais, ce n'est pas ce que je lis le plus osuvent.
Mais j'aime beaucoup les livres de cette partie du monde donc ...
:)

Écrit par : Emilie | 22/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ leiloona : zoya pirzad (du moins ds les recueils que j'ai lus) s'attache plus aux femmes et à leur condition, si ma mémoire est bonne. c'est le coté oriental, une certaine langueur, qui me fait penser à elle ;)
@ lounima : j'attends ton billet :)

Écrit par : amanda | 23/03/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour! Ton billet me donne bien envie de découvrir ce livre. Je note également. :-)

Écrit par : Hilde | 23/03/2010

Répondre à ce commentaire

Pour les mangues, j'aurais presque eu envie de le lire... mais bon, pas certaine que ce soit pour moi là, maintenant!

Au fait, as-tu reçu mon enveloppe ou pas??? Si tu ne l'as pas eue en avril, je vais t'en faire ramener une copie par les filles qui vont à Berlin!

Écrit par : Karine:) | 23/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ karine : pas reçue !
@ hilde : j'espère qu'il te plaira !

Écrit par : amanda | 24/03/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai très envie de lire ce recueil dont la couverture est très belle !

Écrit par : Catherine | 28/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ catherine : bienvenue ici :)

Écrit par : amanda | 29/03/2010

Répondre à ce commentaire

Ah oui, entièrement d'accord pour la langueur ! :))

Écrit par : Leiloona | 29/03/2010

Répondre à ce commentaire

@ leiloona : tu t'es ennuyée ?

Écrit par : amanda | 30/03/2010

Répondre à ce commentaire