Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La mise à nu des époux Ransome - Alan Bennett | Page d'accueil | Manhattan Transfer - John Dos Passos »

23/06/2010

Montana 1948 – Larry Watson

montana.jpgUn jeune garçon de douze est le témoin impuissant de l’affrontement entre son père Wesley Hayden, sheriff du Montana et son oncle Franck, médecin. Nous sommes en 1948 et une jeune Indienne accuse le médecin de viol et attouchements. Dans ce comté d’Amérique, le racisme est encore présent, rampant, et la famille Hayden une famille reconnue : le grand-père été sheriff avant que son fils prenne la relève, il s’oppose à l’arrestation de son fils Franck.

 

Un roman très court qui distille en quelques pages seulement la morgue des blancs face à l’impuissance des Indiens. Un bon roman, qui condense haine, colère, mépris des lois par une famille blanche et puissante, et volonté de justice et déchirement d’un homme (Wesley), écartelé entre le respect de la loi et sa loyauté à sa famille et la crainte de son propre père.

 

Sous le regard du petit David, qui y perdra son innocence, la haine et l’arrogance affleurent chaque page (« Ta mère et moi pensions que nous aurions plus d’un petit-enfant. Rien contre Davy, mais bon Dieu, un seul enfant à vous deux ! - Tu sais bien ce qu’elle a enduré pour David. Après nous avons décidé que… - Et blancs ! rugit mon grand-père. Nous les voulons blanc ! »), tandis que la honte et la faiblesse, le déchirement de Wesley s’opposent à sa famille. C’est toute une peinture sociale, un tableau du  Montana encore, à cette époque, âpre, aux mentalités étriquées, aux clivages raciaux omniprésents qui est latent sous le récit d’une histoire sordide et, dans un certain sens, fascinante.

 

Bon roman, oui, néanmoins probablement trop court à mon goût car j’aurais aimé voir ces sentiments déployés plus longuement, moins condensés, sentir la puissance de l’histoire monter plus lentement en puissance. Mais un très bon roman quand même.

 

 

 

Montana 1948 – Larry Watson

Gallmeister Totem, avril 2010, 163 pages

Traduit de l'américain par Bernard Péguillan

 

 

Les avis de Ys "C’est un texte très fort qui sonne juste et résonne longtemps."

 

et Choco "Remarquable de justesse dans l'expression des sentiments du jeune David comme dans l'ambiance traditionnaliste d'une petite ville, Larry Watson nous offre ici un récit qui alterne entre innocence et corruption et réussit à happer le lecteur dans cette sombre histoire familiale qu'on ne lâche pas jusqu'à la fin !"

Commentaires

Je note précieusement car c'est un sujet qui m'intéresse. Merci ;)

Écrit par : Stephie | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec toi, pour une fois un roman qu'on aurait aimé plus long... mais peut-être aurait-il perdu en intensité...

Écrit par : Ys | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Merci pour le lien ! Pas besoin de le faire plus long, tout a été dit, non ? Le gamin découvre le "bonheur" d'être adulte... J'ai bien aimé que tout ça nous soit montré de manière subtile. En tout cas, j'aimerais bien lire d'autres titres de cet auteur !

Écrit par : choco | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Vu chez Ys et Choco, je me demande bien pourquoi ce titre n'a pas encore rejoint ma PAL ! Le style "condensé" pourrait vraiment me plaire de surcroit !

Écrit par : Pickwick | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'avais lu à sa sortie (dans une autre édition) et en garde un souvenir très fort !

Écrit par : cathe | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'ai noté chez Ys, surligné en passant chez Choco, je veux le lire !!! Allez maintenant, yapluka. ;-)

Écrit par : Restling | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Moi aussi je suis restée un peu sur ma faim. Le sujet est fort, l'écriture le porte très bien mais il manque un peu de profondeur. Mais un très beau roman quand même comme tout ce qui sort chez Gallmeister. Cette nouvelle collection poche est très belle elle sort du lot.

Écrit par : Nathali | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Moi aussi je veux le lire ! Je l'ai noté et le renote :-)

Écrit par : Manu | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Ca a l'air assez dur, mais intéressant !

Écrit par : Ankya | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Court, intense, comme un bon café donc! Je note!

Écrit par : chiffonnette | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

@ stephie : je t'en prie :)
@ Ys : peut-être, oui... mais j'aime bien les auteurs qui prennent le temps d'installer, de distiller peu à peu, la montée en puissance ;))
@ choco : je ne connais pas ses autres titres :(
@ pickwick : si tu aimes les romans courts, tu seras conquise !
@ cathe : c'est un roman marquant :)
@ restling : exactement :)
@ nathali : je crois que c'est vraiment une question de goût. Je l'ai trouvé trop court, mais je l'ai aimé quand même.. Et oui, Gallmeister a de très bons choix éditoriaux
@ manu, ankya, chiffonnette : notez ;)

Écrit par : amanda | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Vu le sujet et le nombre de pages, cela me semble aussi un peu court mais cela lui donne peut-être plus d'impact et de force en condensant le tout ! De toute façon, je me ferai ma propre idée car je compte bien le lire :)

Écrit par : Joelle | 15/08/2010

Répondre à ce commentaire

@ joelle : il faut toujours se faire sa propre idée !

Écrit par : amanda | 15/08/2010

Répondre à ce commentaire

je viens juste de le finir. C'est vrai que c'est court, et en même temps, ne dit-il pas (David) que pour les enfants, le temps passe très vite?
Une très belle plume en tout cas.

Écrit par : choupynette | 18/12/2010

Répondre à ce commentaire

@ choupynette : trop vite :)

Écrit par : amanda | 19/12/2010

Répondre à ce commentaire