Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Autant en emportent les livres, the end. | Page d'accueil | Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants – Mathias Enard »

19/08/2010

Le coeur régulier – Olivier Adam

adam.jpgUne cinquantaine de pages.

 

Une cinquantaine de pages, c'est ce qu'il m'a fallu pour enfin entrer dans le dernier roman d'Olivier Adam et finir par l'apprécier.

 

Tout commence sur une falaise, quelque part au Japon. Près de ces falaises habite Natsume, l'homme qui vient discrètement taper sur l'épaule de ceux qui viennent ici échapper à la vie, sauter, partir, fuir. L'homme leur tape sur l'épaule, les retient, les héberge quelque temps, le temps de leur redonner envie de vivre.

 

Sarah est venue car c'est ici que Nathan, son frère, son double, son jumeau,  a lui aussi voulu mourir. C'est ici que Nathan a rencontré Natsume, qu'il est revenu, a retenté de vivre, pour rentrer en France quelque temps plus tard... et mourir quand même, plus tard, sur une route de France.

 

 

Un roman trop statique, au début, qui s'ouvre sur la souffrance d'une soeur vidée par l'absence de son frère. Elle se réfugie au Japon, laisse derrière elle mari et enfants pour tenter de trouver des réponses, elle aussi, à la mort de son frère d'abord puis à sa propre existence.

 

Les parties japonaises du roman m'ont laissée de marbre et j’ai eu du mal à éprouver une quelconque empathie avec les personnages, ou à adhérer avec certains passages (entre Sarah et Natsume, trop affectés, trop travaillés), certaines rencontres que fait Sarah qui m'ont semblé artificielles,  ou tout simplement le nombrilisme de cette souffrance qui la rend aveugle à sa propre famille laissée en France.

 

En revanche tout ce qui suit m'a davantage touchée. Au delà du manque, c'est le récit de Sarah, ces souffrances enfouies qui sont là et vous prennent à la gorge quand vous voudriez qu’elles restent enterrées. Souffrance de celle qui a grandi dans l’indifférence de ses parents, réfugiée avec son frère dans un monde parallèle, protégés des autres et du monde par une frontière à la fois ténue et solide, celle de l'amour que se portent un frère et une soeur.

 

Souffrance de ces personnes écrasées par la sauvagerie et la muflerie d'une société vorace, qui ronge ses habitants petit à petit. A travers l'histoire de Sarah, c'est la société sans pitié que désigne Olivier Adam, la société qui laisse sur le bas coté ceux qui n'ont pas fait les bonnes écoles, n'ont pas les bons diplômes, la bonne attitude.

 

Nathan était le rebelle, celui qui préférait rejeter la société plutôt que s'y insérer. Pas forcément sympathique, pas forcément aimable, le frère avait toujours fui devant la rudesse de la société. Préférait cracher plutôt que d'avaler de travers ; tandis que Sarah, elle, avait fini par boire la tasse, tant bien que mal : emploi dans la mode (où l'on se moque de faire travailler enfants à bas salaire dans les pays du Tiers Monde pourvu que la réponse au marché soit là, où l'on préfère ne pas se nourrir plutôt que ne pas être conforme aux normes physiques), mariage avec un homme épousé uniquement parce que lui l'aimait et la sécurisait, enfants désirés mais qu'on a laissé grandir sans les regarder vraiment, et qui sont devenus étrangers.

 

Un frère et une soeur séparés mais qui s'aimaient. L'une avait fini par accepter et se fondre dans la masse, l'autre préférait fuir dans des paradis articifiels. Nathan était toujours à l'écoute tandis que Sarah, trop occupée à ignorer lâchement ses petits arrangements avec ses vrais désirs, finissait par fermer les yeux. Et ne plus voir que ce qu'elle voulait bien voir, et surtout pas qu'elle avait finit par perdre Nathan. Quand la souffrance finit par aveugler et rendre sourd à celle des autres...

 

Plus que le roman d'une renaissance (celle de Sarah qui finira par accepter, puisqu'elle comprendra que Nathan, lui aussi, avait envie de revivre), c'est le roman des douleurs diluées, occultées, des douleurs que l’on farde lâchement par un voile de convenance, qui m'a touchée.

 

Au final un roman qui me laisse partagée entre un ennui certain dans toutes ses parties japonaises et une certaine empathie avec Sarah, quand même. Néanmoins, je préfère rester sur le souvenir de "Des vents contraires", paru l'an dernier.

 

 

Le cœur régulier, Olivier Adam

Editions de l’Olivier, août 2010, 232 pages

 

 

 

L'avis de Cathulu, mitigée, et celui de Clara, transportée

 

 

Commentaires

On se fait un petit échange Adam - Gaudé ? D'ailleurs, je te le poste demain :-)

Écrit par : Stephie | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

Décidément, les derniers billets que j'ai lus au sujet des romans d'Olivier Adam ne lui sont pas très favorables...
C'est peu encourageant.

Écrit par : Reka | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je ne parcourerais ta chronique qu'après lecture. Mais, je m'étonne. Le livre est déjà sorti ? Je ne l'ai pas vu sur l'étal d'un distributeur culturel bien connu...

Écrit par : LVE | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

Ah tu es effectivement moins emballée... à voir donc :)

Écrit par : herisson08 | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

Tiens, ça ne m'étonne qu'à moitié en fait, même si c'est un auteur que j'apprécie beaucoup... Je pense que je le lirai tout de même !

Écrit par : Noukette | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

Hum... pas mal d'avis mitigés pour cet opus-ci... Dommage.

Écrit par : choco | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

Bon bon, je vais le lire bientôt...

Écrit par : antigone | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

J'avais lu une critique plus enthousiaste et noté dans ma LAL mais ce que tu en dis ne va pas en faire une priorité pour moi.

Écrit par : La Plume et la Page | 19/08/2010

Répondre à ce commentaire

@ stephie : cf nos mails :)
@ LVE : il est sorti hier. Et tu t'es bien douté que je l'avais reçu en sp, non ?
@ tous : pour moi, ce n'est pas le meilleur. J'ai nettement préféré "Des vents contraires"... par lequel je conseille de commencer :)

Écrit par : amanda | 20/08/2010

Répondre à ce commentaire

< Amanda : ah non, je n'imaginais pas une seule seconde que tu acceptais les services de presse.

Écrit par : LVE | 20/08/2010

Répondre à ce commentaire

< Amanda : ah non, je n'imaginais pas une seconde qui tu acceptais les service de presse.

Écrit par : LVE | 20/08/2010

Répondre à ce commentaire

Moi qui me réjouissais de lire un nouveau livre d'Olivier Adam... les critiques sont plutôt mitigées... Je le lirai quand même !

Écrit par : Aproposdelivres | 20/08/2010

Répondre à ce commentaire

@ LVE : pas toujours, en fait. Et je préfère même les acheter ou les emprunter. Mais certains, oui. Celà la en a fait partie :)
@ aproposdeslivres : il faut se faire sa propre opinion :) tu me diras ce que tu en as pensé !

Écrit par : amanda | 20/08/2010

Répondre à ce commentaire

Zut, ce n'est pas le premier billet mitigé que je lis. Pourtant, la presse est plutôt conquise.

Écrit par : Valérie | 21/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je n'ai jamais lu cet auteur... ce thème me tente bien par contre, mais les moments d'ennui me font un peu peur...

Écrit par : Karine:) | 23/08/2010

Répondre à ce commentaire

@ valérie : je n'ai lu aucune critique dans la presse :)
@ karine : il vaut mieux commencer par un autre... "des vents contraires", peut-être ?!

Écrit par : amanda | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

D'habitude j'aime bien ce qu'il fait donc je le lirai très certainement...moi qui aime le Japon, j'espère ne pas être autant déçue que toi.

Écrit par : **Fleur** | 28/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas ressenti cette "barrière" des 50 pages, je suis rentré assez facilement dans ce roman qui s'est avéré être pour moi une bonne surprise malgré des passages parfois un peu trop longs à mon goût.

C'est le premier roman d'Olivier Adam que je lis et je dois dire que ça m'a plutôt plu même si je n'en garderai pas un souvenir indélébile.

Écrit par : antoine | 09/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je viens de découvrir ce blog, et suis agréablement surprise de voir que vous avez lu tous ces ouvrages de la rentrée littéraire!
Merci pour tous ces avis en tout cas, et à bientôt!

Écrit par : Saleanndre | 20/11/2010

Répondre à ce commentaire

Je viens de découvrir ce blog, et suis agréablement surprise de voir que vous avez lu tous ces ouvrages de la rentrée littéraire!
Merci pour tous ces avis en tout cas, et à bientôt!

Écrit par : Saleanndre | 20/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ saleanndre : bienvenue ici :)

Écrit par : amanda | 21/11/2010

Répondre à ce commentaire